vendredi 21 juin 2024

Pourquoi le football n’a pas sa place aux Jeux Olympiques

À lire

Le football a-t-il sa place aux Jeux Olympiques ? C’est une vraie question qui va prendre de plus en plus de poids dans les prochaines saisons, alors que les calendriers sont de plus en plus chargés. Mais pas seulement…

18 noms à cocher sur du papier et un sacré casse-tête. Celui que vit Sylvain Ripoll pour établir sa sélection pour les Jeux Olympiques. Le tournoi olympique de football se déroulant hors dates FIFA (du 21 juillet au 7 août), les clubs ne sont pas obligés de libérer leurs joueurs.

Ainsi, le sélectionneur des Espoirs a essuyé le refus de quasiment tous les clubs des joueurs de Ligue 1 qui figurent sur la liste des 50 (remise le 19 mai au CIO) dans laquelle il doit piocher pour créer un groupe de 18.

Le PSG (pour Mbappé, comme pour les Brésiliens Marquinhos et Neymar), Lille (pour Bamba, Ikoné, Soumaré ou André), Rennes (pour Camavinga, Truffer ou Terrier), Monaco (pour Tchouaméni, Badiashile, Disasi, Aguilar et Fofana) refusent de libérer leurs joueurs.  C’est la même chose à l’étranger. Leipzig ne veut pas lâcher Nkunku, le Hertha Berlin refuse de laisser partir Tousart, le Bayern a dit non pour Upamecano, Liverpool retient Konaté…

Un problème qui a pris de l’ampleur en raison du fait que les joueurs débutent de plus en plus tôt leur carrière. A 22 ans aujourd’hui, les meilleurs jeunes sont pratiquement tous déjà installés dans l’élite.

Pas de place pour le tournoi olympique dans le calendrier

Pour l’instant, alors que la préparation débute le 28 juin à Clairefontaine, Ripoll a trois certitudes : Bernardoni (Angers), Larsonneur (Brest) et Gignac (Tigres). Une situation confuse qui relance le débat sur la présence du football aux Jeux Olympiques.

Un sport professionnel tel que le football a-t-il sa place dans une telle compétition ? Les enjeux financiers sont tels que les clubs, qui payent de plus en plus grassement leurs joueurs, ne souhaitent pas les voir partir à l’autre bout du monde en pleine période de préparation. On ne peut que trouver logique qu’un club comme le PSG refuse de voir Mbappé, Neymar ou Marquinhos participer au tournoi olympique.

Surtout que ces trois joueurs disputent actuellement des compétitions internationales, ce qui reviendrait à les priver complètement de vacances. Mais aussi de préparation pour la prochaine saison.

Si c’est moins le cas pour les joueurs non retenus pour jouer l’Euro ou la Copa América, cela n’empêche qu’ils manqueront tous la préparation de début de saison avec leur club.

Pas (ou très peu) de stars : le foot le vit mal…

Certes, le foot n’est pas le seul sport collectif professionnel à être présent aux Jeux (qui accueille le basket, le rugby et le hand notamment), mais c’est le seul dont les compétitions reprennent si tôt.

Inadapté aux Jeux, le football professionnel ne fait pas recette non plus. Déjà parce que les stars ne sont pas sur la pelouse, laissant leur place à des jeune joueurs (en dehors des trois joueurs de plus de 23 ans autorisés par sélection, qui ne sont pas des stars en général, à l’exception du Brésil), et le foot n’aime pas ça (pour rappel, la phase finale de l’Euro espoirs n’étaient pas diffusée par la télévision en France) mais aussi parce que l’image des Jeux Olympiques est en contradiction (même s’il y a un peu d’hypocrisie) avec les millions dépensés dans le football, particulièrement à une période de mercato qui symbolise le coté mercantile de ce sport.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi