dimanche 11 avril 2021

Tadej Pogacar : « Je vise encore plus haut cette année ! »

À lire

Ces coureurs qui pratiquaient d’autres sports avant le cyclisme

À l’instar de Roglic, ancien sauteur à skis, de plus en plus de coureurs professionnels montent en selle après...

La Rochelle : Stade Rochelais et cyclisme féminin main dans la main

Pour booster son développement, l'équipe cycliste féminine de La Rochelle peut compter sur le rugby. En effet, le Stade...

Romain Bardet : « Je voulais sortir de ma zone de confort »

Après neuf saisons en world tour avec AG2R-La mondiale, Romain Bardet a fait le choix de changer d'équipe pour...
Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

En 2020, il a surpris le peloton en remportant le Tour de France à seulement 22 ans. Pour cette nouvelle saison, Tadej Pogacar ne veut pas se fixer de limites.

Vous serez forcément très attendu sur le Tour de France. Vous attendez-vous au même scénario d’être seul contre les autres équipes une nouvelle fois ?

Je ne suis pas du même avis. Je n’étais pas seul l’an passé pour réussir un grand Tour. J’avais une équipe forte à mes côtés. On verra encore cela cette année. L’an passé, on a eu des mésaventures avec notamment l’abandon de Fabio Aru.

Davide Formolo aussi également, mais des coureurs comme Marco Marcato, Jan Polanc ou encore David de la Cruz m’ont énormément aidé. Mes coéquipiers ont prouvé qu’ils avaient de la valeur. Cette année, ils seront encore là pour m’accompagner. Avec une meilleure préparation, on pourra le montrer et le prouver sur les routes du Tour de France. Encore.

« Après le Tour, j’ai connu une période un peu plus folle avec énormément d’interviews »

Votre victoire sur le Tour de France vous a-telle changé ?

Après le Tour, j’ai connu une période un peu plus folle avec énormément d’interviews (sourire). Certaines personnes m’arrêtaient pour faire des photos. Mais je n’ai pas changé. Je vis ma vie comme avant, dans un petit appartement, avec ma petite amie. J’ai toujours les mêmes objectifs et la même passion. Je vais tout faire pour encore viser plus haut. Je reste concentré sur mon travail. La motivation reste la même. Je sais que je dois encore prouver.

Comment avez-vous vécu les interrogations sur vos performances sur le Tour, et notamment sur le contre-la-montre de la Planche des Belles Filles, venant notamment de Roglic et Dumoulin ?

Ils ont parlé un peu vite et sur le coup de l’émotion. Ce n’était pas au final aussi incroyable quand on reprend les données. J’étais dans un bon jour. Je m’étais préparé pour le réussir. J’ai fait un bon changement de vélo. L’équipe m’a toujours tenu au courant des écarts. Ça m’a boosté. J’étais vraiment fort et avec l’envie de réussir à me surpasser une dernière fois avant l’arrivée.

Avec l’arrivée de Hirschi, Majka ou encore Trentin, pensez-vous que UAE Team Emirates est aujourd’hui l’équipe la plus forte du peloton ?

Note équipe progresse chaque année. Elle le prouve sur chaque course. L’arrivée de tels coureurs est une excellente nouvelle. On a pu s’entraîner ensemble et on sent que l’on peut s’apporter les uns aux autres. On va tout faire pour être encore plus forts cette saison.

Tadej Pogacar : « Mes équipiers ont prouvé qu’ils avaient de la valeur »

Et si l’on compare à Jumbo-Visma…

(Il coupe) On est bien évidemment plus forts qu’eux (sourire). L’an passé, ils ont démontré qu’ils étaient capables de contrôler une grande course, notamment quand Primoz (Roglic) portait le maillot jaune. Cela ne m’a pas empêché d’y croire et d’attaquer. On sait que l’on doit maintenant confirmer tout ce que l’on a accompli l’année dernière.

Comment allez-vous aborder le prochain Tour de France, en tant que tenant du titre ?

Je vais tout faire pour être au top à ce moment-là. La nouveauté, c’est que que je suis le dernier vainqueur de l’épreuve. Je n’ai jamais été dans cette situation. Mais je serai très motivé. Je suis confiant. Je peux être encore au rendez-vous. Après, le Tour, je me suis rendu compte que j’avais encore l’envie et la faim de réussir. Ce n’était pas une fin cette victoire sur le Tour de France. J’ai encore de grandes choses à aller chercher. Je suis encore jeune. Le plus dur commence, mais je vais tout faire pour réussir et être meilleur.

Le parcours du Tour 2021 peut-il vous avantager ?

Je n’ai pas encore étudié en détails le parcours, mais il y a plus de contre-la-montre. Cela va impliquer une nouvelle donnée à rajouter pour la préparation. Il est complètement différent de l’an passé. Mais le Tour reste la course la plus dure du calendrier.

Mag : Cyclisme magazine

Retrouvez cet entretien dans Le Sport Vélo, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

À lire aussi

vel, nec tempus fringilla ut Phasellus ante. neque. dapibus dolor adipiscing