dimanche 2 octobre 2022

PSG, Lille, Monaco, Eyraud, Ligue… Aulas règle des comptes, et ça tacle sévère !

À lire

Dans un long entretien accordé à nos confrère de l’Equipe, et largement repris par les médias, le président de l’Olympique Lyonnais a fait du Aulas pur jus. Le patron de l’OL a notamment réglé ses comptes avec Lille et le PSG, Jacques-Henri Eyraud et la Ligue. Extraits.

La lutte pour le titre avec Lille et le PSG

«On a à Lille un fonds vautour (Eliott Management Corporation), un PSG avec un Qatar surpuissant, et un Monaco dirigé par des investisseurs russes avec une fiscalité et des charges qui n’ont rien à voir avec les nôtres. Alors je me dis que ce serait quand même un drôle de pied de nez, en étant franco-français et entrepreneur local, d’arriver à battre ces grosses puissances »

Et aussi : « Lille a un actionnaire qui vient d’arriver avec une puissance financière énorme. Le PSG a le soutien d’un État où il se passe parfois des choses sur lesquelles les médias n’interviennent pas toujours. On est dans un environnement très particulier, qui ne fait pas appel à des modèles économiques, mais soit à des passe-droits, soit à des cas particuliers qui ne peuvent pas être un modèle pour les autres».

Notre avis : le président Aulas n’a pas complètement tort, mais il oublie toutefois de mentionner deux choses. Tout d’abord, des investisseurs chinois détiennent 20% des parts de l’OL. JMA oublie aussi qu’au début des années 2000, celles du règne de l’OL sur la Ligue 1 (7 titres de suite), il bénéficiait de moyens financiers largement supérieurs aux autres équipes. Comme c’est d’ailleurs encore le cas chez les féminines, ce qui ne l’empêche pas d’être fier des résultats de Wendie Renard et ses coéquipières.

Le conflit de l’OM avec ses supporters

« Gérer le club sans les supporters ? Moi, je ne sais pas faire. C’est pour ça que j’ai choisi délibérément de le gérer avec eux. Si certains estiment pouvoir faire autrement, qu’ils le démontrent. Mais je pense que ça ne peut pas être tenable. (…) Mais on ne souhaite à aucun club, aucun président et aucun groupe de supporters de vivre ce qui se passe en ce moment à Marseille».

Notre avis : difficile de contredire le patron de l’OL. Au passage, il tacle durement Jacques-Henri Eyraud en remettant clairement en question son attitude vis à vis des supporters. Avec un appel masqué à un départ…

Le choix d’arrêter le championnat en mars dernier

«J’espère que tous ceux qui ont aidé à prendre cette mauvaise décision (ndlr : l’arrêt du championnat en mars dernier) se reconnaîtront. Ceux (les présidents de clubs, mais aussi la LFP, coupable « de laxisme » selon lui) qui ont trouvé une qualification européenne ou un maintien dans une pochette-surprise ont été bénéficiaires de l’arrêt sur le coup, mais depuis, pour la majorité, tout va mal pour eux ».

Notre avis : avec le recul, difficile de donner tort au président Aulas. Seul grand championnat européen à s’arrêter en mars dernier, la Ligue 1 peut le regretter, même si cela n’aurait pas régler tous les problèmes financiers des clubs.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi