lundi 15 juillet 2024

Nostalgie : Peugeot, Festina, ces grandes équipes disparues du cyclisme

À lire

De Peugeot à Festina, le cimetière des équipes françaises disparues a malheureusement accueilli un nouveau résident en 2022, la formation bretonne B&B Hotels/KTM.

Peugeot (1901-1989)

L’une des plus anciennes équipes françaises, créée en 1901, et qui a gardé sa dénomination jusqu’en 1989, avec son célèbre maillot à damiers, tour à tour associée à Dunlop, Esso, Shell ou Michelin et Z, avant que la célèbre marque française se retire définitivement, a laissé à son emblématique directeur sportif, Roger Legeay, le soin d’entretenir la légende avec d’autres partenaires, Z (1990-1992), Gan (1993-1998) ou Crédit Agricole pour finir en 2008.

Ses 36 participations au Tour, ses 9 victoires finales, les deux dernières en 1975 et 1977 avec Thévenet, ses trois Vuelta, l’ont définitivement fait entrer dans la légende. De Ferdinand Bracke, Van Steenbergen, Tom Simpson, Pingeon, Duclos-Lassalle à Anderson, Roche, Danguillaume, Esclassan sans oublier Merckx, vainqueur de Milan-San Remo, de la Flèche Wallonne et de Gent-Wevelgem entre 1966 et 1967, elle aura incarné une certaine idée du cyclisme à la française.

Le coureur emblématique : Bernard Thévénet La plus belle victoire : Tour de France, 1975 (Thévenet)

Mercier (1935-1984)

Incontournable pendant un demi-siècle, avec notamment 21 participations au Tour de France, pour 40 victoires d’étapes, la formation des cycles Mercier reste dans l’histoire pour être l’équipe de Poulidor, puis de Zoetemelk, mais aussi de Bobet dans les années 50 qui remporta un Tour de Flandres et Paris-Roubaix, Poulidor ajoutant un Milan-San Remo, Van Steenbergen deux Tours des Flandres, deux Paris-Roubaix, un Milan-San Remo et un titre de champion du monde. Le célèbre maillot violet avec le col jaune a aussi hébergé Antonin Magne qui en fut le directeur sportif avant Danguillaume.

A une époque où le Tour se disputait entre équipes nationales, il ne figure pas au palmarès d’une équipe qui a gagné la Vuelta à trois reprises (Poulidor en 1964, Wolfshohl en 1965 et Zoetemelk en 1979) et qui a vu Guimard remporter le maillot vert en 1970. Deux et sept ans après, Gan puis Miko s’associaient à Mercier qui cessait toute activité en 1984 après un 21ème et dernier Tour très prolifique (6 victoires d’étapes).

Le coureur emblématique : Raymond Poulidor La plus belle victoire : Paris-Roubaix, 1956 (Louison Bobet)

Bic (1967-1974)

Née sous l’appellation Bic-Hutchinson (des stylos et des pneumatiques !), dans le sillage des deux seules saisons de Ford France Hutchinson, elle-même née à la suite de l’équipe Saint Raphaël, la formation dirigée par Géminiani a été construite autour d’Anquetil (qui y termina sa carrière en 1969), vite rejoint par Stablinski ou Aimar, mais c’est avec Ocana qu’elle remporta le Tour de France en 1973 sous la direction sportive de Maurice De Muer…

Avant de disparaitre un an après. En huit saisons, la formation française a aussi gagné 383 épreuves dont le Tour d’Espagne (1970, Ocana), l’Amstel Gold Race (1967, Arie den Hartog), le Critérium International (1967, Anquetil), Paris-Nice (1968, Rolf Wolfshohl), le Grand Prix des Nations (1971, Ocana), trois fois le Dauphiné Libéré avec Ocaña, 3 étapes sur le Giro, 5 sur le Tour et 8 sur la Vuelta.

Le coureur emblématique : Luis Ocaña
La plus belle victoire : Tour de France, 1973 (Luis Ocaña)

Renault Gitane (1972-1985)

Pour la formation créée en 1972, il y eut deux périodes, la première sous le nom Gitane, accolé à Frigécrème, Sonolor puis Campagnolo, avec Zoetemelk comme leader, la seconde à partir de 1978 lorsque la régie Renault, propriétaire des cycles Gitane, arrive en première ligne pour afficher sa marque (associée à Elf entre 1981 et 1985) autour d’un jeune coureur français de 21 ans très prometteur, un certain Hinault.

Dirigée par Guimard, Renault Gitane domine le peloton en gagnant six Tours de France en sept ans avec Hinault (1978, 1979, 1981 et 1982), mais aussi Fignon (1983 et 1984). LeMond, les Madiot, Mottet ou Bernaudeau complètent un effectif au service du Blaireau, Madiot parvenant tout de même à gagner Paris-Roubaix en 1985, LeMond les Mondiaux en 1983. Son maillot jaune et noir inspiré du logo Renault reste un des plus emblématiques de l’histoire du cyclisme.

Le coureur emblématique : Bernard Hinault La plus belle victoire : Paris-Roubaix, 1981 (Bernard Hinault)

La redoute RMO (1979-1992)

Robert Alban, 3ème du Tour en 1981 et 5ème en 1984, Pierre Bazzo, 9ème en 1980, Stephen Roche, 3ème en 1985, Bernard Vallet, maillot à pois en 1982, Van den Haute, Régis Simon et Mariano Martinez vainqueurs d’étapes… c’est sur la Grande Boucle que la formation La Redoute Motobécane s’est surtout illustrée pendant sept ans avec des animateurs comme Vandenbrouke, Jérôme Simon ou Claveyrolat et Levavasseur, très reconnaissables avec leur maillot à rayures vertes et blanches.

Son leader, l’Irlandais Roche, a ajouté un Tour de Romandie et un Critérium international au palmarès avant que la structure soit rachetée par Marc Braillon, Pdg de RMO. Dirigée par Thévenet puis Vallet et Roussel, RMO dura également sept ans et permit à Mottet de rebondir après Renault Elf et Système U, et à Virenque de faire ses débuts chez les pros. Les frères Madiot, Pensec ou Lino passèrent également chez RMO avant que la société fasse faillite en 1992.

Le coureur emblématique : Stephen Roche
La plus belle victoire : Paris-Roubaix, 1991 (Marc Madiot)

La vie claire, look (1984-1991)

Débutée sous La Vie Claire, l’ambitieux projet porté par Bernard Tapie s’est terminé en Toshiba huit saisons après non sans avoir profondément révolutionné l’approche du cyclisme professionnel, les mentalités du peloton. En laissant Guimard et Fignon monter leur propre structure sur les cendres de Renault-Gitane, Hinault trouve avec l’entrepreneur français sans complexes, l’homme idéal pour faire rebondir sa carrière.

Avec un directeur sportif suisse, Paul Köchli, aux méthodes révolutionnaires, La Vie Claire détonne et permet au Blaireau de se refaire une santé, de gagner un cinquième Tour de France (1985), un troisième Giro (1985) et d’accompagner la montée en puissance de son successeur, LeMond, pour un Tour 1986 resté dans l’histoire, notamment à travers l’arrivée des deux leaders, main dans la main en haut de l’Alpe d’Huez.

Hinault à la retraite en 1987, Tapie plus concerné par son engagement dans le football avec l’OM, les dernières années d’une formation française qui aura modernisé le milieu très conservateur du vélo, seront animées par Bernard, Leblanc, les frères Madiot, Riis et Jalabert.

Le coureur emblématique : Bernard Hinault La plus belle victoire : 18ème étape du Tour 1986 (Hinault et LeMond) d’une association sportive, France Compétition (présidée par le journaliste Robert Chapatte), et d’une régie publicitaire, MaxiSports Promotion qui parvient à exister pendant trois ans, le temps de gagner la Flèche Wallonne (Fignon, 1986), Milan-San Remo (Fignon, 1988 et 1989), le Tour de Lombardie (Mottet, 1988), un Giro (Fignon, 1989), 9 étapes du Tour, 2 du Giro et 4 de la Vuelta.  

Le coureur emblématique : Laurent Fignon La plus belle victoire : Giro, 1989 (Fignon)

Festina (1994-2001)

Française à partir de 1994, elle était espagnole à l’origine (Lotus Zahor puis Lotus Festina), avant l’arrivée de Bruno Roussel à la direction sportive suivi des meilleurs coureurs français de l’époque, Virenque, Lino, Marie, Leblanc, plus tard Brochard.

Avant de disparaitre en 2001 après ce qu’on appela l’affaire Festina, liée au dopage, la formation était considérée comme la plus forte du peloton mondial avec deux titres de champion du monde pour Leblanc et Brochard (1994 et 1997) et surtout 58 victoires d’étapes sur les trois grands Tours dont beaucoup assurées par Richard Virenque, quatre fois maillot à pois entre 1994 et 1997 et 2ème en 1997… juste avant l’exclusion de la totalité de ses coureurs à l’issue de la 7ème étape d’un Tour 1998 dont Virenque était un des principaux favoris.

Le coureur emblématique : Richard Virenque La plus belle victoire : 12ème étape du Tour 1993 (Virenque)

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi