mardi 27 septembre 2022

Pierre-Charles Boudot : « Je vibre à chaque match de l’OL ! »

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

L’un des meilleurs jockeys du monde, Pierre-Charles Boudot (28 ans le 21 décembre), vainqueur du Prix de l’Arc de Triomphe en 2019, est un grand supporteur de l’OL. Il nous raconte sa passion. 

Comment êtes-vous devenu fan de l’OL ? 

Je suis originaire d’un département voisin, la Saône et Loire. Mon père travaillait auprès des chevaux de courses et nous nous rendions du coup fréquemment à Lyon où il y a deux hippodromes (Parilly et Carré de Soie, Ndlr). C’est ainsi qu’est née ma passion pour l’OL. C’était à la grande époque, quand Lyon collectionnait les titres de champions de France ! 

Avez-vous déjà été au stade ? 

Oui à Gerland comme au Groupama Stadium. J’ai de nombreux très bons souvenirs. Le match qui m’a le plus marqué est certainement l’une des victoires contre le Real Madrid au milieu des années 2000. L’OL a réussi de très belles épopées européennes à cette période. Même s’il y a eu la demi-finale de Ligue des Champions l’an dernier, c’est différent aujourd’hui. Dans les années 2000, l’OL affichait bien plus de régularité. 

Quels sont les joueurs qui vous ont le plus marqué ?

Je ne vais pas être original en citant Juninho. Mais j’ai adoré et supporté beaucoup d’autres joueurs, comme Michel Bastos. Aujourd’hui, Memphis Depay est mon joueur favori. 

« Aujourd’hui, Memphis Depay est mon joueur favori »

Parle-t-on beaucoup de football dans votre milieu ?

Enormément. Comme les footballeurs, les jockeys sont dans un vestiaire. On se chambre beaucoup par rapport au football. Beaucoup sont pour le PSG, d’autres supportent l’OM et nous sommes peu de fans de l’OL. De mon côté, j’ai toujours autant de passion, je vibre à chaque match ! 

Avez-vous pu chambrer ceux qui encouragent Saint-Etienne après le derby ?

Il n’y a pas de Stéphanois ! (rires) 

Qu’est-ce qui lie le monde de l’hippisme à celui du football ?

Beaucoup de joueurs sont propriétaires de chevaux de courses. J’ai ainsi récemment gagné en montant un cheval d’Antoine Griezmann et un autre de Mbaye Niang. J’ai aussi gagné à deux reprises pour Tony Parker. Après mes victoires, on a échangé quelques messages, il m’a félicité, mais nous n’avons parlé foot. A cause des conditions sanitaires, il n’avait pas pu venir, mais il le fera dès que ce sera possible. 

Le « kiff » absolu serait de gagner avec un cheval propriété d’un joueur de l’OL ! 

C’est exactement ça ! 

> Retrouvez cet entretien et toute l’actualité de l’OL dans le magazine Le Foot Lyon, chez votre marchand de journaux ou sur la boutique Lafont Presse.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi