lundi 3 octobre 2022

Rétro : quand Dugarry enterre Dugachy…

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Si pendant le Mondial 98 et bien avant un joueur a été peu épargné par les critiques, c’est bien l’ancien Bordelais Christophe Dugarry. Son but contre l’Afrique du Sud au Vélodrome a changé énormément de choses.

Reconverti comme consultant, Christophe Dugarry n’a pas la réputation d’avoir sa langue dans sa poche. Vingt ans plus tôt, avant le Mondial 98, il a ainsi énormément souffert de la critique. L’attaquant français aux 55 sélections s’est confié sur le sujet dans l’émission « le Vestiaire » sur SFR Sport 1 :

« Je n’ai jamais douté du soutien d’Aimé Jacquet et du groupe. Je me sentais bien dans cette équipe de France. Mais quand tu entends tous les jours, dans la presse, que tu es nul, au bout d’un moment, tu finis par le croire.

Tu commences vraiment à douter de toi, sincèrement. Quand Steph Guivarch se blesse, je rentre, il y a des sifflets. Il y a aussi l’action où je me fais un nœud dans les jambes. Il y a aussi un coup franc qui suit. Heureusement qu’on ne prend pas de but… Je manque ma première occasion. Donc forcément tout ce contexte défavorable finit par te faire douter énormément. Je n’étais forcément pas insensible à tout cela ».

« Quand tu entends tous les jours dans la presse que tu es nul, au bout d’un moment, tu finis par le croire »

Dans sa carrière internationale, Dugarry a marqué 8 buts. Celui qu’il inscrit à Marseille contre l’Afrique du Sud (3-0) à la 35ème minute de la tête au premier poteau sur un centre de son grand copain Zidane demeure le plus important de tous :

« Pour moi, ce premier but en Coupe du monde, c’est de la délivrance. Il change même ma vie et ma carrière. Sur le plan de la confiance, cela a été énorme. Que j’avais du talent et que je sache faire des trucs sympas, tout le monde le savait. Mais je me demande jusqu’à quel point on était tous en proie aux doutes. Jusqu’où on pouvait aller. J’en avais plus que d’autres car j’étais beaucoup critiqué ».

Cette concrétisation du 12 juin 1998 au stade Vélodrome de Marseille reste à jamais gravée dans sa mémoire.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi