mardi 5 mars 2024

Témoignages : Thomas Pidcock (21 ans), le joyau anglais qui impressionne

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Révélation du début de saison avec notamment une victoire sur la Flèche Brabançonne, Thomas Pidcock confirme course après course tout son talent avec une facilité qui impressionne. A 21 ans, l’ancien champion du monde de cross-country a déjà réussi son passage sur route. Pas une réelle surprise pour ses anciens coéquipiers et adversaires en VTT.

Steve Chainel : « Pidcock est capable de remporter des monuments »

« On présente les performances de Pidcock comme quelque chose de fou ou du jamais vu. Ce n’est pas le cas. En vrai, il est simplement en train de suivre l’exemple de Van der Poel et de Van Aert avec quatre ans de moins. On sait très bien que les meilleurs cyclo-crossmen, quand ils décident de se mettre sur VTT ou sur route, ça fonctionne.

Ils savent pédaler. Ils possèdent de la bonne puissance explosive. C’est 200 sprints par hiver ! Ils ont cet esprit de puncheur et de conquête. Ils savent se faire mal. Pidcock est double champion du monde juniors. Un peu comme Ben Tulett (Alpecin-Fenix, Ndlr). Ils arrivent et se montrent tout de suite. Ça peut être surprenant pour le grand public comme ils sont jeunes et possèdent peu d’expérience.

Mais, dès le départ, ils étaient sur une discipline exigeante. Alaphilippe, à ses débuts, venait aussi du cyclo-cross. Pendant ses années Espoirs, je savais qu’il fallait le prendre. C’était déjà une machine. Il y a peu de surprises quand on connaît l’évolution. Même Pogacar a été champion de Slovénie sur cyclocross. C’est le résultat de l’envie de se développer qui permet ce résultat aujourd’hui.

Il y a six ans, la fédération britannique a fait le pari et c’est un succès. Ils ont un coup d’avance. C’est important de se mettre dans une discipline qui peut nous servir plus tard. Ça demande une politique de développement, des moyens financiers et humains, mais surtout la volonté de le faire. En France, c’est loin d’être le cas comme le cyclocross n’est pas une discipline olympique.

Pidcock, le pari de la Fédération anglaise

Il y en a d’autres qui arrivent derrière. Pidcock, comme Van Aert, fait partie de ses coureurs qui peuvent gagner les 5 Monuments. Ils sont énormes avec une qualité incroyable de punch. Les coureurs savent rouler vite et frotter. Ils ont une pointe de vitesse pour gagner. Pidcock va remporter des courses. Il reste à savoir comment INEOS va l’utiliser. Mais j’ai confiance. Il va faire sa place. On a compris qu’il ne faut pas le mettre dans une case. On le laisse libre. Il fait ce qu’il veut. C’est très intelligent. »

Consultant Eurosport, ancien coureur chez FDJ, AG2R et Cofidis et champion de France de cyclo-cross en 2018

Joshua Dubau : « Le même talent que Van Der Poel et Van Aert »

« C’est un grand champion de notre génération. On a eu la chance d’avoir Mathieu (Van der Poel) et Wout (Van Aert). Et la nouvelle génération arrive avec Tom (Pidcock). C’est le même talent. C’est un grand champion qui peut montrer de belles choses dans les prochaines années. On sent qu’ils ont des objectifs différents des nôtres. Ils viennent pour la gagne sur chaque compétition.

Que ce soit en VTT, en cyclo-cross ou en route, ils sont capables de gagner. Ce sont des athlètes qui sont au-dessus. Dans les jeunes catégories, il a montré qu’il était capable de faire de grandes choses. Il est dans un même style qu’un Mathieu ou un Wout.

Ça ne me surprend pas. Il a démontré aussi qu’il savait sprinter alors que ce n’est pas sa spécialité. Mais il sait se faufiler et profiter de son explosivité pour gagner. Il va encore se développer sur route dans les prochaines années. C’est un trio qui va naître dans les saisons qui viennent. J’en suis convaincu qu’il faudra le surveiller. »

Adversaire et champion d’Europe de crosscountry Espoirs de VTT en 2018

Yan Gras : « Physiquement, il a encore une marge »

« C’est un coureur talentueux. Il me fait penser à Mathieu Van der Poel en VTT, route et cyclocross. C’est un coureur polyvalent. Il a réussi à passer au-dessus sur route avec INEOS. Ça va être un beau trio qui va se détacher pour jouer la victoire. Il est super technique. Pidcock manquait de physique par rapport aux deux autres.

Il est plus jeune que moi, mais souvent ils l’annonçaient comme un favori dans les Coupes du monde ou championnats. Pidcock s’est rarement raté. Il est précoce, mais il n’a pas grillé les étapes. Il n’est pas passé pro dans une grosse écurie rapidement. Au final, il veut prendre son temps. Quand on est talentueux, l’âge n’attend pas. Je ne suis pas surpris de ce qu’il réalise sur route. Il avait déjà pris le meilleur sur Van der Poel cet hiver.

Quand j’avais vu la course, il ne faisait que confirmer mes impressions. Toutes les disciplines sont complémentaires. Il faut juste bien travailler. Il va encore progresser. Physiquement, il a encore une marge. Les JO sont dans sa tête. C’est lui qui décidera. Il pourra aisément faire plusieurs disciplines. »

Adversaire et cyclo-crossman, 3ème des Mondiaux U23 de cyclo-cross en 2018

Jacques Sauvagnargues : « Pidcock est toujours à 100% »

« C’est un garçon avec une confiance incroyable. Pidcock sait ce qu’il veut. Il sait ce dont il a besoin. Il ne fait jamais rien à moitié. Pidcock est toujours à 100%. Il est très intelligent et malin sur le vélo. Il arrive à bien analyser les situations. En dehors, il ne laisse rien aux détails. Il pense toujours comment s’améliorer.

Il ne fait jamais rien sans avoir une bonne raison. C’est un bon mec. Il est à l’écoute de son environnement et des conseils. Il cherche toujours à progresser. Au début, pourtant, je dois avouer que je ne l’appréciais pas vraiment. Il était toujours dans sa bulle, mais j’ai appris à le connaître et j’ai compris pourquoi il était aussi fort. Il va encore grandir. J’en suis convaincu. Il est loin d’être arrogant.

Je ne suis pas surpris de le voir déjà à ce niveau. Peut-être cela arrive vite, mais c’est le résultat du travail qu’il a accompli jusqu’à présent. Il n’a que 21 ans et aura le temps de s’affirmer encore. Je ne sais pas jusqu’où il peut aller. Il a tout pour devenir l’un des cinq meilleurs coureurs de Classiques.

Sur les grands Tours, cela peut être différent. Il devra attendre encore pour les appréhender. Il n’est pas encore prêt mais, avec le temps, cela peut venir. Mais il a déjà appris à aller vite. Il est en plus dans la bonne équipe pour progresser et encore aller plus haut dans sa carrière. INEOS va lui permettre d’apprendre encore plus. »

Ami et ancien coéquipier chez Team Wiggins Le Col entre 2018 et 2019, co-fondateur avec Pidcock de l’application Link My Ride (www.linkimyride.co.uk)

Dave Brailsford : « Une polyvalence incroyable »

« Il est clair que Tom est l’un des jeunes coureurs les plus excitants du cyclisme mondial. Il fait partie d’une nouvelle ère de talents polyvalents incroyables. »

Manager général d’INEOS Grenadiers

Retrouvez toute l’actu du vélo dans Cyclisme magazine, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi