lundi 26 février 2024

Nolann Mahoudo (Cofidis) : « J’aime le vélo offensif et spectaculaire »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

2ème du Tour de Bretagne, et vainqueur d’étape, le puncheur breton de CIC U Nantes Atlantique a signé deux ans chez Cofidis avec l’espoir de découvrir, déjà, les courses qui le font rêver, Paris-Roubaix et le Tour des Flandres d’abord.

Et un Breton de plus dans le peloton, un! Né à Ploudéac il y a 21ans, c’est un scorpion qui débarque dans l’équipe de Cédric Vasseur pour les deux prochaines années. « J’ai eu Cédric par visio, et le projet qu’il m’a présenté m’a tout de suite intéressé, nous dit Nolann juste avant de rejoindre sa nouvelle formation pour le stage de décembre. Découvrir le World Tour est une chance qu’ils m’offrent, je pense qu’ils comptent sur moi. »

Après Axel Mariault en 2023, un autre pensionnaire du CIC U Nantes Atlantique débarque dans une équipe où Nolann va aussi retrouver Bryan Coquard, côtoyé chez B&B Hotels lorsqu’il était stagiaire, ou Alexis Renard qui réside près de chez lui.

« Van der Poel a toujours été mon coureur préféré car il pratique le vélo que j’aime, offensif et spectaculaire »

Dans un registre de puncheur qui a une grosse marge de progression dans l’exercice de l’effort solitaire, « car j’ai du mal à pousser très loin quand je roule tout seul », toutes proportions encore gardées, Nolann se rapproche davantage d’un Alaphilippe, à qui il emprunte le même sang-froid et la même persévérance, ou d’un Van der Poel, puisqu’il vient lui aussi du VTT et du cyclo-cross. « Van der Poel a toujours été mon coureur préféré car il pratique le vélo que j’aime, offensif et spectaculaire. »

Formé à l’école du VTT, Mahoudo y a gagné en agilité, équilibre et confiance dans ses trajectoires. Ce parcours lui a permis de monter en puissance depuis ses débuts au VC Pays Loudéac jusqu’à cette victoire à Plumelec le 28 avril dernier, « mon meilleur souvenir car j’ai levé les bras chez moi, devant tous mes amis et ma famille, un vrai bon moment. »

Pour franchir la marche du World Tour, il sait néanmoins qu’il va lui falloir en faire davantage, dans un premier temps « progresser dans les cols, pour être capable de passer ceux qui  font 8 ou 9 km. Il me tarde justement d’être confronté à la réalité du haut niveau
pour me situer et savoir si
je peux prétendre être plus qu’un coureur d’un jour.
Jusqu’à présent, j’ai déjà
fait plusieurs épreuves
d’une semaine, ça s’est
plutôt bien passé. »

2ème
 du dernier Tour de Bre
tagne, 13ème de celui de la
Région Pays de la Loire,
victime de chutes et blessé, il a calé aux 4 Jours
de Dunkerque et aux
Boucles de la Mayenne
ainsi qu’au Kreiz Breizh
Elites. Pas de quoi entamer
son moral avant le grand
saut. Au contraire. « J’ai vraiment hâte de commencer » avec 
au fond de lui le rêve ultime « de gagner un jour Paris-Roubaix, le Tour de Flandres ou les championnats du monde. » Comme tout bon breton qui se respecte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi