dimanche 23 juin 2024

Philippe Dallard : « Envisageons un club omnisports à Toulouse ! »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Depuis octobre 2012, le jeune entrepreneur toulousain Philippe Dallard dirige un club de handball qu’il a réussi à installer dans la première moitié du championnat et à se qualifier régulièrement pour une coupe européenne. Pour espérer mieux, il en appelle à la création d’une structure omnisports dans une ville riche en clubs de haut niveau.

2012-2022, quel bilan faites-vous de vos dix années de présidence ?

Nous avons récupéré un club à l’agonie et au bord du dépôt de bilan. En dix ans, nous avons inversé la trajectoire, sportivement en étant européen une saison sur deux, avec une 7ème place comme classement moyen, et une affluence moyenne de 3000 spectateurs avant la crise sanitaire, financièrement, en parvenant à avoir des fonds propres positifs.

Cela ne s’est pas fait sans difficultés, beaucoup de travail et de nuits blanches. Mais la passion est encore là qui me permet de m’investir avec toujours autant de motivation, de prendre toujours autant de plaisir à aller voir les joueurs s’entraîner tous les jours, discuter avec le staff et avec ses équipes, faire des déplacements partout en France et aux quatre coins de l’Europe. Dix ans après, le plaisir est toujours là.

Philippe Dallard sceptique pour intégrer le top 4

Le Fenix peut-il, à terme, espérer briser ce plafond de verre qui le condamne à rester au pied du Top 5 tous les ans ?

Si votre question est de savoir si on peut aujourd’hui terminer dans le top 4, la réponse est non ! A côté de l’ovni que représente le PSG, nous faisons face à des budgets trois ou quatre fois supérieurs au nôtre et des clubs comme Nantes ou Montpellier qui disposent de 20-22 joueurs quand nous n’en avons péniblement que 15 ou 16. Dans ce contexte, nos résultats sportifs sont supérieurs à nos moyens financiers.

Pour espérer franchir un palier, il faudrait forcément trouver de nouvelles sources de financement, notamment à travers la structuration du Palais des Sports, et continuer à travailler l’ADN du club, la formation. A ce niveau, je me réjouis d’avoir fait signer cette saison trois nouveaux joueurs issus de notre centre et d’en compter déjà pas mal dans l’effectif pro à l’instar de Chelle ou Gilbert.

Tous les ans, une dizaine d’équipes peuvent prétendre être européennes pour cinq places. Et lorsque nous mettons derrière nous Chambéry ou Saint-Raphaël, qui disposent de moyens bien supérieurs, c’est déjà une victoire.

La preuve que vous pouvez y arriver quand même !

Pour y parvenir plus souvent, ça passe par un engouement populaire et économique supérieur, par un système qui arriverait à maturité.

« Entre Pésidents du stade toulousain, du TFC, de colomiers… On est tous de la même génération, tous copains »

Dans une ville très sportive où le TFC vient de remonter en L1, pouvez-vous vous reposer sur une vraie synergie ?

Bien sûr ! Entre présidents du Stade Toulousain, du TFC, de Colomiers… on est tous de la même génération, tous copains. Avec Didier Lacroix, Alain Carré, Olivier Sadran avant l’arrivée de Damien Comolli, on se connait depuis trente ans. On a parfois partagé les bancs des mêmes écoles, souvent les mêmes bars lors des soirées festives. Mais, forcément, dans une ville qui compte sept clubs professionnels, la question du financement privé se pose pour des partenaires potentiels qui ont une offre très large.

Cette richesse est-elle un handicap pour le Fenix ?

Elle pourrait l’être si nous n’avions pas d’excellentes relations, si nous ne travaillions pas ensemble. Un exemple ; foot, rugby, hand… tous les coachs se réunissent une fois par mois pour échanger et partager leurs connaissances. Idem entre présidents.

Sur les cendres de ce que fut le projet des Spacers, ne serait-il pas pertinent de relancer un projet fédérateur de la même ampleur qui pourrait intégrer aussi le Stade et le TFC ?

De mon point de vue, il est inenvisageable de ne pas envisager un club omnisports à Toulouse, au moins pour les sports en salle. L’outil serait adapté à notre réalité et mérite en tout cas une vraie réflexion sur sa viabilité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi