mardi 4 octobre 2022

Romain Feillu : « Dans l’idée de repasser pro au plus vite »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

À la retraite depuis le 1er janvier 2020, l’ancien maillot jaune du Tour (en 2008) Romain Feillu a décidé de remettre ça avec les amateurs au CC Périgueux Dordogne. À 36 ans, pour le plaisir… Et l’ambition, qui sait, de revenir faire un petit tour chez les pros si ses bonnes sensations de la fin d’année devaient durer en 2021.

Vous voilà de retour sur un vélo, en N2 avec le CC Périgueux Dordogne, chez vous, est-ce à dire que vous avez arrêté trop tôt votre carrière pro ?

C’est vrai, j’aurais pu continuer plus longtemps, mais ma situation familiale, autant que des problèmes récurrents à un genou, ont précipité les choses. J’étais en plein divorce et je souhaitais me rapprocher de mes enfants. Le fait d’avoir arrêté juste avant le confinement m’a permis ensuite de me reposer et d’être régénéré à la reprise pour prendre davantage de plaisir et avoir envie de m’y remettre.

Avec quels objectifs précis ?

Je suis resté un compétiteur dans ma tête donc je sais que je ne prendrai du plaisir qu’à travers de bons résultats. Je suis ambassadeur Giant, je me sens super bien sur ce vélo où ma position me permet de soulager mon genou et, au final, d’être dans de meilleures dispositions d’esprit et de puissance qu’à la fin de ma carrière chez les pros. Donc je ne m’interdis rien, surtout pas de faire les meilleurs résultats possibles avec l’idée, pourquoi pas, de revenir faire un tour chez les pros. Si le genou veut bien me laisser tranquille.

Au niveau collectif, mon club est en Coupe de France N2 et c’est super important pour toute l’équipe. Je me réjouis de retrouver l’ambiance des courses, la compétition…

« Mes doutes sur certaines performances ? Oui, je confirme »

Vous avez aussi créé une académie.

Après mon divorce, j’ai rencontré une Espagnole, ma nouvelle compagne (Laura Batiste, viajesbicimaestrat.com, Ndlr), qui organise des séjours cyclistes et avec laquelle je me suis associée. On crée ensemble des événements, des stages…

Que pensez-vous du cyclisme actuel ?

Il est passionnant parce que nous sommes dans une période transitoire avec plusieurs générations qui peuvent prétendre gagner, des jeunes sans complexes face à des anciens qui ne veulent pas laisser la place… C’est intéressant à suivre.

Face à certaines performances, vous aviez émis des doutes sur la régularité de certains jeunes coureurs pendant le dernier Tour, les confirmez-vous aujourd’hui ?

Oui, c’était lié à l’usage des cétones, non préconisées en France, mais largement utilisées à l’étranger. Notre corps en fabrique naturellement, mais on sait que des apports exogènes ont des effets sur les performances et jouent forcément sur les résultats. Donc, oui, je confirme…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi