mardi 4 octobre 2022

Rétro : Johan Cruyff, incarnation du football total

À lire

L’attaquant néerlandais, Ballon d’Or 1971, 1973 et 1974, a symbolisé le football total mis en place par l’Ajax d’Amsterdam. Véritable virtuose du football, Cruyff a influencé nombre de joueurs et d’entraîneurs.

Quand il reçoit son premier Ballon d’Or en 1971, Johan Cruyff a 24 ans et il vient d’atteindre le sommet de l’Europe avec l’Ajax d’Amsterdam, son club formateur, qui a remporté la Coupe d’Europe des clubs champions (aujourd’hui la Ligue des Champions) contre le Panathinaïkos à Wembley (2-0).

Il devance l’Italien Sandro Mazzola (Inter Milan), le légendaire George Best (Manchester United), les Allemands Günter Netzer (Borussia Mönchengladbach) et Franz Beckenbauer (Bayern Munich). Mais l’animateur du jeu offensif de son équipe ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

Après avoir pris la 4ème place de l’édition 1972, il va remporter à nouveau le Ballon d’Or en 1973 (devant Dino Zoff le gardien de la Juventus Turin) alors qu’il a quitté l’Ajax pour le FC Barcelone et en 1974 (devant Beckenbauer).

Au moment où il arrive en Espagne, il a gagné trois Coupes d’Europe (1971, 1972 et 1973) sous le maillot de l’Ajax, sans oublier une Coupe Intercontinentale en 1972, six titres de champion des Pays-Bas et quatre coupes nationales. Comme Michel Platini, Johan Cruyff, capitaine de sa sélection, ne sera pas champion du monde après avoir été battu lors de la finale 1974 par l’équipe de la République Fédérale d’Allemagne (2-1) qui jouait à domicile.

Cruyff, de l’Ajax au Barça pour le football total

Mais son influence qui se poursuivra à Barcelone comme joueur, puis en tant qu’entraîneur, s’étend bien au-delà des simples lignes d’un palmarès.

« Avec Saint-Etienne, on a toujours regretté de ne pas avoir rencontré l’Ajax et Cruyff qui est un joueur mythique, un virtuose qui a enthousiasmé tous les amoureux de ce sport » rappelle l’ancien attaquant Christian Sarramagna qui a évolué à l’ASSE entre 1970 et 1979.

« Il a été pour nous un exemple et certainement l’un des plus grands professeurs que nous ayons pu avoir. » L’éclosion du natif d’Amsterdam s’est déroulée à une époque où le football laissait peu de place aux rares artistes qui foulaient les terrains.

« C’est vrai que ce n’était pas à la mode, mais ensuite j’ai eu la chance de côtoyer Stefan Kovacs (qui avait succédé à Rinus Michels sur le banc de l’Ajax, Ndlr) et on découvrait cette notion de football total qui ne nous disait rien. Forcément, après on a découvert un système, des joueurs et surtout ce véritable phénomène qu’était Johan Cruyff.» rappelle Christian Sarramagna.

« C’était vraiment génial et inexplicable. Il était surdoué et il avait une culture du jeu incomparable. Cruyff était en avance sur tout le monde. Il vivait, respirait et analysait les choses différemment. Il n’était pas du même niveau et du même calibre que le nôtre ! »

Cryff, le hollandais volant

Surnommé « le Hollandais volant », le génial numéro 14 adepte d’un jeu où chacun devait être capable d’occuper le poste de son partenaire, avec le souci permanent de toujours porter le danger devant le but adverse, savait tout faire avec un ballon. Malgré un physique plutôt mince, il n’hésitait pas à aller se frotter à des joueurs auxquels il rendait parfois près de vingt kilos !

Un tel virtuose avait aussi la chance d’avoir à ses côtés, à l’Ajax comme en sélection, des équipiers de talent, mais aussi de devoir à l’image notamment de Johann Neeskens et Rudi Krol.

« Comme Michel Platini qui pouvait compter sur Jean Tigana, Bernard Genghini et Luis Fernandez, il a pu exprimer son talent en étant mis dans les meilleures conditions par son coach. C’est autour d’un joueur comme lui que peut s’exprimer au mieux le sens du collectif. A l’Ajax, il y avait des éléments dont le rôle a pu être ingrat et en même temps très important, qui travaillaient dans l’ombre de ce génie. »

« Il était surdoué avec une culture du jeu incomparable »

Après cinq saisons au Barça avec lequel il a été champion d’Espagne en 1974 et remporté la Coupe d’Espagne quatre ans plus tard, Cruyff poursuit sa carrière aux EtatsUnis avec les Aztecs de Los Angeles, puis les Washington Diplomats.

Il revient en Europe. Cruyff fait alors un bref passage à Levante en Espagne et revient à l’Ajax pendant deux saisons de 1981 à 1983 avant une dernière année au Feyenoord de Rotterdam où il réussit le doublé Coupe-championnat en 1984.

Il prend alors sa retraite de joueur à l’âge de 37 ans. Dès l’exercice 1985/1986, l’ancien international (48 sélections entre 1966 et 1977) devient l’entraîneur de l’Ajax. Il y restera trois ans et après avoir été champion, gagné deux Coupes des Pays-Bas et la Coupe des vainqueurs de Coupe (C2), il repart ensuite à Barcelone où il sera sur le banc jusqu’en 1996.

Le temps pour lui de marquer de son empreinte un club où il a remporté la C1 en 1992 (finaliste en 1994), la C2 en 1989, mais aussi quatre titres de champion d’Espagne et une Coupe.

Longtemps resté influent dans le club catalan, Johan Cruyff est décédé le 24 mars 2016 à Barcelone d’un cancer de la gorge. Mais sa mémoire reste très présente dans le coeur de tous ceux qui aiment le football.

Van Basten force trois

Comme Johan Cruyff, son compatriote Marco Van Basten a été trois fois Ballon d’Or en 1988 (il avait 24 ans), 1989 et 1992 alors qu’il portait le maillot de l’AC Milan où il a évolué de 1987 à 1995 après avoir commencé sa carrière professionnelle à l’Ajax d’Amsterdam en 1981.

Attaquant athlétique (1m88) et élégant, doté d’un sens de l’équilibre étonnant, capable de réaliser des gestes techniques de très haut niveau, il a été champion d’Europe avec la sélection des Pays-Bas en 1988.

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1989 et 1990, deux années durant lesquelles les Rossoneri ont également remporté la Coupe intercontinentale et la Supercoupe d’Europe, il a remporté trois fois le titre de champion d’Italie (après avoir été trois fois également champion des Pays-Bas avec l’Ajax).

Marco Van Basten a été le meilleur buteur du championnat des PaysBas entre 1984 et 1987 avec une pointe à 37 buts en 1986 puis du championnat d’Italie en 1990 et 1992.

Après une dernière saison perturbée par une nouvelle opération de la cheville droite, il joue son dernier match lors de la finale de Ligue des Champions contre l’Olympique de Marseille le 26 mai 1993 et ce n’est que deux ans plus tard qu’il prend officiellement sa retraite. Il entamera une carrière d’entraîneur à partir de 2004 (jusqu’en 2016).

Remarquable finisseur, son but d’une reprise de volée dans un angle fermé lors de la 54ème minute de la finale de l’Euro 1988 contre l’URSS restera dans l’histoire du football.

Félix Chiocca

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi