mercredi 5 octobre 2022

PSG-Lorient : Virer Tuchel pour Pochettino, c’était pas pour éviter ça ?

À lire

Battu par la lanterne rouge de Ligue 1, le PSG n’a pas été à la hauteur et inquiète. Tout comme les choix et le coaching de l’Argentin présenté pourtant comme le sauveur d’une équipe finaliste de la Ligue des Champions…

Si on était mauvaise langue, on dirait que Thomas Tuchel doit avoir le sourire ce soir… Sans aller jusque là, l’entraîneur allemand, qui était furieux d’avoir été viré comme un mal propre juste avant Noël, doit au moins avoir la satisfaction de voir qu’il n’était pas le principal problème du PSG.

Car cette fois il n’y a pas d’excuses. Si Verratti et Marquinhos n’étaient pas à Lorient (la Covid pour le premier, une petite blessure pour le second), l’Argentin pouvait compter sur la grande majorité de son effectif. Avec notamment « les quatre fantastiques ». Pour quel rendement ? C’est Lorient, lanterne rouge au coup d’envoi qui s’est montré le plus dangereux la majorité du temps.

Un coaching très décrié

Debout sur son banc sous la pluie bretonne, le successeur de Tuchel est resté impassible. Si on a pu constater un léger mieux à la reprise, c’est sans doute parce que la colère du coach devait encore résonner dans les têtes des joueurs. Enfin on espère au moins ça (qu’il y a eu une colère à la mi-temps), parce que niveau coaching, l’ancien entraîneur de Tottenham a été aussi mauvais que ses joueurs.

Le technicien argentin n’a utilisé que deux de ses cinq changements autorisés. Si la sortie de Di Maria (remplacé par Sarabia), en grande difficulté cette saison, n’est pas surprenante, difficile d’expliquer celle de Paredes (remplacé par Gueye), un des meilleurs sur le terrain.

Surtout, difficile de comprendre comme Danilo, fébrile du début à la fin du match, a pu le terminer justement ce match. D’autres (Kimpembe en grande difficulté notamment et Icardi pas dans le bon tempo) auraient mérité de quitter le terrain, mais c’est plus encore de voir Rafinha (le remplaçant idéal de Verratti) et Kean (qui aurait pu bouger les Lorientais) rester scotchés sur le banc qui ne passe pas chez les supporters.

Quels auraient été les commentaires si Tuchel avait encore été sur le banc hier soir ? Sa présence plus que celle de Pochettino n’aurait sans doute pas pu empêcher ce terrible fiasco. Mais si Paris a viré le technicien allemand pourtant finaliste de la dernière Ligue des Champions, sans préavis et sans prendre de gants, c’était pas pour éviter ce genre de mésaventure ?

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi