vendredi 19 août 2022

RETRO TOUR DE FRANCE : 2014, la chute de Froome qui va lui coûter cher

À lire

Après sa victoire en 2013, le Britannique du nom de Christopher Froome s’avance en patron pour défendre son titre sur une étape accidentée, la veille des pavés. Tout comme l’étape du Tour 2022 reliant Dunkerque à Calais où le favori du nom de Tadej Pogačar devra se montrer vigilant demain.

Froome, un premier pas vers l’abandon

Faux départ pour Christopher Froome qui chute au kilomètre numéro 5. Le favori incontesté se relève immédiatement pour repartir de plus belle. Mais avec un poignet gauche endolori, la course n’est plus la même qu’avant. Les pavés du lendemain auront eu raison de celui qu’on surnomme « Vroom-Vroom ». 2 chutes supplémentaires, une fracture du poignet gauche et une autre à la main droite lui vaudront l’abandon. Il passe donc à côté d’une quintuple victoire sur la Boucle de 2013 à 2017. C’est l’italien Vincenzo Nibali qui en profite en 2014 en s’imposant devant le français Jean-Christophe Péraud. 

Voeckler à la quête d’une victoire d’étape

Dès le départ pas convaincu de l’issue de cet échappée, Thomas Voeckler « avais besoin de prendre l’air, de débloquer le moteur ». Accompagné par Luis Ángel Maté, les deux coureurs n’arrivent jamais à creuser un réel écart.

À 57km de l’arrivée, l’espagnol est victime d’une crevaison. Et, plus loin dans le peloton, une cassure se produit dans la descente du Mont Cassel. Kwiatkowski, Rolland et Rodriguez sont pris avant de recoller quelques kilomètres plus loin.

Le français d’Europcar est alors seul en tête avant d’être repris à 17 km du but.

3 sur 4 pour Kittel

À moins de 20 kilomètres de l’arrivée, sauf si un coureur se fait la malle, la victoire d’étape se disputera au sprint.

Les équipes s’organisent donc afin de se regrouper, de prendre la meilleure position au sein du peloton avec l’objectif de chacune emmener leur sprinter finir le travail en beauté. Parmi eux les français Arnaud Démare et Bryan Coquard sont en concurrence avec de gros poissons tels que Peter Sagan, André Greipel, Alexander Kristoff ou encore le favori allemand Marcel Kittel, vainqueur de 2 des 3 dernières étapes.

Kristof anticipe légèrement son sprint et se fait déborder par la fusée Kittel de l’équipe Giant-Shimano. Au-dessus du lot, ça fait déjà 3 au compteur. 

Une victoire difficile et éprouvante pour l’allemand : « Je sors de ce sprint totalement lessivé. Rarement j’avais autant souffert physiquement. ». Sans compter les prologues, il égalise un record vieux de 1909 en remportant 3 des 4 premières étapes du Tour. Il finira par s’imposer également sur l’étape de clôture des Champs-Élysées.  

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi