jeudi 2 février 2023

Son ancien entraîneur encense Johann Lepenant (OL) : « Il est tellement intelligent, qu’il peut s’adapter à tout »

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

Révélation de l’OL durant la première partie de saison, Johann Lepenant a tapé ses premiers ballons à l’US Granville, de 2009 à 2017. L’un de ses premiers entraîneurs, Sébastien Perrier, se souvient, pour Le Quotidien Du Sport et Le Foot Lyon.

Qu’est-ce qui vous a marqué chez Johann Lepenant ?

Son abnégation pendant chaque séance, chaque match ou encore chaque petit jeu était remarquable. Johann n’était pas le joueur qu’on entendait le plus, mais c’était le seul sur qui je pouvais miser une pièce grâce à sa détermination. Bien que ce soit facile de le dire maintenant qu’il évolue en professionnels, j’ai toujours cru en lui. Même quand il était tout gamin. Il avait tout pour réussir. Dans cette force de caractère qu’il démontrait sur le terrain, Johann dégageait une grande humilité et la joie de jouer au football.

Quelle anecdote pouvez-vous nous livrer à son égard ?

Entre les catégories U11 et U13, il nous arrivait de mélanger les garçons pendant les séances d’entraînements. Johann se retrouvait alors avec des joueurs de niveau inférieur à lui. Jamais il n’a eu un mot déplacé envers un coéquipier moins performant que lui. Bien au contraire, il apportait toujours un petit mot d’encouragement. C’est très significatif de sa personnalité. A côté de ça, il avait bien entendu des grandes qualités footballistiques. Il sortait du lot grâce à ça.

Un début de carrière en Normandie

Comment vous a-t-il annoncé qu’il allait s’engager à l’Olympique Lyonnais ?

C’était au mois d’avril. Lors d’une séance d’entraînement du groupe professionnel du Stade Malherbe Caen, j’étais venu avec mes jeunes de la catégorie U9 de l’US Granville. Pendant un moment où certains joueurs faisaient des dédicaces avec les petits, Johann a demandé à me voir en aparté. On s’isole un peu. C’est là qu’il me dit qu’il est en contact avancé avec un club de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais. Je l’ai regardé, fait un pas en arrière et lui ai dit : « Ouf, tu y vas fort ! ».

Johann m’a ensuite expliqué qu’il avait rencontré le coach Peter Bosz ainsi que le directeur sportif. Tous les deux souhaitaient l’engager le plus vite possible. J’étais vraiment heureux pour lui. Mais j’ai insisté sur le fait que la marche est très haute entre le Stade Malherbe et l’OL. Johann m’a rassuré en m’affirmant qu’il avait pris des garanties pour avoir de la visibilité dans un autre club de Ligue 1 s’il ne parvenait pas à se faire une place à Lyon. J’ai fini par lui sortir le fameux dicton « qui ne tente rien n’a rien » . Je l’ai revu deux mois plus tard. Je savais qu’il finirait par y aller tête baissée sans se poser de questions. Il a pris la bonne décision.

« Lepenant est tellement intelligent qu’il peut s’adapter dans n’importe quel dispositif »

Quel regard portez-vous sur son évolution et sa progression avec l’OL ?

Pendant sa préparation d’avant saison, je ne l’ai pas eu téléphone. Je savais qu’il travaillait durement pour préparer sa première expérience en Ligue 1. On s’est rappelé après ses quatre premiers matches où il avait démarré trois fois en tant que titulaire. Johann m’a dit mot pour mot : « C’est que du bonheur ! ». Il était étonné de jouer aussi vite. J’étais persuadé qu’il était capable de créer la surprise. Maintenant, il sait très bien que la route est encore longue. Il prend les semaines comme elles viennent et essaye de faire du mieux possible. Il y avait pourtant d’autres propositions notamment en Angleterre. Mais c’est à Lyon que le joueur que j’ai connu tout jeune s’éclate le plus.

Jusqu’où le voyez-vous aller dans sa carrière en club et en sélection ?

S’il est épargné par les blessures, un paramètre qu’on ne peut malheureusement pas prédire, je pense qu’on entendra beaucoup parler de lui. Johann a une marge de progression énorme. Il est tellement intelligent qu’il peut s’adapter dans n’importe quel dispositif. C’est pourquoi il peut correspondre à tout type d’entraîneur.

A Lyon, il possède l’avantage de pouvoir se projeter vraiment haut dans le jeu, ce qu’il faisait moins au Stade Malherbe Caen où il était cantonné dans un rôle de sentinelle. Il peut ainsi délivrer des passes en cassant les lignes ou bien conclure des actions. Même si son compteur statistique est encore à zéro, il devrait très vite le débloquer. Au vu de ses débuts, Johann est capable de réaliser une saison très performante avec l’OL. En parallèle, je suis persuadé qu’il retournera dans les équipes de France de jeunes. Ça ne sera pas le garçon qui brûlera des étapes tout au long de sa carrière.

Quelle image a-t-il laissée en Normandie ?

Celle d’un homme humble, gentil et prometteur dans son domaine. C’est surtout son état d’esprit qu’il a émerveillé toutes les personnes qui l’ont côtoyé autant à l’US Granville qu’au Stade Malherbe Caen. Même l’intendante de son club amateur qui s’occupait de nettoyer les maillots des joueurs garde un très bon souvenir de lui. Il était accessible avec tout le monde. Il ne faisait aucune différence entre les personnes. C’est un garçon qui a reçu une bonne éducation. Il sait d’où il vient et ne l’oubliera pas.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi