jeudi 29 septembre 2022

Rétro, Equipe de France : Georges Verriest, le sélectionneur qui a écarté Raymond Kopa

À lire

Le milieu de terrain demi-centre à l’époque était resté amateur quand il a participé à la deuxième Coupe du monde en Italie sous le maillot de l’équipe de France.

« S’il va aux toilettes, tu y vas aussi ! » Cette phrase fait partie du florilège de l’histoire de la Coupe du monde. Prononcée par l’Anglais George Kimpton, conseiller technique auprès de l’encadrement de l’équipe de France composé de Barreau, Rigal et Delanghe, elle s’adressait au demi-centre Georges Verriest avant le 8ème de finale de la Coupe du Monde 1934 à Turin contre l’Autriche pour lui donner des consignes de marquage du redoutable avant-centre adverse Matthias Sindelar.

Le sélectionneur qui a écarté Kopa

Les Français vont s’incliner (3-2) après avoir encaissé un deuxième but litigieux d’Anton Schall, en position hors-jeu, pendant les prolongations. Sindelar a certes inscrit le premier but de son équipe, mais Verriest n’a pas été en reste en transformant un penalty en toute fin de match (118ème) qui ne changera rien au résultat final. La « Wunderteam » va atteindre les demi-finales où elle tombera face à l’Italie futur vainqueur de ce Mondial.

Né à Roubaix en 1909 – il fera toute sa carrière au RC Roubaix jusqu’en 1943 Georges Verriest a connu la première de ses 14 sélections en 1933 et le penalty de la Coupe du Monde 1934 sera son unique but inscrit en équipe de France qu’il quittera lors de la saison.

Contrairement à l’édition de 1930, les joueurs de l’équipe de France sont, lors de la Coupe du Monde 1934, des joueurs professionnels… à l’exception de Verriest qui est resté amateur et qui fait aussi partie de ceux qui évoluent en Division 2. Il a néanmoins déjà disputé deux finales de Coupe de France en 1932 (contre Cannes) et l’année suivante (face à l’Excelsior Roubaix).

Resté attaché à sa région natale, celui qui a porté une fois le brassard de capitaine de l’équipe de France deviendra vice-président du RC Roubaix puis du CO Roubaix-Tourcoing, avant d’avoir la charge de l’équipe de France au début des années 60.

Après la non-qualification pour la Coupe du Monde de 1962, il restera comme le sélectionneur ayant écarté Raymond Kopa… avant de le rappeler. Mais le joueur n’ayant pas obtenu les excuses qu’il réclamait pour des propos très durs tenus par Georges Verriest qui avait remis en cause sa mentalité claquait définitivement la porte de la sélection.

Verriest quitte son poste en 1963

Après la qualification des Bleus pour les quarts de finale lors de l’Euro 1963, Verriest quittera son poste quelques mois plus tard. « Il était un peu bourru, mais plutôt sympa » se souvient Roland Guillas qui était en équipe de France à cette époque.

« C’est un peu loin dans ma mémoire. Mais je me souviens d’une anecdote avec lui. Un jour que j’étais à Paris, je me retrouve là où il déjeunait. Il me dit qu’il ne me prendrait pas dans l’équipe alors que je sentais que j’étais au top. Je lui avais répondu que je me demandais alors quand il me reprendrait ! ». C’est le 11 juillet 1985, quatre jours avant de fêter ses 76 ans, que Georges Verriest est décédé à Seclin.

Félix Chiocca

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi