jeudi 25 avril 2024

Ramadan : l’attitude d’Antoine Kombouaré (Nantes) de plus en plus polémique et de moins en moins acceptable

Nantes - Lyon (21h10)

À lire

En mettant les choses au clair sur l’absence de Jaouen Hadjam pour affronter l’OL ce soir, l’entraîneur du FC Nantes s’est enfoncé dans la polémique.

Après avoir écarté son latéral gauche, Jaouen Hadjam, pour le match contre Reims, qui se jouait en plein après-midi, en raison du choix du joueur de ne pas rompre le jeûne, Antoine Kombouaré se passera aussi de l’ancien joueur du Paris FC, pour la demi-finale de la Coupe de France face à l’OL. Pourtant, cette rencontre est programmée à 21h10, soit une demi-heure après le coucher du soleil, et donc, largement le temps de boire et manger.

« Il n’y a pas de polémique, pas de sanction », essaye toujours de faire croire Antoine Kombouaré, qui prive tout simplement le joueur (qui n’était pas au club la saison dernière) de l’opportunité de disputer une demi-finale de Coupe de France… « Il y a des règles de vie, il y a un cadre de vie, ceux qui ne respectent pas ça ne sont pas sélectionnables. Il faut que tout le monde se plie aux règles » a expliqué l’entraîneur du FC Nantes, en Conférence de presse. « On adapte les séances pour ceux qui font le ramadan. Mais les jours de match, je préfère que les joueurs mangent avec nous. C’est aussi un moment de partage. Si tu ne veux pas, pas de souci, mais ce sont les règles que j’impose. Les autres font ce qui veulent dans leurs clubs. Moi, j’ai toujours fait comme ça, ce sont mes règles ».

Antoine Kombouaré n’admet pas les convictions religieuses de Jaouen Hadjam

En clair : Antoine Kombouaré n’accepte pas les convictions religieuses fortes de son joueur et ne comprend pas qu’il n’accepte pas de rompre le jeûne les jours de match.

Après nous avoir expliqué, avant Nantes – Reims que c’était une question de « santé » (mise en péril par le fait de jouer à jeun), c’est désormais pour ne pas manquer « un moment de partage ».

D’un autre côté, au Real Madrid, un certain Carlo Ancelotti alignait Karim Benzema, en plein dimanche après-midi, face à Valladolid. Au même moment, le FC Nantes de Kombouaré prenait une claque à la Beaujoire face à Reims. Du coup, l’entraîneur des Canaris n’a pas pu voir le Ballon d’Or, qui n’avait pas rompu le jeun, inscrire un triplé…

1 COMMENTAIRE

  1. En quoi c’est de moins en moins acceptable ? L’article n’explique rien à ce propos. Les petites convictions de l’infime Stéphane Desenclos n’intéresse personne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi