mardi 27 septembre 2022

Saint-Etienne – Lyon : 10 drôles d’histoires de derby côté lyonnais…

À lire

Avant le derby dimanche à Geoffroy-Guichard, retour en dix anecdotes incroyables sur ce match pas comme les autres. 

Quand Lacombe se trompe de vestiaire…

Passé de Lyon à Saint-Etienne durant l’été 1978, l’attaquant est de retour à Gerland dès le mois d’août. A son arrivée, il se trompe de vestiaire. Sur le terrain, il n’est que l’ombre de lui-même : « Ce soir-là, j’ai assisté à un très beau match », dit-il encore aujourd’hui avec pas mal d’ironie. L’OL l’avait emporté 2-0. 

Le but mythique de Chiesa ! 

Avec 30 derbys disputés, Serge Chiesa est le recordman en la matière. En 1976, il marque un but somptueux. La presse rapporte alors qu’il a dribblé cinq joueurs avant de battre le gardien. Fantasme ou réalité ? « La presse a tendance à exagérer les choses… Cinq joueurs, c’est beaucoup tout de même. »

Des supporteurs sur le toit du stade

Le 9 septembre 1980, le stade de Gerland est bondé. Officiellement, 48 552 spectateurs assistent au match nul entre l’OL et l’ASSE (1-1). Officieusement, on parle de 5 à 10 000 fans supplémentaires, sur le tableau d’affichage, sur les pylônes et même… sur le toit du stade ! 

Le tacle… d’un supporteur 

Encore une scène inimaginable aujourd’hui. Le 7 juillet 1990, lors d’un match amical (!) à Feurs, un supporteur lyonnais passe sous la main courante pour venir tacler un joueur stéphanois qui débordait le long de la ligne de touche ! Entraîneur de l’OL à l’époque, Raymond Domenech, fidèle à lui-même, avait apprécié : « J’étais mort de rires ! » La fin de match le sera moins avec de violentes bagarres entre les Ultras des deux clubs. 

Olmeta en serviette 

En septembre 1994, l’OL obtient un bon nul (1-1) à Geoffroy-Guichard. Une vingtaine de minutes après le coup de sifflet final, les supporteurs lyonnais, toujours parqués dans une partie du virage, ont l’immense surprise de voir revenir sur la pelouse Pascal Olmeta. En serviette après sa douche, le gardien vient fêter le résultat avec les fans. Les « Ouh, Ah Olmeta » résonnent alors avec une immense ferveur en terre stéphanoise. 

Le short trop grand de Caçapa 

Le 9 février 2001, Claudio Caçapa, tout juste arrivé du Brésil, débute avec l’OL contre l’ASSE en Coupe de France (1-1, 4 t.a.b à 3). Avec son maillot flottant et son short trop grand, le Brésilien paraît totalement hors de forme et inquiète tout le monde. Sept ans plus tard, après six titres de champion et une Coupe de la Ligue, l’anecdote n’en a que de plus de saveur. 

Plus fort qu’OM-PSG !

Durant l’été 1993, l’OL fait ses emplettes à Marseille : Pascal Olmeta, Manuel Amoros et Abedi Pelé débarquent à Lyon. Après avoir connu les sulfureux OM-PSG, les trois hommes découvrent le derby le 24 octobre 1993 (victoire de l’OL 1-0 à Gerland). A la fin du match, Manuel Amoros, qui est pourtant alors sur la fin d’une magnifique carrière, se dit littéralement « sidéré » par l’ambiance propre à ce derby OL-ASSE. 

Une première à la télé 

En mars 1969, le derby OL-ASSE (1-2) passe sur l’ORTF. C’est la première fois qu’un match de championnat de France est diffusé à la télévision française. Aussi incroyable que cela puisse paraître aujourd’hui, seule la deuxième période est retransmise, une course cycliste ayant occupé la case pendant la première période ! A l’époque, le commentaire est assuré par un jeune journaliste, un certain… Michel Drucker ! 

Des Lyonnais maquillés 

En avril 2006, fraîchement assurés d’un sixième titre de champions de France, les Lyonnais débarquent sur la pelouse de Gerland maquillés en rouge et bleu sur le visage. Sur le terrain, ils écrasent les Verts (4-0). A l’époque, ce « chambrage » fait plutôt rire. Imaginez les réactions si une telle scène se produisait aujourd’hui… 

La Playstation d’Aulas 

En septembre 2010, l’OL domine outrageusement Saint-Etienne mais perd ce 100ème derby contre le cours du jeu (0-1). Excédés, les supporteurs lyonnais du virage nord s’en prennent à l’entraîneur de l’époque, Claude Puel. Mégaphone en mains, Jean-Michel Aulas vient calmer ses fans après le coup de sifflet final et lâche peut-être la plus belle punchline de sa carrière : « Les Stéphanois, eux, ils la jouent à la Playstation la Ligue des Champions ! »

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi