mardi 4 octobre 2022

Mbappé au Real ? Le PSG n’a pas dit son dernier mot

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Pour beaucoup d’observateurs, le départ de Mbappé, en fin de contrat en 2022, serait une vraie catastrophe pour le PSG. Plus que celui de Neymar, l’avenir de l’international français conditionne celui d’un club qui ne peut pas se passer d’un joueur dont l’image colle aussi bien aux valeurs qu’il souhaite véhiculer. 

Une fois qu’on a dit ça… que Kylian Mbappé est essentiel pour le projet sportif et économique du PSG, on n’a pas vraiment fait avancer un dossier qui intègre le rêve ultime du joueur : suivre les traces de Zinedine Zidane au Real Madrid. Pour que cette perspective se réalise avant la fin de son contrat, en juin 2022, il faudrait qu’en 2021 les Merengues se refassent une santé financière et, surtout, conservent le même entraîneur. Ces deux préalables à un transfert qui tournerait autour des 200 M€ permettent aux supporteurs du Real d’y croire raisonnablement… sans trop rêver toutefois, Erling Haaland (Dortmund) restant une option beaucoup moins chère (80 M€). Car la crise profonde dans laquelle sont plongés tous les clubs européens susceptibles de se payer Mbappé, et son corollaire, la drastique baisse des recettes, pousse au statut-quo et favorise clairement les positions établies.

Celle de Mbappé est appréciable avec un salaire qui n’a cessé de croître depuis sa signature en 2017 et qui était supérieur à 20 M€ brut par an en 2019/2020, soit plus d’1,6 M€ brut par mois, pour une augmentation contractuelle à 1,8 M€ brut par mois pour la saison 2020/2021 et à 1,9 M€ pour sa dernière année de contrat. Deuxième salaire de l’effectif parisien, ses conseillers auraient démarré la négociation pour une éventuelle prolongation en fixant la barre à 30 M€ par an, ce qui le placerait encore en-dessous de Neymar (35 M€) ou Griezmann (38 M€), loin derrière Messi (90 M€ par an) et CR7 (58 M€). Il est donc illusoire d’espérer le voir prolonger en dessous de la barre symbolique des 30 M€ par an, pour un contrat qui devra être d’au moins trois ans de plus.

« Le PSG n’est pas un club qui vend ses stars, au contraire, il les achète »

En temps normal, plusieurs clubs seraient capables de l’accueillir à ce tarif, le Real évidemment où Hazard gagne 35 M€ par an, également Manchester City qui offre 34 M€ à Raheem Sterling, voire la Juventus Turin ou le Barça une fois Messi parti sous d’autres cieux. En temps de crise, la liste se limite au Real, une fois délesté des salaires de Bale (prêté à Tottenham) et Modric, et à City qui aurait déjà une option sur la Pulga pour 2021, l’échéance de son contrat. Car il faut en plus du salaire intégrer le transfert. Valorisé à plus de 230 M€, Mbappé a le potentiel pour être à l’origine du plus gros montant de l’histoire, encore détenu par Neymar (222 M€). Salaire + transfert, sur un contrat classique de trois ans, l’investissement total serait largement supérieur à 300 M€, plus proche des 400 M€, une somme qu’en l’état actuel du marché aucun club n’est en mesure de payer. Pas même le PSG pour le moment qui a accusé un déficit de 100 M€ la saison dernière, qui ne cesse de faire des économies pour entrer dans les clous du fair-play financier et qui devra, à l’horizon juin 2021, s’acquitter d’au moins 60 M€ de ventes de joueurs. 

Neymar veut continuer avec Mbappé

Pour ne pas être obligé de vendre une de ses deux stars, les dirigeants vont devoir la jouer fine d’ici 2022, en espérant un retour à la normale sur le front de la crise sanitaire et des droits télé. Conscient du contexte, Mbappé n’en sera pas moins exigeant, tant sur ses prétentions salariales que sur la compétitivité d’une équipe qu’il n’imagine pas… sans Neymar et sans l’ambition de gagner la Ligue des Champions tous les ans.

Dans le même temps, Neymar, lui, a fait savoir qu’il était prêt à prolonger. Mais la star brésilienne a également posé ses conditions et, si on parle beaucoup de son envie de jouer avec Messi, Neymar aurait aussi fait savoir qu’il voulait continuer à jouer avec Mbappé…

Pour les dirigeants, l’équation est difficile à résoudre qui les oblige à se donner les moyens de garder ses deux stars sans perdre son équilibre, financier et sportif. Le mot de la fin pour Ander Herrera qui s’exprimait ainsi dans le quotidien espagnol As en début de saison : « Il faut prendre en compte un aspect fondamental, et j’en ai discuté avec Kylian, le PSG n’est pas un club qui vend ses stars, au contraire, il les achète. Et il a suffisamment de force économique pour garder Neymar et Mbappé. » S’il le dit… 

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi