samedi 20 juillet 2024

OL : Santiago Cucci succède à Aulas et devient le premier président de l’ère Textor

À lire

C’est un homme inconnu du monde du football qui débarque en tant que Président de l’Olympique Lyonnais. Santiago Cucci connaît cependant bien le milieu du football. Le nouveau boss de l’OL devra se démarquer de l’emblématique Jean-Michel Aulas et pour s’y faire, avoir un ami de choix en la personne de Ludovic Giuly.

C’est une nouvelle ère que l’OL débute, le départ de JMA le 05 mai dernier a laissé à John Textor toute la latitude pour mener à bien les premiers changements d’hommes dans la structure lyonnaise.

D’abord, une refonte de la cellule de recrutement et un accent mis sur la data. Mathieu-Louis Jean pilote la cellule ce secteur pour l’OL alors que Bruno Cheyrou agit toujours pour les Gones mais dans un rôle différent. L’ancien protégé de Jean-Michel Aulas s’occupe de la gestion des prêts de l’OL. En attendant mieux. John Textor apprécie les qualités du bonhomme.

Pour Vincent Ponsot aussi, les perspectives sont grandes, mais dans les domaines qui ont fait sa réputation à l’OL : l’administratif et le financier. L’ancien bras droit d’Aulas n’interviendra plus sur le sportif, domaine réservé aux nouveaux hommes du club rhodanien. C’est avec cette nouvelle équipe que Santiago Cucci arrive en terrain presque inconnu.

Cucci apprécié pour son leadership avec un CV impressionnant

RMC Sport a confirmé la nouvelle dans la soirée, Santiago Cucci était déjà présenté aux salariés mercredi, puis aux joueurs à la reprise ce jeudi. Cucci arrive avec sa fraîcheur et son humilité. Pas question de comparer avec la méthode JMA.

Le dirigeant de 53 ans veux faire mieux avec une toute autre méthode. Il a rendu un hommage appuyé à l’emblème de l’OL. « Je n’ai pas l’expérience de Jean-Michel. Avec l’outil qu’il a construit, il y a tout pour réussir ».

Le nouvel homme fort de l’OL sait de quoi il parle. Sa dernière entreprise, dont il avait la gestion, n’était autre que Levi’s, et ses 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 7000 salariés dans le monde.

Cette fois-ci, le natif de Saint-Jean de Luz pilote un club de 620 salariés, dont les missions vont être ajustés. Santiago Cucci arrive avec pour mission de faire grandir l’OL. Son humilité a tout de suite plu en interne. Même si les résultats jugeront si la stratégie de l’OL était la bonne.

La DNCG, son premier dossier chaud à gérer

Au micro de notre confrère Edward Jay (RMC Sport), Cucci s’est voulu rassurant sur l’épilogue avec la DNCG. Le nouveau boss de l’OL détaille sa stratégie pour éviter à l’OL d’être freiné sur le marché des transferts :

« Nous continuons de travailler et j’ai envie de travailler avec eux pour leur montrer qu’on est sérieux. Et je n’ai pas forcément besoin de la DNCG pour bien travailler mes dépenses et mes recettes », a expliqué l’homme de confiance de John Textor. « Nous sommes des professionnels et nous avons tout à fait ces paramètres dans notre travail en amont. Vendre une entreprise comme OL Reign ne se fait pas rapidement, mais cela va aller vite. Nous avons de bonnes raisons de ne pas être aussi inquiet que ne l’a exprimé la DNCG. Nous n’avons rien à cacher. »

À l’OL désormais d’avancer sur les transferts pour avoir au bout de la 34ème journée, une nouvelle Ligue des Champions à jouer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi