jeudi 29 septembre 2022

T. CHampion, A. Jullien, M. Pajur et M. Walls : 4 néo-pros annoncent la couleur

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Ils sont 4 néo-pros à embarquer sur le cyclisme professionnel. Thomas Champion (Cofidis), Anthony Jullien (AG2R Citroën), Markus Pajur (Arkéa Samsic) et Matthew Walls (BORA-hansgrohe) accèdent à l’élite du cyclisme professionnel dès 2021. Un passage décisif qu’ils nous racontent.

Thomas Champion (Cofidis) : « Guillaume Martin est un modèle »

« On est toujours pressé de reprendre. Surtout quand on découvre quelque chose de nouveau. La situation sanitaire ne perturbe pas tant que cela car on peut quand même s’en-traîner. Après, on verra si les stages auront bien lieu. J’ai eu une petite discussion avec Cédric Vasseur. Mais c’était davantage un discours de bienvenue.

Avec la Vuelta, ils étaient encore pas mal occupés. J’attends surtout de cette saison 2021 de bien découvrir ce monde professionnel. C’est une manière de courir totalement différente avec des courses différentes également.  J’espère avoir un programme assez chargé. Je n’aime pas trop ne pas courir.

Je souhaite découvrir de belles courses en montagne. Dans ce registre, cela me convient bien. J’espère être un bon équipier pour les leaders. Mais je ne sais pas trop comment je vais réagir sur des classiques ou des courses qui réclament plus de force sur le plat. Cela m’est totalement inconnu. Guillaume Martin est un modèle.

C’est un coureur que j’aimerais bien devenir. Quand on le voit sur le Tour ou sur la Vuelta, il est impressionnant. Il prend les échappées, il est devant sur les étapes dures. C’est un très beau coureur. Je n’ai pas vraiment peur de découvrir ce nouveau challenge. Être néo-pro au sein d’une équipe française enlève déjà la barrière de la langue. Mon rêve ? Faire les grands Tours est ce qui me convient le mieux. Participer aux trois est mon objectif ».

Anthony Julien : « Je ne pars pas dans l’inconnu »

« J’échange souvent avec Clément Champoussin. Il m’a parlé de ses expériences. Il m’a évoqué sa participation à son premier grand Tour. Je retiens ce qu’il me dit pour la suite. Je n’ai pas vraiment d’appréhension. J’ai été deux fois stagiaire au sein de cette équipe AG2R. Je connais donc pas mal le fonctionnement.

J’ai croisé pas mal de coureurs dont certains qui habitent même sur Chambéry. Je ne pars pas dans l’inconnu. Je ressens plutôt de l’envie et de la motivation pour ce nouveau challenge. L’équipe a recruté pas mal de gros coureurs. Je le prends comme une chance. Je vais faire quelques courses avec eux. Ce sera enrichissant.

Je vais devoir en profiter au maximum en engrangeant de l’expérience. Je vais devoir aussi me surpasser. Même si je m’attends à avoir plus de pression. Je suis un coureur de type « classiques». Le changement d’orientation de l’équipe m’avantage en ce sens. S’il y a un programme davantage tourné là-dessus, ce n’est pas pour me déplaire.

Ce sont les courses que j’aime. Je rêve de gagner Paris-Roubaix. J’ai participé trois fois à cette course dans la catégorie espoirs. Cela donne envie de la dompter (sic). C’est une course atypique. Je n’ai jamais eu la chance de participer à un Tour des Flandres ou d’être sur des classiques belges.

Ce sont de belles épreuves aussi. J’ai eu récemment quelques échanges avec le manager et quelques directeurs sportifs. On pourra approfondir les choses quand on se verra lors d’un stage».

Markus Pajur : « Je vais courir avec des coureurs réputés et expérimentés »

« J’ai parlé récemment à un de mes entraîneurs chez Arkéa-Samsic, Flavien Soenen. J’attends de ma première année en professionnel de m’habituer au rythme des courses de niveau World Tour et de haute intensité. Je veux aussi progresser et avoir des résultats. Je vais courir avec des coureurs réputés et expérimentés. C’est un honneur. J’espère qu’on gagnera des courses ensemble.

Je rêve de devenir champion du monde. C’est mon but, un rêve de gosse. Plus jeune, j’ai toujours adoré Peter Sagan. C’est toujours le cas. C’est un grand coureur, une grande personne. Je n’y ai pas encore réfléchi, mais cela risque d’être fun de courir contre quelqu’un que vous avez autant regardé ».

Matthew Walls : « Ce serait une bonne chose d’enregistrer un ou deux bons résultats »

« En 2021, je vais partager mon temps entre mes entraînements et la compétition, mélangés entre route et piste. Je pense que sur route je ferai des courses majoritairement de plus petite catégorie, mais aussi quelques courses très importantes de sorte à me développer.

Sur piste, j’espère participer aux JO. Mon ambition future est de rentrer en compétition avec les meilleurs du monde en World Tour. Pour ma première saison dans l’élite, ce serait une bonne chose d’enregistrer un ou deux bons résultats puis de me focaliser sur la piste avec l’intention de décrocher une médaille d’or à Tokyo. Ce serait dans ce cas une saison vraiment réussie.

J’ai choisi BORA car c’est une des équipes les plus fortes du peloton. Il y a aussi dans cette formation un grand management et un staff aguerri qui va pouvoir bien me conseiller pendant les prochaines saisons. Ils ont dans leur effectif de bons pistards et n’ont plus à prouver la qualité de leurs sprinteurs et de leurs coureurs de Classiques.

BORA est l’équipe qui me fallait. Je vais aussi pouvoir courir avec Peter Sagan. C’est un des plus grands cyclistes de tous les temps. Alors le fait de pouvoir s’entraîner, d’être à côté de lui et de courir avec lui, ne sera que bénéfique. Quand vous êtes jeune, vous regardez beaucoup d’anciens champions du passé gagner de grandes étapes sur les grands Tours, sur des Mondiaux ou sur de grandes Classiques comme Milan-San Remo ou Paris-Roubaix.

Il y a forcément beaucoup de courses comme celles-ci que j’aimerais remporter. Mais, à l’heure qu’il est, je vais déjà me cantonner à remplir mes objectifs de début de saison. Je compte bien poursuivre ma progression ».

Tout savoir sur la saison 2021 avec le Sport Vélo.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi