jeudi 18 juillet 2024

Montpellier : 100 000 euros pour dénicher le successeur de Patrice Canayer !

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Une page va se tourner dans le club héraultais avec l’arrêt de Patrice Canayer qui a entamé sa 30ème et dernière saison à la tête de l’effectif professionnel et qui sera remplacé par l’actuel entraîneur de Chambéry, Erick Mathé, son ancien adjoint de 2015 à 2018.

Le mythique Patrice Canayer, 62 ans, doyen des coachs de StarLigue, va quitter son poste au terme de la saison 2023/2024 après trente saisons à la tête du club héraultais.

« C’est une longue réflexion, a expliqué ce dernier pour Eurosport. Ce n’était pas une décision simple. J’étais en fin de contrat en 2024. Le club a 40 ans, j’aurai fait 30 saisons. On a défié le temps pendant très longtemps. Parfois, il ne faut pas le défier outre-mesure. Il est nécessaire de passer à autre chose pour le club, mais également pour moi. Je garde en tête la formidable aventure humaine qu’on a vécue et c’est important que cette aventure extraordinaire se termine bien pour tout le monde. A ce niveau-là, c’est une sage décision et une bonne décision ».

À LIRE AUSSI : toute l’actu du hand dans votre mag

Le MHB a pourtant cherché à ce que l’histoire perdure… « Pour être tout à fait clair, le président et les actionnaires m’ont proposé de prolonger. On ne se sépare pas car on n’est pas en phase ou pour des raisons financières. Il faut savoir ne pas aller trop loin. Il fallait peut-être que quelqu’un dise stop et ce quelqu’un, ce fut moi ».

Canayer a dit stop au bon moment pour lui

Quand le coach, double vainqueur de la Ligue des Champions en 2003 et 2018, a dû faire part de sa décision à ses joueurs, la charge émotionnelle a été forte : « Cela a été l’exercice le plus compliqué. C’est une équipe avec laquelle j’ai beaucoup d’affinités. J’ai essayé de leur faire comprendre mon cheminement de réflexion. J’espère qu’ils ont compris pourquoi j’arrêtais. Il y a eu de la surprise chez certains, de la déception chez d’autres. Emotionnellement, c’était très chargé. J’ai terminé en leur disant qu’ils pouvaient compter sur moi jusqu’au 30 juin pour les amener au plus haut ».

Après, ce sera une vie sans Canayer à Montpellier… « Tourner la page Patrice Canayer est forcément compliqué dans tous les cas, avoue le président héraultais Julien Deljarry. C’est un virage important, mais Erick Mathé coche toutes les cases pour que Montpellier continue de performer. L’avenir me dira si j’ai eu raison de faire ce choix. A date, je pense qu’il est le meilleur pour l’après Patrice Canayer. On sait ce qu’on avait avec Patrice, un grand technicien et tacticien. Il était capable de puiser le meilleur de l’équipe, de mettre des schémas tactiques vainqueurs en place. Il a remporté la totalité des titres de Montpellier, 42 dans sa carrière ».

« Pour le remplacer, il nous fallait quelqu’un qui sache techniquement et tactiquement mettre en place des stratégies face à de grands clubs tous les trois jours. Qui connaisse aussi les grands enjeux. Erick a été champion d’Europe avec Montpellier (en 2018, Ndlr) et champion olympique avec la France (à Tokyo, Ndlr). Je voulais un entraîneur qui sache gagner et Erick sait gagner. Je voulais aussi quelqu’un de fidèle. Il faut comprendre l’ADN du club, ce qui est encore son cas. A Chambéry, il a travaillé dans un club qui n’est pas éloigné du notre en termes de valeurs et de construction ».

« On voulait quelqu’un qui sache gagner »

Et le président du club héraultais de se pencher sur les raisons qui ont poussé son entraîneur mythique à dire stop :

« Patrice s’est posé beaucoup de questions. Il sait qu’il approche de la fin de sa carrière. Il n’avait pas envie d’être moins performant et perçu comme tel par ses joueurs. Patrick avait aussi ce besoin d’avoir plus de temps pour lui et sa famille. Il a également été très affecté par la manière dont cela s’est terminé entre Thierry Anti et Aix. Patrick ne voulait surtout pas vivre cela avec Montpellier. Il a demandé à partir à un moment où il se sentait encore performant. J’aurais juste aimé qu’il le dise un tout petit peu avant, mais je le remercie pour tout ce qu’il a fait. On va tout faire pour vivre une dernière saison qui sera bonne. Je ferai également tout pour que le club reste aussi performant à l’avenir ».

Les joueurs risquent-ils d’être perturbés par cette annonce ? « J’ai voulu qu’on annonce son départ le plus rapidement possible tout comme l’arrivée de son successeur car il existe toujours cette possibilité que les joueurs parlent entre eux, avec leurs agents, et s’interrogent. Maintenant, on se concentre sur le sportif, le jeu et les enjeux de cette saison. Les joueurs restent des compétiteurs. Ils se donneront à fond pour gagner un maximum de matches et pourquoi pas le titre… Quand je leur ai annoncé qu’Erick Mathé serait le prochain entraîneur, ils étaient tous contents et pas surpris. On va passer à autre chose ».

Montpellier aurait déboursé 100 000 euros pour attirer Mathé

Adjoint de Canayer entre 2015 et 2018 au MHB, Mathé va donc retourner à Montpellier pour le remplacer en tant que n°1 :

« C’est beaucoup de fierté et d’excitation, avoue ce dernier. J’avais quitté la maison montpelliéraine sur un titre avec Patrice. Et le plus gros qu’on ait en club (la Ligue des Champions, Ndlr). Depuis, six ans se sont écoulés. J’ai pris beaucoup d’expérience. Je veux la mettre à profit pour Montpellier. J’ai eu la chance que Chambéry me fasse confiance. Ce n’est pas une petite équipe de LNH. On a pu gagner un titre avec la Coupe de France (en 2019, Ndlr). Chambéry m’a aussi permis d’être adjoint en équipe de France. Cela a accru mon expérience. De pouvoir côtoyer le gotha international, ce n’est pas donné à tout le monde. Maintenant, je reviens à Montpellier dans un autre costume ».

On a évoqué 100 000 euros d’indemnité de transfert pour le libérer de son contrat avec Chambéry… « Je ne vais pas vous le confirmer, esquive le président de Montpellier. Ce qui est certain, c’est qu’il a fallu une indemnité de transfert car il avait un contrat assez long, donc il a fallu une indemnité à la hauteur ».

Et même la décision de l’entraîneur de Montpellier a pris de court celui actuel de Chambéry : « J’ai été un peu surpris de voir Patrice arrêter, concède Mathé. Il y a toujours eu des échanges entre Montpellier et moimême pour évoquer l’arrêt plus ou moins possible de Patrice. Néanmoins, j’avais pris la décision de signer trois ans à Chambéry car je ne pensais pas que cela allait être le moment pour Patrice d’arrêter. Tout le monde a été un peu étonné de sa décision. Les choses se sont précipitées ».

« J’ai été un peu surpris de voir Canayer arrêter »

Et Mathé d’expliquer comment sa venue s’est concrétisée : « Montpellier me savait sous contrat et cela paraissait compliqué. Divers entraîneurs ont été sondés. Je suppose qu’ils ont fait le tour de la question même s’il y avait des cas plus commodes que le mien. Ils m’ont appelé. J’en ai parlé à mon club car mes relations avec les dirigeants de Chambéry sont excellentes. J’ai ensuite laissé faire Montpellier pour les négociations. Cela s’est finalisé relativement vite finalement ».

L’entraîneur natif de Nanterre, âgé de 52 ans, a soif de victoires avec ce club de Montpellier qu’il connaît bien :

« C’est un gros challenge à relever dans un gros club avec de grosses ambitions. Certains pourraient appeler cela de la pression. Il y en a. Mais on aime cela et on vit avec quand on fait du haut niveau. Je n’ai pas envie de vivre ma carrière et mon quotidien avec peu d’objectifs. Non pas que je n’en avais pas à Chambéry. Se qualifier en Coupe d’Europe chaque année en est un, de plus en plus corsé. Mais vouloir se challenger avec une écurie plus forte, capable de gagner des titres, me motive énormément. Je prendrai tout ce qui peut se présenter à l’échelle européenne, en championnat, en Coupes… ».

Peut-on alors se prendre à rêver au MHB d’une longévité de Mathé à la Canayer ? « Cela risque d’être compliqué car cela signifierait qu’il reste jusqu’à bien plus de 70 ans, nuance Julien Deljarry. Mais j’espère que ce sera le plus longtemps possible. Cela voudra dire qu’il a été un bon choix, qu’il est l’homme de la situation et qu’il fait gagner le Montpellier Handball ». Comme Patrice Canayer l’a tant fait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi