dimanche 11 avril 2021

NBA : les fils de star dans les pas de leur papa pour la relève

À lire

Domantas Sabonis / Arvydas Sabonis : le fils va-t-il tuer le père ?

À 24 ans, le Lituanien Domantas Sabonis des Pacers marche sur les traces de son illustre père. Autant dire...

Règlement : le basket européen doit-il copier la NBA pour plus de spectacle ?

À l’image de la ligne à 3 points qui n’est pas à la même distance, les règles ne sont...

Elliott De Wit : « J’aimerais devenir coach principal d’une équipe ! »

À Detroit, il n’y a pas que Killian Hayes et Sekou Doumbouya qui font briller le drapeau tricolore. Promu...
Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Leurs pères jouent en NBA. Eux sont encore au lycée (High-School) ou à l’université (NCAA) et rêvent de les imiter. Dans le sillage de Bronny James, tous essayent de se faire un prénom.

Une lourde succession à porter en NBA

Pas facile d’être le fils du « King ». Bronny James le vit au quotidien. A 16 ans, le natif de l’Ohio est sans doute le lycéen le plus observé au monde. Forcément, tout le monde se demande si le meneur-arrière de Sierra Canyon School atteindra le niveau de son père, un jour. Gilbert Arenas, un ancien AllStar (ex-Warriors, Wizards, Magic, Grizzlies…) A même affirmé que « Bronny était meilleur que lebron au même âge… ».

Et dans l’ombre de Bronny, il y a même le petit Bryce (13 ans), le second, qui démontre déjà de belles choses… Pas simple non plus de s’appeler Rodman. DJ Rodman (19 ans) est moins excentrique que l’ancienne légende des Pistons et des Bulls. Avant d’aller à l’université de Washington State Cougars, il a été un leader de sa High School en Californie à la JS Serra Catholic.

Cet ailier possède de belles qualités. Pas évident non plus d’être fils de médaillé d’or olympique en 1996 comme l’a été Penny Hardaway. Mais avec le rejeton Jayden la génétique ne laisse guère de doutes. Cet ailier brille actuellement en  NCAA avec les Memphis Tigers.

De sérieuses références en High School

Zaire Wade, le fils du mythique Dwyane (médaillé d’or olympique aux JO de 2008), était encore il y a peu membre de la Sierra Canyon High School. Sauf accident, on lui prévoit un avenir en NBA. Puissant gaucher d’1m88, il peut exceller au poste de meneur ou d’arrière. Le shoot et le dunk sont déjà intégrés dans son ADN.

« Bronny était meilleur que Lebron au même âge en NBA»  Ils suivent déjà… Un peu le chemin de papa

Shareef O’Neal, le fils de Shaquille, vient de fêter ses 21 ans. Forcément, avec son lien de parenté, il est très suivi aussi. Il a été une star de l’université de UCLA. Il a même eu une sélection pour le All Star Game lycéen. Mais il a été freiné aussi par un souci au cœur, devant même subir une opération. Désormais, il porte les couleurs de la LSU Tigers, 31 ans après les débuts de son illustre père. Le cadet Shaqir (17 ans) est également très doué ballon en main.

Ils sont déjà des stars sur la toile

On le surnomme « White Chocolate Jr ». Jaxon Williams, le fils de Jason, est déjà un redoutable scoreur. Un jour, il a marqué une centaine de points contre une équipe avec son collège de Windermere à Orlando. On ne sait pas encore s’il marchera sur les traces de son paternel en NBA, mais bon nombre d’exploits du jeune Jaxon sont déjà visibles sur youtube.

Scottie Pippen Jr (20 ans) a également beaucoup de followers. Mais parfois pas pour de bonnes raisons… Sa mère Larsa a été l’objet de nombreuses rumeurs et images concernant sa vie privée. L’ancienne femme de Scottie Pippen semblerait enchaîner les casseroles. Pas de quoi perturber pour autant le fiston qui accumule les performances XXL avec les Commodores.

Les JR, familles nombreuses

Ron Artest, champion NBA avec les Lakers en 2010, a deux fils très habiles avec la grosse balle orange en main. Il y a l’aîné Ron Artest III (21 ans). Il est arrivé en NCAA alors qu’il n’a commencé le basket qu’à 15 ans. Le cadet Jeron est visiblement promis à un bien plus bel avenir que son aîné. Ce Sophomore est un étudiant studieux. Il tourne cette saison avec l’université d’Irvine à 4,7 points, 2,2 rebonds et 1,6 passe.

Ils se sont déjà faits un prénom en NBA


C’est le cas de Bol Bol qui n’est autre que le fils du plus grand joueur par la taille de tous les temps, Manute (2m31 comme Muresan). A 21 ans, cet ailier fort a été le 44ème choix du Heat lors de la draft de 2019. Il tient de son père un physique monstrueux (2m18, 107 kg). Le 24 novembre, les Nuggets l’ont fait signer pour deux saisons et un montant de 4,2 millions de dollars.

Kenyon Martin Jr (20 ans) sait aussi de qui tenir. Le fils du n°1 de la draft 2000 a été le 52ème choix de celle de 2020 par les Kings. Début décembre, le natif de Los Angeles a signé un contrat de quatre saisons avec les Rockets, franchise avec laquelle il tourne actuellement à 3 points de moyenne.

Ne manquez pas le magazine France Basket, en vente ici ou chez votre marchand de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

À lire aussi

Aenean Nullam ut commodo nec justo Aliquam commodo adipiscing lectus elementum