mardi 5 mars 2024

Primov Roglic va t-il réveiller le Bora-Hansgrohe ?

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

La formation allemande qui n’a pas vécu une saison 2023 aussi prolifique qu’espérée pourrait retrouver un second souffle avec l’arrivée du leader slovène, Primoz Roglic.

Chez BORA-hansgrohe, la saison 2023 n’a pas eu du tout la même saveur qu’en 2022. Conséquence, la formation allemande a glissé au classement passant de la 4ème à la 7ème place. Illustration parfaite sur la route, l’équipe a moins gagné, en ne triomphant que 23 fois contre 30 les deux saisons d’avant.

L’un des directeurs sportifs Rolf Aldag explique ce qui s’est produit : « Nous n’avons pas connu une saison satisfaisante. Notre équipe a subi pas mal de changements, mais aussi une phase très compliquée lors du printemps. 16 de nos coureurs sont tombés malades en même temps. Cela a vraiment impacté notre saison ». Afin de ne pas vivre pareille spirale négative, la BORA-hansgrohe a frappé fort.

À LIRE AUSSI : toute l’actu du team sur notre site internet

« Retrouver notre niveau de 2022 »

Avec bien sûr Primoz Roglic, la recrue phare : « En 2024, le curseur va être placé sous l’angle de la stabilité, insiste Aldag. L’accent va aussi être mis sur la santé de nos coureurs. Des protocoles et des processus seront établis. Nous nous appuierons également sur nos succès enregistrés en 2022. Avec le potentiel des coureurs dont nous disposions déjà avec les présences de Jai Hindley et Vlasov, je suis confiant sur le fait qu’on pourra retrouver notre degré de performance de 2022. On fixe d’autres grands espoirs sur nos recrues. »

« Avec Dani Martinez, on espère le retrouver sur le devant de la scène. Il a traversé une saison 2023 pas commode. Ensuite, l’état d’esprit et la classe naturelle de Primoz Roglic peuvent constituer une source d’inspiration importante pour toute l’équipe. Bien sûr, c’est un gros défi de construire une saison au top mais, excepté sur la Vuelta (Roglic a fini 3ème, Ndlr), il a eu du succès pratiquement dans toutes les courses auxquelles il a pris part. On ne peut donc pas faire beaucoup mieux si ce n’est essayer de maintenir ce très haut niveau. »

« Le Tour de France demeure son défi majeur. Cela sera le nôtre également. Et cela laissera suffisamment de place aussi dans la saison pour des coureurs de grande qualité comme Kämna, Vlasov, Hindley. Ainsi que pour d’autres coureurs qui pourront aussi briller et atteindre des objectifs personnels ».

Si toutes les recrues, à commencer par Roglic, évoluent à leur niveau réel, la saison 2023 ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Les mouvements

Arrivées : Adria Oliveras (Kern Pharma), Hajek (Tirol-KTM), Herzog (Hagens Berman Axeon), Maciejuk (BahrainVictorious), Martinez Poveda (INEOS Grenadiers), Roglic (Jumbo-Visma), Sobrero (Jayco AlUla), Welsford (DSM)

Départs : Aleotti, Archbold (retraite), Bennett (Decathlon AG2R La Mondiale), Fabbro (Polti-Kometa), Konrad (Lidl-Trek), Koretzky, Politt (UAE Team Emirates), Schelling (Astana Qazaqstan), Walls (Groupama-FDJ)

Roglic taille patron

Le Slovène de 34 ans portera pour deux ans les couleurs de BORA-hansgrohe à partir de 2024. Cela n’a pas traîné puisqu’une semaine après avoir fait savoir qu’il n’irait pas au bout de son contrat avec Jumbo, ce dernier a trouvé un nouveau point de chute au sein de l’équipe allemande. BORA-hansgrohe s’offre un des plus grands noms du cyclisme actuel :

« Nous payons Primoz avec l’argent que nous avons économisé ces dernières années » n’a pas hésité à dire Ralph Denk. Le retour sur investissement devrait être important tant la classe de ce coureur saute aux yeux. Son palmarès parle pour lui avec pas moins de 80 victoires. Il ne lui manque que le Tour de France…

Les plus

  • La venue de Roglic est un renfort colossal. Le Slovène a notamment gagné plusieurs grands Tours (3 Vuelta, 1 Giro). Il peut aussi briller sur des courses d’une semaine, des classiques vallonnées. Son énergie de-vrait être communicative.
  • La BORA-hansgrohe peut compter sur des coureurs de premier ordre sur des courses à étapes comme Roglic bien sûr, mais aussi Hindley et Vlasov,
  • Cian Uijtdebroeks est un prodige. Il n’a que 20 ans, mais on lui voit déjà un très bel avenir.

Les moins

  • La BORA-hansgrohe a moins gagné en 2023 qu’en 2022. Pas mal de coureurs n’ont pas pu évoluer à leur meilleur niveau du fait de soucis de santé ou de pépins physiques.
  • Même s’il n’est pas le plus connu du grand public, Nils Politt s’est engagé avec UAE Team Emirates. C’est un excellent rouleur, vainqueur d’une étape sur le Tour (en 2021), qui risque de beaucoup manquer.
  • Un des enjeux majeurs de la saison pour cette équipe sera sur le Tour de France. Il ne faudra surtout pas se manquer avec des attentes colossales.

À LIRE AUSSI : toute l’actu du cyclisme et des grandes boucles dans nos éditions

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi