mercredi 29 novembre 2023

Maxime Bossis : « Je suis venu à Nantes en partie pour Henri Michel »

À lire

Le défenseur international, Maxime Bossis, aux 76 sélections a remporté trois titres de champion de France (1977, 1980 et 1983) et une coupe de France (1979) avec Nantes. Aujourd’hui consultant pour Bein Sports, il rappelle l’apport de Jean Vincent et Jean-Claude Suaudeau.

Sentiez-vous encore le poids du passé du FC Nantes des années 60 quand vous avez remporté votre premier titre de champion de France en 1977, puis la Coupe de France en 1979 ?

Les titres de 1965 et 1966 étaient loin et il n’y avait pas de véritable poids pour les joueurs de ma génération. Pour le titre de 1973, même si je n’avais pas joué un match, c’était ma première saison au club en réserve et je l’avais donc vu de très près.

J’étais toujours à La Roche-surYon pour passer mon bac, mais je venais deux fois par semaine à Nantes pour m’entraîner et jouer avec Jean-Claude Suaudeau. Mais, évidemment, je connaissais l’histoire et la génération Budzynski, Suaudeau, Gondet, Blanchet et tous les autres.

Vous évoquez Jean-Claude Suaudeau. Quel rôle a-t-il joué au cours de votre formation ?

Un rôle majeur en tant que formateur, puis en tant qu’entraîneur principal. Il a été celui qui a formé une grande partie des joueurs de ma génération. Il a pu les amener au plus haut niveau, même s’il ne nous a pas retrouvés tout de suite puisqu’il y a eu Jean Vincent qui a été entraîneur de 1976 à 1982. Il est arrivé après pour le titre de 1983.

Suaudeau a un rôle majeur

Que vous a apporté Jean Vincent qui a été votre entraîneur pendant plusieurs saisons et avec lequel vous avez été double champion de France, sans oublier une Coupe de France ?

Je retiens sa bonne humeur, sa jovialité et sa façon de responsabiliser les joueurs auxquels il faisait une totale confiance, sa façon de nous laisser une certaine liberté à l’entraînement et sur le terrain en devinant qu’on n’allait pas le trahir. Cela a été de bons moments avec un groupe taillé sur mesure pour lui. Mais on a souvent coutume d’oublier les résultats obtenus par Jean Vincent qui ont pourtant été excellents.

Que dire d’Henri Michel qui était le capitaine charismatique du FC Nantes à cette époque ?

Quand j’étais adolescent, il était mon idole avec Marius Trésor. Originaire de Vendée, je n’étais pas loin de Nantes, mais je suis venu au club en partie pour lui. Henri a été le trait d’union entre la précédente génération et la nôtre. C’était le boss, le patron, un joueur d’une élégance rare, capable de tout faire, respecté par les entraîneurs, les dirigeants et ses coéquipiers. Il est le joueur qui a le mieux symbolisé le FC Nantes depuis toujours.

Est-on Nantais pour toujours quand on passe comme vous autant de temps dans ce club, même si vous avez porté le maillot du RC Paris entre 1985 et 1989 ?

On est bien sûr Nantais pour toujours et je le suis encore. Avec beIN SPORTS, j’ai l’occasion de faire pas mal de commentaires de matches dans l’Ouest et notamment à la Beaujoire. On reste Nantais quand on a passé plus d’une dizaine d’années au club, d’autant plus quand on y a connu des périodes fastes.

« On a souvent coutume d’oublier les résultats obtenus par Jean Vincent qui ont pourtant été excellents »

Après avoir joué au RC Paris, vous êtes revenu à Nantes lors de la saison 1990/1991 dans un contexte difficile. Regrettez-vous ce retour dans de telles conditions ?

C’était moins évident. J’étais en fin de carrière et ce n’était pas forcément la meilleure période du club. Il y avait eu beaucoup de départs. Nantes se demandait s’il fallait continuer à faire de la formation à outrance et commençait à prendre des joueurs venant de l’extérieur, certains étaient des joueurs de qualité, d’autres moins.

C’était une période compliquée à tous les niveaux et notamment financièrement. Mais, heureusement, une bonne génération est arrivée et cela a été le retour du grand FC Nantes avec le titre de champion de France en 1995, même si cela n’a pas toujours duré.

Félix Chiocca

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi