samedi 26 novembre 2022

Nicolas Tagliafico (Lyon) : « Sortir de ma zone de confort »

À lire

Arrivé cet été en provenance de l’Ajax Amsterdam, l’international argentin Nicolas Tagliafico s’est engagé avec l’OL jusqu’en 2025.

Avant sa signature cet été, les supporteurs lyonnais étaient logés à la même enseigne que tous les autres fans de football en France. De Nicolas Tagliafico, il n’avait qu’un souvenir marquant et il n’était franchement pas glorieux pour le défenseur : sa course vaine derrière Kylian Mbappé, ponctuée d’une faute sur l’attaquant français et d’un penalty pour les Bleus lors du célèbre France-Argentine (4-3), en huitième de finale la Coupe du monde 2018. Ce jour-là à Kazan, l’Argentin n’avait pas pu lutter contre les 37km/h déployés par le Parisien pour traverser le terrain.

Quatre ans plus tard, la vitesse n’est toujours pas le principal point fort de l’Argentin. Ses qualités sont ailleurs : c’est un vrai défenseur dans l’âme, solide dans les duels, dur sur l’homme et capable d’être rigoureux sur l’ensemble d’une rencontre.

Agé de 30 ans, l’homme était arrivé en fin de cycle à l’Ajax Amsterdam, qu’il avait rejoint en janvier 2018 en provenance du club argentin d’Independiente : « J’étais dans une zone de confort, je voulais en sortir, connaître une équipe et un championnat différents, vivre un autre défi », a-t-il confié au Progrès.

Peter Bosz l’a convaincu

S’il a un temps attendu un signe d’un club plus huppé que l’OL, il s’est finalement laissé convaincre par le discours des décideurs lyonnais, notamment celui de Peter Bosz, passé sur le banc de l’Ajax en 2016-2017 :

« La première fois qu’il m’a appelé, j’ai compris qu’il me voulait. Il a une philosophie offensive, un peu comme l’Ajax qu’il a entraîné, il veut une équipe qui ait la possession, qui joue bien, qui attaque beaucoup. » Mais l’intéressé prévient :

« En L1, la possession ne suffit pas. Il faut courir beaucoup, parfois sauter les lignes, jouer en bloc, il y a un mix. » Fin août, le nouveau numéro 3 des Gones avait déjà affiché quelques gages de solidité, tout en laissant une impression plus mitigée sur sa participation offensive : « Je dois aller davantage de l’avant, concède-t-il. Ce n’est pas toujours facile, je dois mieux connaître mes coéquipiers pour créer des automatismes et provoquer des occasions. »

Sa participation à la coupe du monde semble assurée

En sélection, la perspective de disputer la Coupe du monde au Qatar en fin d’année trotte dans la tête du latéral gauche aux 40 sélections. Sauf surprise, sa place dans le groupe de 26 semble assurée. En revanche, il est à la lutte avec Marcos Acuna pour une place de titulaire. Egalement âgé de 30 ans, ce dernier évolue depuis 2020 au FC Séville.

Cet hiver au Mondial, l’un ou l’autre pourrait encore tenter de se dresser sur la route de Kylian Mbappé et des Tricolores. Un nouveau huitième de finale entre la France et l’Argentine est en effet possible si les Bleus terminent premiers du Groupe D (avec l’Australie, le Danemark et la Tunisie) et si l’Argentine finit deuxième du Groupe C (avec le Mexique, la Pologne et l’Arabie Saoudite), ou inversement.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi