jeudi 29 septembre 2022

Movistar, un retour au premier plan pour Valverde et ses coéquipiers ?

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Avec très peu de victoires au compteur en 2020, l’équipe espagnole Movistar va devoir impérativement redresser la barre.

Quand on pose la question à Ivan Garcia Cortina, transfuge de la BahrainMc Laren, quelles sont ses ambitions pour 2021, l’Espagnol ne se cache pas : « Paris-Roubaix a toujours constitué pour moi un grand rêve. C’est ma course préférée et je donnerai tout pour la remporter. Cette ambition est également un défi collectif, un but clairement visé par l’équipe.

Movistar a environ quarante ans d’existence. Paris-Roubaix fait partie des rares courses que cette prestigieuse formation n’a pas encore remportée. Il faut y remédier ». L’équipe espagnole ne cherchera pas à s’illustrer dans cette course-là uniquement. Néanmoins, au regard de cette année 2020, il y a beaucoup de points à revoir. Et à regagner !

Paris-Roubaix dans le viseur

La Movistar est une équipe qui habituellement tourne à une vingtaine de victoires par saison (21 en 2019). On peut comprendre ses difficultés, touchée par la pandémie, mais la Covid ne pourrait expliquer les deux malheureux succès en 2020 (par le seul Marc Soler), soit l’une des formations les moins prolifiques du World Tour (à l’image de Cofidis avec deux victoires). Il faut donc aller chercher des explications ailleurs. Les départs conjugués de Nairo Quintana, Mikel Landa ou Richard Carapaz ont fait beaucoup de mal. Ces leaders n’ont pas encore été remplacés. Le renfort de Miguel Angel Lopez (Astana) ne sera pas de trop.

La Movistar va-t-elle régler ses problèmes de riches ?

La montée en puissance d’Enric Mas demeure une autre source d’espoir. Il devrait être bien aidé en montagne par Gregor Muhlberger l’ancien coureur de la Bora-hansgrohe qui est à son aise quand la route s’élève. Garcia Cortina est une autre recrue de qualité.

« En dépit de son jeune âge (25 ans, Ndlr), Ivan court déjà avec l’expérience d’un vétéran. C’est un grand compétiteur qui, avec ses grandes qualités de finisseur, va nous offrir différentes options avec des possibilités de victoires, se félicite Eusebio Unzué. Mais surtout il pourra nous offrir de belles ambitions sur les Classiques avec pavés. Il figurera parmi les grands favoris pour s’imposer dans ce genre d’épreuve ».

Néanmoins, la Movistar va devoir régler un certain nombre de problèmes. Dans un passé proche, cette formation était souvent confrontée à un problème de riches. Au point qu’il y avait certains conflits d’ego et une problématique de leadership à partager. Changement de décor désormais. Mais entre des choix du passé discutables avec un recrutement tardif l’hiver dernier, des cadors en manque de relève, la Movistar est en pleine reconstruction. On verra si en 2021, elle a rattrapé un peu de son retard.

> Retrouvez toutes les infos sur la saison 2021 dans le magazine Sport Vélo, en vente ici ou chez votre marchand de journaux.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi