lundi 27 mai 2024

OL : Mohamed El Arouch, des débuts sous la contrainte ?

À lire

L’un des plus beaux espoirs de la formation lyonnaise, Mohamed El Arouch a commencé à effectuer quelques apparitions chez les professionnels ces dernières semaines.

En mai dernier, son but puis sa Panenka lors de la séance de tirs au but avaient contribué à offrir à l’Olympique Lyonnais contre Caen (11, 5 t.a.b à 3) sa première Coupe Gambardella depuis vingt ans. Agé de 18 ans (il aura 19 ans le 6 avril), Mohamed El Arouch est clairement identifié comme l’un des plus beaux fleurons de la formation lyonnaise ces dernières années.

Originaire d’Orange, dans le sud de la France, le milieu de terrain dispose d’une large palette technique. Jean-François Vuillez, le patron de l’OL Academy, confirme : « C’est un joueur complet, capable de faire la différence par le dribble, la passe et les coups de pied arrêtés. »

Malgré ces louanges, le jeune talent n’a pas su obtenir les faveurs de Peter Bosz en début de saison. Présent dans le groupe professionnel lors de la préparation estivale, il avait vite été relégué en réserve, malgré sa présence dans l’effectif lors de la première journée (OL-AC Ajaccio : 2-1). Le scénario s’est reproduit à l’automne au moment de la nomination de Laurent Blanc à la place de Peter Bosz.

Un coup de force salvateur ?

Si Mohamed El Arouch a d’abord profité du changement de coach pour réintégrer l’équipe première à l’entraînement, il a de nouveau été peu de temps après rétrogradé à l’échelon inférieur. La pilule a visiblement eu du mal à passer. Début janvier, le quotidien sportif L’Equipe révélait que le joueur avait demandé à partir pendant le Mercato hivernal. Souhaitait-il être transféré ou prêté ?

L’OL ne s’est pas posé la question, fermant à double tour la porte à un élément qu’il avait prolongé en mai 2022 jusqu’en 2025. Ce coup de force a-t-il porté ses fruits ? Quoi qu’il en soit, Mohamed El Arouch est revenu dans l’effectif professionnel fin janvier. Pour cette fois ne plus le quitter. Mieux, après une première feuille de match sous Laurent Blanc à Ajaccio (0-2) fin janvier, il a goûté le 25 février à Angers (1-3) pour la première fois à la Ligue 1 en remplaçant Thiago Mendes à la 89ème minute.

Blanc prend son temps avec El Arouch

Trois jours plus tard, il enchaînait en entrant en jeu dès la 54ème minute à la place de Bradley Barcola lors de la victoire contre Grenoble (2-1) en quarts de finale de la Coupe de France. Ces deux entrées en jeu ont été unanimement saluées par les observateurs qui ont vanté sa qualité technique. Mais Laurent Blanc n’a pas tardé à freiner des deux fers :

« C’est un bon joueur et un beau footballeur, ce qui est déjà bien. Il sent bien le jeu, et c’est une qualité importante selon moi. Mais ça ne suffit pas, c’est ce que vous devez comprendre. Il y a aussi le domaine physique. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais dans l’impact, on est arrivé à des stades incroyables, et donc, c’est dur pour des garçons techniques de petite taille (El Arouch mesure 1m65, Ndlr). Il faut développer d’autres choses. Le niveau de la Ligue 1 est très différent de ce qu’on peut avoir en réserve. Il y a du travail. »

Néanmoins, le technicien a reconnu qu’il fallait sans doute s’attendre à voir davantage Mohamed El Arouch dans les prochaines semaines : « Lorsqu’on n’a pas le choix, et là, j’ai l’impression que je ne l’ai pas, il faut faire en sorte des joueurs qui peuvent s’exprimer le fassent du mieux possible. » On a certainement connu de plus belles déclarations d’amour. A Mohamed El Arouch de convaincre son coach…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi