lundi 27 mai 2024

Rétro : Phippe Gardent, 12 ans au service de l’Équipe de France de hand

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

S’il existe un poste qui a évolué avec le temps, c’est bien celui de pivot. Il est même devenu un maillon incontournable. Philippe Gardent a été un immense pivot. International français entre 1983 et 1995, le natif de Belleville a porté le maillot français à près de 300 reprises et a été champion du monde en 1995.

S’il y en a bien un qui peut parler du poste de pivot, c’est bien lui et certains pivots actuels retiennent toute son attention :

« Fabregas est dans l’ère du temps. Il incarne le pivot moderne. Il impose le défi physique, mais pas que. Il est également doté d’une grande intelligence de jeu. A mon époque, on voyait parfois de gros bourrins qui ne comprenaient pas forcément le jeu… Ils cherchaient davantage à prendre le dessus grâce à leur puissance.

Ludovic, lui, cumule les deux. La petite Pauletta Foppa est aussi un phénomène. Elle a tout compris. Elle a une superbe main. Elle attrape tous les ballons. Cette capacité, tu l’as ou pas. Elle l’a. C’est remarquable car parfois des pivots n’ont pas de main. La main, c’est comme un aspirateur, elle te sert à aspirer les balles ».

Ces deux exemples traduisent à quel point la technique au poste a évolué. « On a maintenant à faire à des pivots très complets, poursuit le manager général de Bruges Lormont Handball (N1). Le pivot est devenu un acteur de partout (sic). On remarque de plus en plus de très bons pivots en attaque, mais aussi en défense. Avant, on était soit bon en défense, mais moins performant en attaque, soit l’inverse. »

« Aujourd’hui, les pivots sont bons des deux côtés du terrain » (Gardent)

« Le jeu a beaucoup évolué aussi. Par le passé, le pivot demeurait soit un créateur de blocs pour libérer ses arrières, soit éventuellement un finisseur. Désormais, dans le handball moderne, il s’inscrit vraiment dans tout le système de jeu, dès le début des actions pour faire des leurres. Les pivots sont beaucoup plus intéressants dans la création du jeu. Ce qui n’était pas le cas auparavant.

Le gabarit du pivot n’a plus rien à voir non plus. J’ai fait partie de la dernière génération des petits pivots avec mon 1m81 dans les années 90. Le pivot a pris vingt centimètres et quinze kilos en plus ! On voit de plus en plus de montagnes. »

Faut-il comprendre qu’avec toutes ces modifications, il n’y a pas de grandes équipes sans pivots de grande classe ?

« Comme le pivot est devenu un élément essentiel sur les différents dispositifs, si on veut avoir une équipe très performante, il faut donc impérativement avoir un grand pivot ». Néanmoins, si le poste demeure fondamental dans le bon fonctionnement d’une équipe, certains le jugent encore ingrat.

« Cela l’était davantage à mon époque. Avec le changement de règles, le pivot est devenu un joueur davantage protégé. Aujourd’hui, on remarque plus également les pivots car ils marquent davantage aussi ». Un poste pivot on vous dit !

Sport Hand 011

Ne manquez-pas, Handball magazine, en vente en ligne ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi