dimanche 2 octobre 2022

RETRO TOUR DE FRANCE : 1963, la 50ème édition marquée du sceau de Jacques Anquetil

À lire

Cette 10ème étape du Tour de France 1963 entre Pau et Bagnères-de-Bigorre est marquée par les différentes attaques qui ont animé la course mais surtout par la première victoire en montagne de Jacques Anquetil.

Un prétendant au maillot jaune à l’attaque

Un des prétendants à la victoire finale de cette 50ème édition du Tour de France, Rik Van Looy attaque, sans complexe, dès le départ de cette étape, accompagné par un de ses équipiers Aerenhouts.

Pour une première étape en montagne, c’est une surprise de taille qui étonne plus d’un concurrent. Jacques Anquetil décide alors d’envoyer 2 de ses hommes, Everaert et Ignolin, à l’avant de la course pour canaliser le rythme du belge. 8 autres coureurs se joignent à l’échappée qui comptabilise 2min30 d’avance sur le peloton à 41 kilomètres de l’arrivée. Après avoir été mis en difficulté une première fois, Rik II réussit difficilement à recoller avant de craquer à nouveau lors de l’ascension du Tourmalet. Ce choix stratégique n’a pas été le bon puisque c’est avec plus de 13 minutes de retard que le coureur cycliste arrive à Bagnères-de-Bigorre. Une 62ème place, après un véritable calvaire. 

Première victoire en montagne pour Jacques Anquetil

Au moment d’aborder le Tourmalet, un duel Bahamontès – Esteban Martin se produit. Les 2 hommes sont suivis de très près par des grosses têtes telles que Anquetil, Poulidor, Pérez-Frances, Pauwels et Soler.

Ces 2 derniers craqueront peu après. Bahamontès semble le plus fort et tente de multiples attaques pour faire craquer ses concurrents, sans grande réussite. Lors des derniers efforts, c’est le français Anquetil qui se montre être le plus efficace lors de ses relais. Maître Jacques remporte finalement au sprint sa première victoire d’étape en montagne et sa première victoire en ligne depuis 1957. Il passe donc 3ème au général à 3min46 du maillot jaune. Il sera largement sacré à Paris, le 14 juillet, lors de cette 50ème édition.

Armand Desmet toujours en jaune

Le coureur de l’équipe Wiel’s Groene Leeuw réalise de son côté une course plein de confiance qui lui permet d’accuser seulement 1min36 de retard à l’arrivée de l’étape. Une 8ème position qui lui permet de conforter sa place de numéro 1. D’autant plus que son poursuivant, Anglade, à 6 secondes au général le matin-même n’était pas dans un bon jour. Il finit avec 4min19 de retard sur le vainqueur de l’étape.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi