vendredi 27 janvier 2023

Patrick Guillou (beIN Sports) : « Une Coupe du Monde pour ceux qui aiment le foot, pour ce qu’il est »

À lire

Consultant pour beIN SPORTS qui a diffusé l’intégralité des rencontres, Patrick Guillou a suivi sur place la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Il revient pour nous sur ce Mondial exceptionnel et plein de surprises qu’il a pu commenter et se projette sur la finale de dimanche Argentine-France.

Personnellement, comment s’est passée la Coupe du monde avec beIN SPORTS ? Est-ce que ce fut une belle Coupe du monde ?

Au niveau de la Coupe du monde, c’était une parfaite organisation ; la gestion des flux, l’arrivée au stade, pas de bouchons, au niveau sécuritaire il n’y a absolument rien à signaler. Le fait qu’il n’y ait pas eu d’alcool a été une bonne chose. Cela va en surprendre plus d’un, quelque part ça ne va pas faire plaisir aux brasseurs, à l’industrie de l’alcool, mais on pouvait rentrer paisiblement au stade et on pouvait en sortir paisiblement.

Pariez sur France – Argentine et profitez d’un BONUS de 100 euros avec le code QUOTIDIEN !
(cliquez sur les images ci-dessous)

Il y avait certes une ambiance qui ne correspondait pas aux standards européens, ça c’est une certitude au niveau des ambiances, des chants, des tifos tout ça, mais c’était un climat qui était hyper apaisé, ce sont les faits. J’étais sur place, je l’ai vu de mes propres yeux, je n’ai pas des éléments de langage. Cela n’engage que moi.  Sur mes journées de repos, j’ai eu la chance de voir autour de Doha ce qu’il se passait, c’est un autre Qatar. Je me suis imprégné aussi de la vie des gens qui habitent là-bas. J’ai pris plein de souvenirs positifs et je pense que la Coupe du monde a été au niveau du jeu aussi intéressante par rapport à la qualité de jeu de certaines équipes, par rapport à la qualité aussi qu’il y a pu avoir dans cette Coupe du monde. Pour ceux qui aiment le football pour ce qu’il est, c’est-à-dire pour le jeu, le plaisir, ceux qui aiment et sont des passionnés, ils ont pu se retrouver par de longues séquences dans le football qu’ils aiment. 

« Le fait qu’il n’y ait pas eu d’alcool est une bonne chose »

Certains joueurs, certaines équipes vous ont-ils surpris ?

Le Japon m’a surpris, mais également la Corée du Sud, bien sûr le Maroc, ou encore la qualification du Sénégal. C’est la Coupe du monde, il y a son lot de surprises, il y a eu l’accumulation des matches, un calendrier surchargé, mais c’est pareil pour tout le monde. Les grands joueurs jouent dans des grands clubs, peu importe leurs nationalités, leurs continents.

Quel est votre pronostic pour la finale de dimanche France-Argentine ? 

C’est difficile à dire. On disait que ça allait être la Coupe du monde des surprises, sauf qu’à la fin on a une finale qui est France-Argentine, avec chacune des deux équipes qui a deux étoiles sur le maillot, elles sont en quête de la troisième. Elles ont marqué le football, d’abord au niveau continental en Europe et en Amérique du Sud par des parcours intéressants, la gagne en Copa America en 2021 et la finale de l’Euro en 2016. Derrière, sur la scène intercontinentale à savoir la Coupe du monde, l’Argentine jouait la finale en 2014 face à l’Allemagne, la France vient de faire sur les 24 dernières années quatre finales de Coupe du monde. Ce sont deux nations fortes, malgré toutes les surprises, qui sont en finale. Il faut voir si la France va encore une fois comme face au Maroc et l’Angleterre laisser le ballon et la possession à l’adversaire. Si oui l’Argentine va l’avoir et il faudra voir comment elle va l’utiliser. Est-ce qu’ils seront équilibrés en phase de transition ? Il y a deux poids dans la balance, à prendre en compte, d’un côté réaliser une chose sans nom à savoir remporter deux titres de champion du monde de suite ; ce n’est pas arrivé depuis le Brésil en 1962. Dans le football moderne, la France a l’opportunité d’être championne du monde deux fois successifs, ce serait un exploit colossal. De l’autre côté, est-ce qu’on va avoir la quête du Graal et la consécration de l’incarnation du football de ces dernières années avec Lionel Messi, qui veut aller chercher le dernier titre qui lui manque….

« Il n’y a pas de plan anti-Messi »

Quelle sera la clé du match, notamment d’un point de vue tactique ? Faut-il un plan anti Messi ? 

Il n’y a pas de plan anti-Messi. Il faut juste voir ce qu’il s’est passé avec le 4-3 en 2018 en huitième de finale. Alors certes il y a la reprise de volée de fou de Benjamin Pavard, l’objectif c’est comment, dans les circuits préférentiels, on coupe la relation entre les pourvoyeurs de ballons et Lionel Messi. Ces grands joueurs comme Messi sont attendus sur les finales, sur des exploits individuels tout comme on attend Kylian Mbappé, tout comme les Anglais ont réussi à couper le chemin de transmission vers Mbappé. On va suivre cela avec attention, on est bien sûr supporteur de l’équipe de France, je regarderai le match avec des amis avec des maillots et on espère que la France soit championne du monde une deuxième fois d’affilée. Et si jamais l’Argentine devient championne du monde, les amoureux du ballon auront une larme aussi d’un côté d’une joue parce que la France aura perdu et de l’autre une larme aussi peut-être parce qu’on se réjouira que Leo Messi, celui qui a incarné le football ces dernières années sera champion du monde.

Propos recueillis par Olivier Rivaud

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi