jeudi 29 septembre 2022

Nikola Karabatic : « Je veux revenir le plus vite et le plus fort possible »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Victime d’une grave blessure au genou, Nikola Karabatic a entamé une course contre la montre pour revenir à son meilleur niveau. Mais en sera-t-il capable à 36 ans ?

Il suffit d’un rien pour changer le visage d’une saison. Une mauvaise réception en championnat, face à Ivry, en octobre dernier, et le verdict est sans appel. Victime d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, Nikola Karabatic va affronter le plus grand défi de sa carrière.

Karabatic, un atout en moins

A 36 ans, l’international tricolore devra se montrer patient et fort dans sa tête pour prouver qu’il est encore capable de redevenir l’un des meilleurs joueurs du monde. Avec 23 buts en 5 matches, le Parisien avait démarré cette saison de la meilleure des façons avant d’être stoppé dans son élan.

Pour son coéquipier Kamil Syprzak, c’est forcément une mauvaise nouvelle qui s’est abattue sur Karabatic et le PSG qui devra vivre une saison sans l’un de ses principaux atouts. « On devra tous se donner à fond, mais il sera toujours difficile de remplacer ce que Nikola est capable de faire sur le terrain. Il n’y a pas d’autres joueurs comme lui. Il est tout simplement l’un des meilleurs joueurs du monde. C’est difficile. Mais on a des joueurs de qualité et tout le monde doit se donner à 100% pour faire sans lui. C’est le sport. Il faut faire avec. On doit lui donner le temps de revenir à fond. On espère que l’on aura la chance de le retrouver rapidement. Mais qu’il prenne son temps pour revenir au top. »

Un retour en avril ?

Absent des terrains pendant au minimum six mois, et un éventuel retour en avril, le PSG devra faire sans Karabatic en championnat, en Ligue des Champions, mais surtout pour le Final Four de la dernière édition de C1 à la fin de l’année. Pour l’équipe de France, il faudra jouer les Mondiaux de janvier sans lui, mais aussi le tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques de Tokyo, en mars.

Un rendez-vous décisif du côté de Montpellier qu’il ne faudra pas louper pour donner un cap et une motivation supplémentaire à Nikola Karabatic avec les JO à l’horizon et au sortir d’une longue rééducation. « J’espère vraiment qu’il reviendra au niveau qui était le sien, affirme Michaël Guigou. J’espère également que l’on arrivera à se qualifier pour les Jeux Olympiques et que, pour lui, il sera d’aplomb et complètement compétitif pour aller participer aux JO. »

Déjà au travail depuis la fin du mois d’octobre, Nikola Karabatic a montré toute son envie et sa motivation pour revenir encore plus fort. Pour Thierry Omeyer, son ancien coéquipier, cela ne fait aucun doute : « On a tous été attristés par cette blessure. On espère qu’il va revenir le plus vite possible et en bonne santé, qu’il puisse retrouver son niveau. C’est d’autant plus dommageable qu’il réalisait un bon début de saison avec le PSG. Il tirait l’équipe. Il va être absent pendant quelques mois, mais on connait tous Niko et sa capacité à travailler dur. Je n’ai aucun doute dans sa volonté de revenir à son meilleur niveau. »

Karabatic veut confirmer qu’il est un joueur à part

Depuis qu’il est sur les terrains, Nikola Karabatic a toujours su répondre présent dans la difficulté et quand il était attendu. Assez épargné par les grosses blessures depuis qu’il a démarré en 2002, malgré un corps plus que sollicité, le demi-centre parisien n’est du genre à s’avouer vaincu. « Jusqu’ici, je n’avais pas eu de blessure grave qui m’avait handicapé plus de deux ou trois mois. J’en étais même fier ! Ça m’arrive maintenant, à 36 ans. C’est rageant parce que je me sentais bien, j’étais en forme et j’avais bien travaillé pendant le premier confinement et la préparation. Tu te demandes même sur le coup pourquoi et comment ça t’arrive à ce moment-là après tous ces efforts mais bon, voilà, j’ai fait le deuil de cette blessure. Désormais, je suis concentré sur le challenge de revenir le plus vite et le plus fort possible. »

Nikola Karabatic fera tout son possible pour retrouver son meilleur niveau et confirmer qu’il est bien un joueur à part. Et puis, à 37 ans (le 11 avril), il aura tout son temps pour ensuite démontrer qu’il reste une, sinon LA référence. En attendant, au PSG et à l’équipe de France de lui offrir encore des objectifs à aller chercher dès son retour, lui permettant de finir la saison de la plus belle des façons, avec le sourire.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi