mardi 25 juin 2024

Nice : le club doit prendre ses responsabilités contre les supporters de la honte

À lire

L’OGC Nice et son président ne peuvent pas continuer à parler de « minorité » pour se dédouaner à chaque incidents. L’Allianz Riviera s’est couvert d’ignominie hier soir et ce n’est pas acceptable.

Cette fois on a touché le fond ! A la 9ème minute du match entre Nice et Saint-Etienne hier soir, certains supporters niçois ont parodié la chanson hommage à Emiliano Sala, disparu tragiquement dans un accident d’avion, il y a un peu plus de deux ans. « C’est un Argentin qui ne nage pas bien, Emiliano sous l’eau », ont scandé les (des) Niçois. (La photo publiée représente les supporters niçois dans leur ensemble, mais ne désigne pas expressément les auteur de la chanson).

Christophe Galtier : « Ils n’étaient pas que 3 »

Dès la fin du match, alors que face aux journalistes, Christophe Galtier, très ému, condamnait ce chant « au nom du staff, du personnel médical et des joueurs », avant d’ajouter : « si c’est pour insulter des morts, qu’ils restent chez eux »  l’OGC Nice a publié un communiqué pour s’indigner et présenter tout son soutien au FC Nantes, dénonçant une « provocation impensable et abjecte », précisant qu’il s’agissait « d’une minorité de supporters ».

Si le communiqué de l’OGC Nice est louable (et d’ailleurs souligné par le FC Nantes dans un communiqué publié dans la nuit), il est peut-être temps d’arrêter de souligner tout le temps qu’il s’agit « d’une minorité ». D’ailleurs, « ils n’étaient pas que 3 » s’est effrayé Galtier face à la presse. Il suffit de revoir les images pour entendre clairement que le chant de la honte résonne dans tout le stade.

Sans les incidents du mois d’août, Nice serait troisième, à un point de l’OM

Comme au mois d’août lors des incidents du match contre l’OM. Là aussi, ils n’étaient pas que 3. On parle d’effet de « groupe » ou de « meute ». Ce qui tenterait à penser que les supporters sont des animaux ?

C’est aussi le moment de rappeler que le 22 août dernier, lors de la 3ème journée de championnat, Nice menait 1-0 face à l’OM à 15 minutes de la fin du match, avant les incidents qui ont poussé l’arbitre à l’arrêter. Deux mois et demi plus tard, les 3 points se sont transformés en match nul lors du match à rejouer à huis clos (1-1) et Nice a écopé d’un point de penalité. Sans cet incident (en considérant que les Aiglons aient tenu le résultat), l’équipe de Christophe Galtier serait sur le podium, à un point de l’OM…

Face à une telle ignominie, le président Rivère se doit de réagir plus fort, que par un simple communiqué dénonçant « une minorité » de supporters.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi