mercredi 5 octobre 2022

Nice : Vieira, Ursea, Rivère… pourquoi INEOS a tout faux

Nice - Saint-Etienne (13h)

À lire

Le 30 décembre dernier, Bob Ratcliffe analysait la situation de l’OGC Nice dans Nice-Matin. Un mois plus tard on s’aperçoit que le frère du patron d’INEOS, propriétaire du club a tout faux.

Où va l’OGC Nice ? Au moment de recevoir Saint-Etienne dans un match à gagner absolument pour ne pas enterrer définitivement leurs ambitions (en considérant que ce n’est pas déjà fait), les Aiglons sont douzièmes à dix points du cinquième (Rennes) et toujours dans le flou le plus total sportivement.

SI la victoire du week-end dernier à Lens (la deuxième d’Ursea en 9 matchs) permet d’entretenir un soupçon d’espoir, tout autre résultat qu’une victoire contre les Verts serait un très gros frein au projet du groupe INEOS.

Il y a un mois quasiment jour pour jour, Bob Ratcliffe, président d’INEOS football donnait une longue interview à Nice-Matin. Avec un peu de recul, nous sommes revenus sur les principaux points abordés par le frère du milliardaire Jim Ratcliffe, propriétaire du club. On peut être étonné de l’absence criante de cohérence avec la situation que vit le club aujourd’hui.

> Les résultats et le classement du GYM

Ce que Bob Ratcliffe a dit à Nide-Matin :

« Nous avons appris de notre expérience à Lausanne. La patience, dans le sport en général et dans le football en particulier, est une vertu importante (…) INEOS n’est pas une entreprise qui cède à la panique. Jamais. Nous sommes 12es de L1, et le championnat est encore long (…) Regardez la saison précédente: ses résultats ont lancé le projet INEOS football. Sans doute étions-nous même un peu en avance sur nos prévisions. Nous nous sommes qualifiés en Ligue Europa (…) La blessure de Dante est un vrai coup dur. Il manque sur le terrain et en dehors. Malgré tout, je vois des signes encourageants. Il y aura des opportunités pour nous en 2021 ».

La situation du GYM aujourd’hui

12ème avant la 22ème journée, Nice peut se retrouver 14ème s’il ne bat pas Saint-Etienne, avant de se rendre à Monaco mercredi puis au Parc dans deux semaines (avec la réception d’Angers au milieu). Sportivement, la situation peut se transformer en véritable cauchemar.

> Jean-Pierre Rivère et Juien Fournier :

Ce que Bob Ratcliffe a dit dans Nice-Matin : « Nos relations sont excellentes. Je parle très régulièrement avec Julien au téléphone. Je passe aussi pas mal de temps avec Jean-Pierre quand je suis à Nice. Quand nous nous sommes intéressés au club, nous avons vite compris à qui nous avions affaire. Jean-Pierre et Julien ont déjà fait beaucoup de choses pour le club. Ce sont les bonnes personnes pour le faire grandir encore. Le président a des liens avec la Ligue et le monde du football comme avec la mairie de Nice. Le directeur du football, lui, a une solide expérience en termes de négociations et d’identification des profils de joueurs. Leur présence a été prépondérante dans notre volonté d’acheter le club. Rien n’a changé. » 

Le bilan des deux hommes aujourd’hui :

Ce sont les deux hommes qui ont bâti l’équipe de cette saison. Le recrutement, la confiance bafouée en Patrick Vieira, la nomination d’Adrien Ursea à sa place… La responsabilité des deux hommes forts du club est fortement engagée. Mais à écouter Bob Ratcliffe, ils ont le totem d’immunité. Pas sûr que le discours ne change pas en cas de défaite contre les Verts…

> Le remplacement de Vieira par Ursea

Ce que disait Bob Ratcliffe fin décembre :

«  Nous avons un grand respect pour Patrick (Vieira). Il a beaucoup apporté au club, il a attiré de très bons joueurs et il a toujours donné 100 % de ce qu’il pouvait pour l’OGC Nice (…) Aujourd’hui, le meilleur entraîneur pour le Gym est celui qui est sur le banc. Pour l’avenir, nous verrons qui sera le meilleur candidat. Nous n’avons pas besoin d’un grand nom, nous avons besoin d’un entraîneur dont les qualités conviennent parfaitement au club. Nous connaissons Adrian Ursea depuis longtemps. C’est quelqu’un de discret avec de grandes qualités, de grandes compétences, de grandes connaissances. Nous sommes ravis qu’Adrian ait accepté de prendre le poste pour cette saison ».

Quelle est la situation aujourd’hui :

Avec Adrien Ursea sur le banc, l’OGC Nice n’avance pas. Il recule. Avec Vieira, Nice avançait au rythme d’un point et demi par match. Depuis, les hommes d’Ursea prennent un demi-point de moins par match. Au niveau du spectacle, c’est tout aussi inquiétant : les Niçois marquent moins d’un but par match contre près d’un but et demi sous l’ère Vieira (saison 2020/2021). D’ailleurs, le groupe INEOS s’est déjà mis en quête d’un nouvel entraîneur pour la saison prochaine. Pourquoi si la solution Ursea est si bonne que cela ?

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi