mardi 23 juillet 2024

< Rétro > Olivier Magne était capable de faire basculer le destin des Bleus

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Olivier Magne (89 sélections) était un incroyable dévoreur d’espaces capable d’être à la fois au soutien ou en fin d’action, ce qui a fait de lui un joueur essentiel en club et en sélection.

Le beau-frère de Richard Dourthe et de Raphaël Ibañez a connu plusieurs vies rugbystiques : consultant, entraîneur, sélectionneur et bien entendu joueur. Le natif d’Aurillac s’intéresse de près au rugby dès l’âge de 6 ans par l’intermédiaire de ses deux frères aînés. Quelques années plus tard, il s’inscrit au sport-études rugby d’Ussel où il rencontre un certain Pierre Pérez. Cette rencontre va être décisive dans la suite de son parcours car il sélectionne six mois plus tard Magne en équipe de France scolaire pour affronter l’Ecosse. Sa carrière est lancée.

À LIRE AUSSI : votre mag spécial Coupe du Monde de rugby 2023

Il ne glane pas forcément toutes les plus étincelantes breloques dans les clubs par lesquels il passe, mais le natif du Cantal n’est pas loin de la vérité. Citons par exemple un titre de champion de France juniors en 1993 avec Dax, il est aussi vice-champion de France avec Montferrand en 1999 et 2001, vice-champion d’Europe en 1998 avec Brive, finaliste du Challenge Européen en 2004 avec Montferrand ainsi qu’avec les London Irish deux ans plus tard.

Aussi fort au pied qu’à la main

C’est finalement avec le XV de France qu’il représente si brillamment qu’il se construit le plus beau palmarès. Disputant son premier test-match le 15 février 1997 contre le Pays de Galles, il joue son dernier match le 9 juin 2007 contre la Nouvelle-Zélande. Capitaine tricolore en 2002 contre l’Italie lors de l’ouverture du Tournoi des Six Nations, Magne demeure ce joueur de grande influence même quand il ne porte pas le brassard.

Celui-ci participe à la finale de la Coupe du Monde en 1999 et dispute l’édition 2003. International à 89 reprises, « Charly » reste dans les mémoires collectives comme ce troisième ligne aile implacable, capable avec un degré de performance égal et très élevé de jouer aussi bien à la main qu’au pied. Tellement précieux aussi quand il saute en fond d’alignement ! Bref, Olivier Magne a été une pièce essentielle dans le dispositif du XV de France. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a duré autant, soit pendant dix ans en Bleus de 1997 à 2007 avec 14 essais à la clé.

Le chiffre : 4

Il n’y a que Fabien Pelous qui a pu tenir la comparaison à ce niveau en équipe de France. Car comme lui, Olivier Magne, cinquième Bleu le plus capé, remporte quatre Grands Chelems. C’était lors des éditions 1997, 1998, 2002 et 2004. Ajoutés à cela, l’ancien Briviste enlève le Tournoi des Six Nations en 2006.

Le saviez-vous ?

Olivier Magne a trois frères qui ont tous joué au rugby : Thierry, Bruno et Julien. Thierry a joué à Aurillac et Julien à Blagnac. Mais avant de devenir un éminent joueur de rugby, Olivier Magne était passionné de ski. Entre ses 12 et 17 ans, il passe son temps dans les sections sport-études de Murat dans le Cantal puis du Mont-Blanc, mais il ne réussit pas à percer et revient au rugby.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi