mardi 5 mars 2024

Noa Essengue : pourquoi la France n’a pas réussi à retenir sa pépite

À lire

Après deux saisons passées au Pôle Espoirs, Noa Essengue (17 ans) a, lui aussi, décidé de rejoindre Ulm. Un beau coup réussi par le club allemand sur l’un des meilleurs prospects de la génération 2006.

C’est en Allemagne que Noa Essengue a signé son premier contrat professionnel en juillet dernier. Il était sous convention de formation avec l’ASVEL, mais le club villeurbannais n’a pas pu le retenir, la concurrence étant féroce :

« Noa est un joueur moderne, polyvalent. Il est longiligne, très grand. Il a une polyvalence très recherchée car il peut jouer secteur extérieur et intérieur avec beaucoup de mobilité. Il est à l’aise dans le cercle, capable de faire des franchissements en un contre un. Il est bon aussi sur les rebonds offensifs. Il a une capacité assez unique de traverser le terrain » explique Lamine Kebe, l’un de ses anciens entraîneurs.

Sorti du Pôle France avec un an d’avance, Noa Essengue est l’un des plus gros prospects de la génération 2006. Lors de sa seconde année à l’INSEP en N1, il a réalisé des performances rares pour un joueur de son âge (8,5 points, 3,4 rebonds de moyenne).

À LIRE AUSSI : l’actualité basket dans votre mag dédié

« Essengue est vraiment fait pour le très haut niveau »

Son entourage pense que l’environnement d’Ulm lui permettra de se développer physiquement et de développer son jeu dans des conditions optimales : « Il est jovial, sympa, très apprécié au sein d’un groupe. Il n’est pas très expansif mais, sur le terrain, il est souvent un des meilleurs. Il doit se stabiliser physiquement et améliorer encore son tir extérieur même s’il est déjà bon. Il est vraiment fait pour le très haut niveau » conclue Lamine Kebe. Après plusieurs matches avec l’Orange Academie, la réserve d’Ulm, il a joué avec l’équipe professionnelle en EuroCup et en Bundesliga. Prometteur à 17 ans seulement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi