vendredi 24 mai 2024

Rétro : ASSE (2000), quand Nouzaret déclenche l’affaire des faux-passeports…

À lire

Le 2 décembre 2000, lorsque Robert Nouzaret revient à l’ASSE s’asseoir sur le banc des visiteurs avec le Toulouse FC. il ne le sait pas encore mais il va déclencher une affaire hors norme. Dite des faux passeports, qui va être à l’origine d’un des plus gros imbroglios juridiques de l’histoire du championnat.

Licencié en septembre après une défaite de trop à Strasbourg, remplacé par John Toshack quelques semaines plus tard. Robert Nouzaret a forcément des idées de revanche lorsqu’il revient à Saint-Etienne. Après avoir lui-même remplacé Alain Giresse sur le banc du TFC.

Car depuis le début de la saison, des rumeurs circulent sur la légalité des passeports de nombreux joueurs étrangers. Parmi eux, le Brésilien de l’ASSE, Alex, aligné face à des Toulousains qui s’empressent de porter réclamation sur sa prétendue nationalité portugaise.

La fameuse affaire des faux passeports

Après vérification, il s’avère qu’effectivement, son passeport est un faux. Les autorités portugaises n’ayant aucune trace de sa demande, tout comme celui du gardien ukrainien au passeport grec, Maxym Levytsky.

Le stratagème est simple, pour pouvoir recruter davantage de joueurs étrangers non ressortissants de l’Union Européenne (seulement trois sont autorisés), il consiste à offrir des (faux) passeports européens à des joueurs extra-communautaires.

Le cas de Levystky est vite réglé, il ne sera plus jamais aligné et laissera sa place à Janot. Pour Alex, suspendu deux mois, il reviendra en mars sans pouvoir sauver le club de la relégation avant d’être prêté au PSG.

Pour l’ASSE, cette nouvelle affaire, plus de vingt ans après celle dite de la caisse noire, aura les mêmes conséquences. A l’issue d’un marathon judiciaire qui durera toute la saison, d’appel en contre appel, qui concernera aussi directement ou indirectement, Metz, Monaco, Nancy, Strasbourg et Toulouse, et menacera longtemps la tenue du championnat.

L’ASSE en D2, 20 ans après la caisse noire

l’ASSE retombera en D2. Face à la désertion de Toshack, parti sans prévenir personne à la Real Sociedad pendant la trêve des confiseurs. Sans Alex et Levytsky (suspendus), sans Aloiso (blessé), avec la menace sournoise et insistante de se voir sanctionner d’une pénalité de sept points (qui sera effective puis finalement annulée après de multiples rebondissements judiciaires).

Le duo Garcia-Wallemme appelé à la rescousse, après le refus de Joël Muller contacté par Gérard Soler et le président Bompard, n’avait pas les moyens de faire mieux qu’une avant-dernière place qui le renvoyait en D2, deux ans seulement après l’avoir quittée. Au gré des décisions contradictoires de la Ligue et des instances judiciaires.

il est ainsi arrivé à l’ASSE, au cours d’une même semaine, de gagner ou de perdre trois places au classement sans jouer. Dans cette sombre histoire, Edinho, l’agent d’Alex, Soler, le président délégué de l’ASSE, Alex, Aloiso et Levystky seront condamnés à des peines de prison (avec ou sans sursis) et à des amendes.

Pour avoir une fois de plus pris l’ASSE en otage. L’histoire n’est-elle qu’un éternel recommencement ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi