samedi 13 avril 2024

Romain Grégoire (Groupama-FDJ) : plus fort que Julian Alaphilippe ?

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Leader de la nouvelle génération de la Groupama-FDJ, Romain Grégoire, lui aussi promu chez les pros cette saison par Marc Madiot, le Bisontin de 20 ans semble avoir le potentiel d’un futur grand. Ceux qui le connaissent bien lui promettent un grand avenir.

Maxime Latourte : « Une marge de progression importante en montagne qui déterminera la dimension de sa carrière »

« Contrairement à beaucoup de jeunes de son âge qui ont tendance à s’éparpiller, lui faisait preuve d’une grande maturité à 16 ans. Romain avait déjà beaucoup d’ambition. Il a énormément progressé depuis. Il manifeste une énorme envie de s’entraîner à fond, de tout donner. Ensuite, ses progrès sont aussi le fait de ses capacités génétiques. Avec le mental, on peut dire qu’il a les deux paramètres essentiels pour réussir une belle carrière. »

« Toutes proportions gardées, il se rapproche de Julian Alaphilippe avec une marge de progression importante en montagne qui déterminera certainement la dimension de sa carrière. Il a calé pas mal de courses Word Tour où, à terme, il peut être performant, pour emmagasiner de l’expérience, apprendre pendant deux ou trois ans. »

« Les Ardennaises, le Tour du Pays Basque… et si la marche s’avère trop haute il visera la gagne sur des courses intermédiaires. Il a déjà fait de belles places à la Strade Bianche, si les planètes sont alignées peut-être pourra-t-il prétendre à mieux. »

« Mais il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Il y a encore beaucoup de réglages à faire pour qu’il soit régulier dans le top 10-15. »

Son entraîneur depuis cinq ans

Matthieu Ladagnous : « C’est un guerrier ! »

« Depuis l’an passé, où il a fait quelques courses avec nous, je découvre un coureur très mature mentalement, un sacré grimpeur qui a déjà fait de belles choses, notamment en montagne où il est acteur, mais aussi dans des domaines moins valorisants quand on lui demande de faire des efforts pour les autres. Il répond toujours présent et il sait se transformer en vrai coursier. »

« Sur le Tour du Pays Basque, que nous avons fait ensemble, alors qu’il était moins bien après une chute lors de la 2ème étape, il n’a pas hésité pour se mettre au service de l’équipe et d’aider David Gaudu à se mettre dans la meilleure position possible le lendemain. Il frotte, il grimpe, il roule bien… il est prêt pour faire de grandes choses rapidement car il a déjà performé dans des conditions difficiles sur les Strade, la Classic Ardèche, le Trophée Laigueglia… De là à dire qu’il jouera la gagne sur les grands Tours, il y a un pas qu’on ne peut pas encore franchir. Tellement de paramètres entrent en jeu… »

Lorenzo Germani « Il peut faire mieux qu’Alaphilippe »

« Je connais Romain depuis février 2022. Lors du premier stage avec la Conti, nous avons fait chambre commune et j’ai appris à l’apprécier rapidement. On s’est tout de suite bien entendu. J’aime bien son tempérament. Comme on dit en Italien, c’est un mec « umile », humble, modeste, qui a les pieds sur terre, tranquille. Il s’entraîne, il fait le job, il discute avec tout le monde, il n’y a pas de problèmes… »

« A force d’être en chambre lors des courses ou des stages, on a lié un vrai lien d’amitié qui fait qu’on s’appelle souvent maintenant qu’on n’a pas le même calendrier. Donc quand je dois faire le job pour lui, c’est plus facile parce qu’on se respecte. C’était d’autant plus facile qu’en Conti, quand on travaillait pour lui on savait à 90% que derrière il gagnait ! Et une seconde avant son attaque, il nous disait déjà merci. Et ça je peux vous dire que c’est rare dans le milieu. »

« Quand il a gagné Liège-Bastogne-Liège espoir en 2022, on a enchaîné avec deux courses en Italie. Après la première, il m’a dit que si je me sentais bien pour la seconde, il ferait la course pour moi. C’est sympa. Cette saison, on a fait l’Ardèche Classic ensemble et quand il a vu qu’on n’était pas dans la même chambre, il m’a appelé pour changer. Je pense qu’il est programmé pour briller sur les Ardennaises, le Tour de Lombardie… des courses d’un jour comme les Strade Bianche où il a fini dans le top 10 cette année. »

« Il passe bien les bosses et va vite au sprint. A terme, sa marge de progression en montagne, et ses qualités sur les contre-la-montre peuvent l’amener à viser une belle place sur les grands Tours. Il a les mêmes caractéristiques qu’Alaphilippe qui est passé pas loin de gagner le Tour. Mais comme Romain est encore jeune et en pleine progression, je pense qu’il peut faire encore mieux. Cette saison, j’espère qu’on va faire la Vuelta ensemble et qu’on y gagnera une étape. Il sait que lorsqu’on est dans la même chambre, en général, il marche bien ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi