jeudi 29 septembre 2022

Rafael Nadal : « Ce qui me fait aller de l’avant, c’est la passion pour le jeu »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Victorieux aisément d’un Casper Ruud dépassé en finale (6/3, 6/3, 6/0), le Majorquin enlève son 14ème Roland-Garros, et son 22ème titre du Grand Chelem. De quoi générer autant l’admiration que l’étonnement alors qu’il souffre du syndrome de Muller-Weiss.  

Le Roi reste le Roi. Désigné même comme « Rafa XIV le Roi Soleil » par la presse ibérique, Rafael Nadal a donc soulevé pour la 14ème fois la Coupe des Mousquetaires. Insensé ! Les superlatifs manquent.

Tant sur le fond que sur la forme. Nadal est vraiment le joueur de cette première partie de saison avec une victoire à l’Open d’Australie et donc Roland-Garros. Il a fait le break sur Novak Djokovic et Roger Federer (20 Grands Chelems chacun). Pendant la quinzaine parisienne, l’Espagnol a pourtant tout vécu. Et il a survécu à tout : à ses adversaires les plus coriaces (Auger-Aliassime, Djokovic, Zverev avant de se déchirer les ligaments du pied…). A la douleur extrême qu’il a dû anesthésier. Comme il l’a confié sur France 2 après son nouveau sacre, il a « joué le pied endormi ».

La faute à une douleur causée par le syndrome de Muller-Weiss : « Après le deuxième match contre Corentin Moutet, je suis arrivé à l’hôtel, je ne pouvais quasiment plus marcher. J’ai eu la chance d’avoir mon médecin avec moi ». Quelle apothéose dans ces conditions pour ce joueur de 36 ans qui n’est décidément pas fait du « même bois » que les autres ! Nadal a un seuil de tolérance à la douleur très peu commun. Ce scénario était bien peu imaginable alors qu’il traînait la patte à Rome contre Denis Shapovalov (défaite 6/1, 5/7, 2/6) dix jours avant le début de Roland-Garros !

l y a quand même de quoi s’interroger sur son avenir. Gagnera t-il encore Roland-Garros ? S’alignera t-il encore Porte d’Auteuil ? A voir. Rien est garanti. Son corps dictera la donne. Ce titan des courts est revenu sur différents sujets après sa nette victoire contre Casper Ruud gagnée au mental et à l’expérience :

Sur la finale : « J’ai dû jouer avec davantage de sécurité »

« J’ai commencé le match en démarrant très bien les deux premiers jeux. A 2-0, j’ai fait deux doubles fautes et une erreur avec mon coup droit. Ensuite, j’ai pu le rebreaker. J’étais un peu nerveux au début, mon service ne fonctionnait pas aussi bien que les autres jours. J’ai dû jouer avec davantage de sécurité. J’ai pu stabiliser un peu les sensations sur mon service. Puis j’ai repris le contrôle des points avec mon coup droit contre son revers. La clef du match a été mon revers croisé qui a fait très mal sur Casper. J’ai pu ouvrir le court grâce à cela, le faire jouer avec un plus grand court. Il devait courir davantage pour couvrir son coup droit. En frappant ce coup, je ne pouvais pas être aussi prévisible. Il n’arrivait pas à se déplacer pour frapper son coup droit du côté revers. C’est un grand danger quand on a un coup droit comme le sien ». 

Sur ce 14ème trophée remporté à Roland-Garros : « Je suis très très ému ». 

« Avoir ce trophée à mes côtés une fois de plus, ça veut tout dire et c’est très émouvant. C’est la plus émouvante des victoires, la plus inattendue d’une certaine manière. Je suis très heureux. Ça a été une quinzaine formidable. Honnêtement, j’ai joué depuis le début, je me suis amélioré chaque jour. J’ai joué une bonne finale. Je ne peux pas remercier assez tout le monde pour le soutien reçu depuis le premier jour quand je suis arrivé. Vraiment je suis très très ému ». 

Sur le traitement qu’il a reçu pendant le tournoi : 

« Cela a été une quinzaine émouvante et formidable. Mais je n’ai pas voulu parler du pied pendant le tournoi. Pour mieux me concentrer sur mon tennis et par respect pour mes adversaires. J’ai pu jouer ces deux semaines dans des conditions extrêmes. Avec une injection au niveau des nerfs pour couper la douleur au pied. C’est grâce à ça que j’ai pu jouer pendant ces deux semaines. Donc, je n’avais plus aucune sensation au niveau du pied, parce que mon docteur a pu mettre un anesthésiant au niveau des nerfs. Cela supprime toutes les sensations au niveau de mon pied. C’est un plus grand risque aussi, puisqu’on a moins de sensations, et le risque de se fouler la cheville. Je voulais continuer à essayer de me donner l’opportunité ici. C’était la seule manière de jouer. Donc, je l’ai fait. Et je peux ne pas être plus heureux et remercier plus mon docteur pour tout ce qu’il a fait pendant ma carrière tennistique en m’aidant à traverser les moments les plus difficiles ».  

« Ce qui me fait aller de l’avant, c’est la passion pour le jeu »

Sur les solutions à trouver pour son pied : 

«Mon état d’esprit est très clair : je vais continuer à travailler pour essayer de trouver une solution et une amélioration pour mon pied. Il va falloir retourner au charbon. On a beaucoup parlé les possibilités et de ce qui se passe. Si nous sommes en mesure de couper les sensations au niveau des deux nerfs et garder des sensations sur le pied, on pourra essayer de traiter pour tenter de créer cette sensation dans des conditions permanentes. C’est ce que nous allons essayer de faire dès cette semaine prochaine. J’ignore comment s’appellera le nom du traitement. Mais il s’agit d’un traitement par radio fréquence, une injection sur le nerf. C’est ce que nous allons essayer. Si cela fonctionne, je vais continuer à jouer. Si cela ne fonctionne pas, alors, ce sera une autre histoire. Je  verrai si je suis prêt à faire une opération chirurgicale majeure pour laquelle je ne serai pas certain que je pourrai être à nouveau compétitif et  pour laquelle cela prendra du temps pour revenir. Donc, on va procéder étape par étape. On verra bien comment se passent les choses. Bien sûr, je suis toujours positif. Mais ça peut fonctionner plus ou moins bien. Cela peut supprimer plus ou moins la douleur que j’ai. Donc, on verra si je peux continuer à jouer la saison sur gazon ». 

« Je serai à Wimbledon si mon corps me le permet »

Prêt à franchir une ligne ? 

« Ce que j’ai au pied ne va pas empirer après ce que j’ai fait. Mais il existe un risque d’avoir d’autres problèmes quand vous jouez avec une partie de votre corps qui n’a aucune sensation. C’est un risque que je voulais prendre en jouant ici. Ce n’en est pas un que je veux continuer à prendre pour la saison sur gazon. Ça a fonctionné, j’ai remporté le titre ici. J’ai vécu une émotion incroyable, qui va rester gravée dans ma mémoire pour toujours. Donc, ça a du sens pour moi. Après ma vision des choses est que la vie est toujours plus importante qu’un autre titre. Bien entendu, ma carrière tennistique a toujours été une priorité pendant toute mon existence. Mais elle n’a jamais été une priorité par rapport à mon bonheur dans la vie. Donc les choses ont continué à aller dans ce sens. Si je continue à être heureux, à jouer au tennis avec ce que j’ai, je vais continuer. Si je ne suis pas en mesure de le faire je ferai autre chose » . 

Sur sa participation à Wimbledon

« Je serai à Wimbledon si mon corps me le permet. Wimbledon n’est pas un tournoi que je veux manquer. J’adore Wimbledon. Personne ne veut rater Wimbledon. J’ai eu beaucoup de succès là-bas. J’y ai vécu des émotions formidables. J’ai beaucoup de respect pour le tournoi. Et bien sûr, pour un joueur comme moi, je suis toujours prêt à jouer Wimbledon. Alors si on me demande : « est-ce que vous allez jouer Wimbledon ? » Je n’ai pas une réponse claire à donner. Mais si on me demande : « est-ce que vous voulez gagner Wimbledon ? » Oui bien sûr ». 

Sur ce qui le motive encore :

« L’idée n’est pas d’être le meilleur de l’histoire et de remporter toutes les victoires. J’aime jouer au tennis et j’aime la compétition. Nous avons atteint nos rêves, moi-même, Roger, Novak, nous avons atteint des choses que nous ne rêvions même pas ! Ce qui me fait continuer à aller de l’avant, ce n’est pas la compétition, d’être le meilleur ou de remporter plus de Grands Chelems que les autres. Ce qui me fait aller de l’avant, c’est la passion pour le jeu, c’est de vivre des moments qui vont rester en moi pour toujours, de jouer devant les meilleures foules et dans les meilleurs stades du monde ». 

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi