vendredi 19 août 2022

Philippe Terrier (Villefranche-Beaujolais) : « On est prêt pour la Ligue 2 »

À lire

Battu en barrage par Quevilly-Rouen, Villefranche-Beaujolais sera promu en Ligue 2 si la rétrogradation des Girondins de Bordeaux est confirmée en appel, mardi. Le président du club du Rhône nous le confirme : le club est prêt.

C’est avec envie que Philippe Terrier attend le verdict de la commission d’appel de la DNCG. « Je peux vous dire que mardi, on sera en alerte », nous confirme le président de Villefranche-Beaujolais. On peut le comprendre. Car en cas de confirmation de la relégation de Bordeaux en National, c’est bien le club du Rhône, qui récupèrera la place en Ligue 2.

Si l’ancien règlement de la FFF aurait fait de Dunkerque (premier relégable en Ligue 2), l’heureux élu, l’aménagement effectué en 2016, avec la mise en place des barrages, fait de Villefranche-Beaujolais le grand bénéficiaire du drame bordelais.

Les Caladois s’appuient sur ce nouveau point de règlement pour envisager la montée : « Après le déroulement du barrage, dans l’hypothèse où un club qualifié pour la saison suivante en Ligue 2 renonce à sa participation ou ne satisfait pas aux critères de participation de la Ligue 2, ou se voit refuser cette accession par décision de la DNCG ou tout autre organe notamment disciplinaire, le club perdant du barrage est repêché » explique le texte promulgué il y a six ans.

Un accord avec Gueugnon pour jouer ses matchs à domicile au stade Jean Laville

La condition est, bien sûr, de satisfaire aux obligations d’un club de Ligue 2 (stade, budget…). « On avait un problème de stade, mais on a signé un partenariat avec Gueugnon, pour jouer dans son stade », nous apprend le président Terrier.

Restera alors le passage devant la DNCG. « Notre budget est bouclé, il est cohérent », précise Philippe Terrier qui ne voit aucune raison d’échouer devant le gendarme financier du football français.

« Nous sommes prêts pour évoluer en Ligue 2 », insiste celui qui veut y croire, malgré les affirmations de Gérard Lopez. « Il paraît qu’il a trouvé les solutions », lâche-t-il quand même, un brin fataliste…

On lui répond qu’avant de se présenter une première fois devant la DNCG, Gérard Lopez était déjà serein, certain d’avoir toutes les garanties pour assurer l’avenir du club…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi