mardi 11 mai 2021

Matej Mohoric : « La descente est un atout que j’ai fructifié »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le Slovène de Bahrain-Victorious, Matej Mohoric réagit à l’interdiction de l’UCI depuis le 1er avril concernant la position dont il a été l’initiateur.

Vous êtes considéré comme un bon descendeur. Est-ce un secteur que vous avez travaillé ?

Non. C’est surtout un atout que j’ai fait fructifier avec le temps. A mes débuts, il y avait des coureurs bien plus rapides. Au fur et à mesure, je me suis amélioré et je suis allé plus vite. Quand je suis passé professionnel, je me suis rendu compte que je pouvais aller plus vite que d’autres. J’en ai tiré profit.

Au point d’être le premier à introduire dans le peloton une position aérodynamique dite à « la Mohoric » !

Cela s’est fait naturellement ! Peut-être que c’est venu du fait que j’ai toujours cherché à être le plus rapide en gagnant le plus de temps et en conservant le maximum d’énergie. Je me souviens de cette époque quand je  devais rejoindre des copains à l’entraînement. Je partais depuis la maison de mes parents en descendant une vallée. Bien souvent je quittais la maison en retard et beaucoup de choses sont parties de là. J’avais à l’esprit d’arriver à l’heure, mais sans que j’arrive entamé non plus avant que l’entraînement ne débute.

Matej Mohoric ne comprend pas la décision de l’UCI

Pourquoi tant de coureurs vous ont copié ?

Certainement pour les mêmes raisons. Cette position apporte de la vitesse et de l’efficacité quand les circonstances l’autorisent.

Sauf que depuis le 1er avril cette position est interdite. Trouvez-vous cette décision de l’UCI injuste ?

Je n’ai pas souvenir que cette position ait causé des chutes ou des accidents. Par conséquent, je ne la considère pas comme dangereuse. Je ne suis pas d’accord non plus avec cet argument que nous, cyclistes professionnels, devons montrer l’exemple. Dans ce cas, il faudrait interdire tous les sports extrêmes !

Je pense plutôt qu’il y a de réels problèmes de sécurité qui doivent être réglés dans les courses. Donc je ne considère pas que la manière dont les professionnels montent leur vélo soit le vrai problème qui cause la plupart des crashs. Néanmoins, je ne pense pas que l’interdiction soit injuste non plus. Elle sera appliquée de la même manière pour tout le monde. De ce fait, personne ne sera désavantagée.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img