mardi 27 février 2024

Le PSG au bord de la crise de nerfs avant le Bayern

À lire

Tous les lundis, retrouvez le regard avisé  de Guy Mislin, ancien de l’Equipe et France football sur un fait d’actualité. Aujourd’hui Guy revient sur la situation inquiétante du PSG avant de se déplacer à Munich.

A force de jouer les intermittents du spectacle cette saison, le Paris SG risque une énorme désillusion fin mai à l’heure des comptes. Il y a quelques semaines, j’ai écrit que « le Dr Jekyll n’avait toujours pas tué Mr Hyde ». Juste après l’exploit du Camp Nou, le PSG s’était incliné au Parc face à Monaco. Cela s’est encore vérifié, car depuis la démonstration parisienne au Groupama de Lyon, les joueurs de Pochettino se sont fait battre à domicile, par le relégable Nantes, et surtout samedi face à leur rival numéro un pour le titre, le LOSC de Christophe Galtier, qui avait parfaitement retenu la leçon subie en Coupe de France…

Sans être dramatique sur le plan mathématique, la situation du club de la capitale est inquiétante à plus d’un titre. Mauricio Pochettino qui ne s’attendait certainement pas à devoir gérer autant de problèmes vu la qualité de l’effectif mis à sa disposition, a reconnu que le PSG était une équipe irrégulière, manquant cruellement de constance. Un constat tout à fait valable cette saison, mais jusqu’ici, le PSG masquait certaines insuffisances par une domination outrageuse en Ligue 1 où il lui manquait une opposition digne de ce nom…

L’ombre de Verratti a plané sur PSG-Lille…

Samedi, alors que les quatre candidats au titre étaient sur le pont, le seul qui ait perdu, c’est le PSG. Contre Lille, les Parisiens se présentaient en position de leaders, retrouvaient Neymar, et Pochettino alignait une attaque de feu avec Neymar, Mbappé, Di Maria et Kean.

Face à une défense nordiste superbement organisée et un milieu de terrain récupérant une quantité énorme de ballons, la machine parisienne s’est grippée, une fois de plus, et Jonathan David a enfoncé le clou.

Paredes accumula les fautes, Gueye idem, et l’ombre de Verrati a plané dans ce secteur du jeu où il est de plus en plus déterminant. Quand il joue… Comme Neymar ou Icardi, le petit hibou est lui aussi un intermittent du spectacle.

L’expulsion de Neymar, un symbole

Et l’expulsion de Neymar en fin de match, après deux mois d’absence, est le reflet d’une certaine nervosité qui semble s’emparer petit à petit du PSG au moment où les grosses échéances se profilent.

Il est possible qu’inconsciemment, Mbappé et ses copains aient la tête au Bayern. Mais quand on a un titre de champion de France à défendre, et face à un rival direct, on doit savoir gérer ses émotions, oublier qu’il y a un quart de C1 à jouer quatre jours plus tard. Il eût fallu prendre ce choc contre le LOSC avec un état d’esprit irréprochable. Un état d’esprit de champion qui se respecte. Sauf miracle, nous avons sans doute assisté samedi à une passation de pouvoirs…

Mais attention ! Eloigné de Lille, avec 3 points de retard à 7 journées de la fin, placé sous la menace d’un Monaco en feu, qui n’a pas dit son dernier mot, et qui le colle à 1 petit point, voire d’un Lyon même s’il a laissé quelques plumes à Lens, si le PSG laisse filer ainsi les rubans en championnat, il risque très gros. Et peut même perdre beaucoup de ses objectifs d’ici la fin de saison. Je n’ose imaginer le cataclysme si les Parisiens ne parvenaient à se qualifier que pour… la Ligue Europa ! 

La prolongation de Mbappé, l’autre symbole…

Tout va très vite et face à des rivaux bourrés d’ambition et exemptés de coupes d’Europe, les Parisiens vont devoir sans tarder retrouver un mental de tueurs et oublier leur fatigue. En ont-ils les moyens ?

La fin de match contre Lille est symptomatique d’un club au bord de la crise de nerfs. Depuis quelques semaines, je sens que l’ambiance est en train de partir en quenouille. A l’origine du malaise naissant, le cas Mbappé est certainement pour beaucoup dans le climat qui règne aussi bien du côté des dirigeants que dans le vestiaire. Car on a beau nous faire croire que tout va bien entre  les joueurs, certains doivent tout de même se poser des questions.

Y compris du côté de ceux qui ont prolongé leur contrat, ou en passe de le faire qui s’interrogent sans doute sur le pourquoi de l’hésitation de Kylian Mbappé. Dirigeants agacés, mercato estival dépendant de la seule décision du Français, dont l’attitude vis-à-vis du club qui l’a hissé parmi les stars du football mondial pose question, voilà qui a de quoi perturber un peu plus un club au mental bien fragile…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi