mardi 5 mars 2024

Miguel Angel Lopez : « J’ai de grandes ambitions sur le Tour de France »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

C’est l’un des gros coups du marché des transferts. Miguel Angel Lopez (ex-Astana), vainqueur de la 17ème étape du dernier Tour de France (6ème du général), arrive chez Movistar avec l’envie, à 27 ans, de perpétuer la tradition colombienne.

Comment s’est passée votre préparation malgré votre infection au Covid-19 ?
C’était un peu spécial. J’ai dû me mettre en quarantaine quelques jours avant de pouvoir reprendre l’entraînement. C’était difficile de me mettre entre parenthèses, surtout que j’avais hâte de connaître ma nouvelle équipe et mes nouveaux coéquipiers. J’ai une grande envie de démarrer de la meilleure des façons cette aventure. Avec patience et tranquillité, je vais pouvoir me remettre d’aplomb et attaquer cette nouvelle saison. Cela passera forcément par un bon Tour de France et pourquoi pas une belle Vuelta.

Vous sentez-vous capable de vous imposer rapidement chez Movistar ?
Je travaille au quotidien pour récupérer ma meilleure forme possible. J’ai envie de batailler et de viser les plus belles victoires. J’ai envie d’être dans la continuité de mes dernières saisons avec l’objectif de toujours être le meilleur.

N’est-ce pas frustrant de devoir attendre avant de démarrer votre saison ?

Je vais attaquer ma saison un peu plus tard que prévu. J’avais déjà eu ma blessure au Giro qui avait reporté ma date de reprise. Le coronavirus n’a finalement pas affecté ma préparation. Je vais aller tranquillement pour retrouver ma meilleure forme. Et cela passera par de grandes ambitions sur le Tour de France, mon objectif majeur, et la Vuelta. On a la chance d’avoir du temps devant nous. On aura tout le temps d’être prêt avec l’équipe.

« Movistar a prouvé qu’elle savait faire gagner les grandes courses à ses coureurs »

Avez-vous bien récupéré de votre chute et de votre blessure du Giro ?
Elle a été plus difficile à récupérer. J’ai dû mettre le vélo de côté pendant huit semaines et prendre le temps de cicatriser correctement. J’ai travaillé différemment pour récupérer. J’avais la chance d’être soutenu. J’ai pu me motiver pour revenir petit à petit. Mes objectifs de la saison sont encore loin. C’est une chance d’avoir du temps avant de reprendre.

« J’avais envie de connaître un autre défi »

Comment s’est passé votre transfert chez Movistar et pourquoi avoir opté pour ce nouveau défi ?

Cela faisait quelques mois que l’on avait noué des contacts. Tout s’est fait rapidement. Je vivais ma dernière année chez Astana et j’avais envie de connaître un nouveau défi. Ce changement passait par un départ. Je suis content de rejoindre la Movistar. Ils ont prouvé qu’ils savaient faire gagner les grandes courses à leurs coureurs. Je suis au bon endroit pour le faire. Il y a un grand respect entre nous.

L’ambition est importante des deux côtés. J’ai hâte de la démontrer sur la route. Je vais tout faire pour être encore meilleur. J’ai déjà eu pas mal de réussite en Espagne, notamment sur le Tour de Catalogne en 2019. J’espère remporter encore une belle course comme le Tour du Pays basque.

Le lien entre la Colombie et la Movistar est fort. Espérez-vous perpétuer la tradition de victoires des Colombiens avec la formation espagnole ?

C’est l’idée. On connaît l’histoire en commun avec notamment Nairo Quintana. Elle est riche et forte de victoires. Mes coéquipiers colombiens, Juan Diego Alba et Einer Augusto Rubio, m’ont déjà dit que de bonnes choses sur l’équipe. Je n’ai pas eu forcément besoin de l’opinion des anciens coureurs colombiens pour me faire mon avis. Mais j’espère que l’on continuera ensemble à faire honneur à notre pays sous les couleurs de la Movistar.

Retrouvez cette interview et toute l’actualité de la saison de cyclisme à venir dans dans le magazine Le Sport Vélo n°16

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi