vendredi 24 mai 2024

PSG – Angers : pourquoi les Angevins ont tort de se plaindre de la VAR

À lire

Le deuxième but du PSG sur penalty a provoqué la colère des Angevins qui dénoncent la VAR. Mais en début de match, c’est le club de la capitale qui a été lésé…

Sans imagination, sans mouvement et surtout dans une composition étrange*, le PSG a eu les pires difficultés à battre une équipe d’Angers regroupée en défense et redoutable en contres.

Avec au cœur de ce succès étriqué, obtenu en marquant deux buts dans les 20 dernières minutes, un penalty accordé aux Parisiens pour une faute de main de Capelle, dans la surface de réparation, une grosse polémique.

Après la rencontre, les Angevins fustigeaient l’arbitrage et tout particulièrement l’utilisation de la VAR. A l’image de Romain Thomas, très critique au micro d’Amazone Prime.  « C’est incroyable ce qu’il se passe. Perdre ici, ce n’est pas une honte mais comme ça non, c’est impossible », expliquait le défenseur angevin au coup de sifflet final. « On travaille toute la semaine pour faire quelque chose de propre. C’est anormal qu’ils ne prennent pas le temps les arbitres. Le VAR, ça commence à me fatiguer cette histoire (…) Là, il y a faute d’Icardi au départ de l’action, il me tire le bras, je tombe et, après, il joue de sa position pour avoir le penalty ».

Dès la 17ème minute, la VAR aurait dû confirmer un penalty pour une faute de Capelle sur Icardi

Un discours partagé par Gérald Baticle, l’entraîneur du SCO, ainsi que les journalistes et consultants d’Amazone Prime (Thierry Henry et Mathieu Bodmer en tête).

Mauricio Pochettino, lui, se contentait de dire qu’il s’agissait de faits de jeu. « C’est toujours difficile avec ces situations, donc je compatis avec lui (ndlr : Gérald Baticle). C’est vrai que c’est toujours difficile. Parfois ces situations sont en ta faveur et parfois contre toi. Cela te bénéficie et parfois non. Je peux comprendre sa déception, mais ce sont des situations de jeu »

Il ne faut pas chercher très loin pour trouver un exemple qui a vu la VAR être à l’avantage du SCO. 70 minutes avant le fameux penalty litigieux, le PSG aurait dû bénéficier d’un penalty pour une faute de Capelle sur Icardi.

PSG – Angers et la VAR : 1-1, la balle au centre

Que se serait-il passé si Paris avait ouvert la marque dès la 17ème minute ? Ce penalty aurait sans aucun doute changer le plan de jeu des Angevins.

Curieusement, après la rencontre, sur le plateau d’Amazon Prime, ce fait de jeu (en direct, Thierry Henry estimait qu’il y avait penalty) a été complètement occulté. Notamment devant Gérald Baticle.

Au final, les deux images (l’intervention de Capelle sur Icardi et le duel entre Icardi et Thomas) ont été observées par la VAR qui n’a pas jugé qu’il y avait faute. Les deux erreurs s’annihilent donc. 1-1, balle au centre.

*Malgré les absences de Neymar, Marquinhos, Messi, Di Maria et Paredes, Mauricio Pochettino avait décidé de se passer de Gueye, Hakimi, Mendes et Wijnaldum, se privant de solutions sur les ailes…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi