dimanche 25 septembre 2022

Saint-Etienne ne doit pas se voiler la face : l’équipe n’est pas au niveau de la Ligue 1 !

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Trop de joueurs moyens, un collectif fébrile… Sauf gros changements en profondeurs, Saint-Etienne n’échappera pas à la Ligue 2.

Et si in arrêtait la langue de bois ? Ou, pire, le déni ! Battu hier à Reims, Saint-Etienne a enregistré sa 10ème défaite de la saison. En Champagne, les Verts ont, une fois de plus, présenté tous les symptômes du relégable en puissance.

Niveau technique insuffisant, attaque quasi inexistante (aucun tir cadré), défense fébrile, nervosité générale… Même Etienne Green ne nous avait pas habitué à une telle fragilité.

Incapables de faire trois passes de suite pendant les 45 premières minutes, à peine mieux après la pose, les Stéphanois n’ont pas été à la hauteur d’une formation qui lutte pour le maintien et qui affronte le 14ème de Ligue 1.

Non, les Verts vus à Reims ne méritent pas mieux que la 20ème place !

Pourtant, depuis plusieurs semaines, on entend le même discours, résumé par Julien Sablé hier après le match : « On a de la qualité, il y a des manques, mais on vaut mieux que là où on est ».

On est désolé, mais on ne voit pas ce que Khazri et ses coéquipiers ont de plus que Metz, Troyes, Bordeaux ou Lorient, qui font partie des équipes encore à portée de points. Moins bonne défense (37 buts encaissés en 18 matchs), troisième moins bonne attaque (18 buts inscrits), Saint-Etienne possède la moins bonne différence de buts de Ligue 1 (-22).

Difficile de trouver dans son bilan (2 victoires, 6 nuls et 10 défaites), son jeu et son attitude sur le terrain, la moindre raison de penser que Saint-Etienne évitera de tomber en Ligue 2, dans l’état actuel.

Et ce, malgré les propos de l’entraîneur intérimaire qui, s’il concède que « le mal est plus profond », parle de « convalescence ». Il se trompe.

Le mot « convalescence » sous-entend un retour vers une situation meilleure. La définition exacte est « période de transition entre la fin d’une maladie et le retour à la santé ». Ce n’est pas l’impression laissée par les Stéphanois au Stade Auguste Delaune.

Briand, Wariz, Lihadji… pour renforcer les Verts en janvier ?

Continuer à le croire, même à le penser, conduit encore davantage le club vers la Ligue 2. Avec un tel discours, l’arrivée d’un nouvel entraîneur ne changera rien. Pour espérer se sauver, le mal doit être traité dans la profondeur.

Saint-Etienne a trop de joueurs moyens et pas assez de bons joueurs de Ligue 1. Selon nos informations, c’est aussi l’analyse de Loïc Perrin. Le nouveau directeur sportif du club réfléchit déjà à une liste d’une demi-douzaine de joueurs qui pourraient quitter le club en janvier. Parmi eux, Ignacio Ramirez, dont le prêt devrait être cassé, mais aussi Denis Bouanga,  Gabriel Silva, ou encore Jean-Philippe Krasso.

Plusieurs départs sont en effet envisagés avant d’espérer des recrues pendant le mercato hivernal. Il s’agira de prêts ou de joueurs libres, à l’instar de Joris Gnagnon, déjà là et qui sera opérationnel en janvier. Les noms de Briand (Bordeaux), Waris (Strasbourg) ou encore Lihadji (Lille) circulent.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi