jeudi 29 septembre 2022

Théo Monar, la pépite nantaise qui grimpe à toute vitesse

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

À 20 ans, tout est allé très vite pour la pépite nantaise. Le pivot du H Théo Monar gravit il est vrai les échelons à vitesse grand V.

Au départ, ce n’était pas gagné

Un homme connaît Théo Monar de longue date. Il s’agit de Dimitri Fleurance. Un formateur discret, mais reconnu par ses pairs. Celui-ci a façonné le jeune homme dès le pôle de Poitiers. Fleurance a cru en lui. Pourtant, rien n’était écrit à l’avance… « Au départ, rien n’a été facile pour Théo. Il ne faut pas oublier que, dans les premières années, il n’était que le 4ème ou le 5ème choix dans sa catégorie pour l’équipe de France. Mais sa volonté de progresser a fini par payer ».

De la réserve à l’équipe première

Il y a trois ans encore, le jeune pivot était déjà à Nantes au sein du centre de formation. Il avait notamment vécu une montée de Nationale 2 à Nationale 1. Avec cet objectif de voir de près le monde professionnel, il avait fait ses classes avec sérieux : « Ma première saison s’est très bien passée. Il y a bien eu quelques défaites frustrantes mais, avec le recul, je crois que nous avons fait de bons résultats pour une équipe qui venait de retrouver la N1 ». Ses premières performances avec l’équipe réserve ont été si appréciées qu’il a pu très vite faire quelques apparitions avec l’équipe pro.

Théo Monar, l’invité surprise des bleus

Preuve de son évolution, Guillaume Gille a décidé de lui faire confiance. Suite à l’annonce de Dragan Pechmalbec de ne plus porter le maillot tricolore pour répondre à la sélection de la Serbie (le pays d’origine de sa mère), le sélectionneur des Bleus a décidé d’appeler le jeune Nantais qui n’a même pas son nom sur son maillot au H en renfort dans la perspective du second match contre la Grèce (remporté 40 à 31) dans le cadre des rencontres de qualifications à l’Euro 2022. Quand on a comme Monar qu’une trentaine de matches de Starligue, c’est dire le potentiel et les attentes placées autour de ce jeune joueur aussi talentueux qu’ambitieux !

Une capacité d’analyse hors-norme

Bien que doté d’atouts très nombreux, c’est surtout cette capacité de réflexion qui lui permet d’être le joueur qu’il est sur le terrain : « Théo a une capacité à analyser ses erreurs ou ses manques qui est étonnante, explique Dimitri Fleurance. Il a une tête qui marche très bien et sait prendre les avis de tout le monde pour se forger sa propre analyse. Il est très à l’écoute de tout et se pose beaucoup de questions. Mais il ne doute pas. Quand il a pris sa décision, car il a des objectifs très précis en tête, il sait où il veut aller ».

Une tête bien faite

A tout juste 20 ans, le numéro 26 du H a mené de front des études en STAPS à l’université de Nantes (après avoir obtenu son BAC avec mention), avec sa carrière de joueur. Le tout avec grande intelligence et maîtrise : « Tout s’est bien passé dans l’ensemble. Je me suis bien organisé pour gérer au mieux les deux projets. Le bilan est donc plutôt positif ».

Théo Monar a de la fougue à revendre

Bien entendu à son âge sa marge de progression reste importante. Théo peut encore gommer certains manques dans la lecture de jeu notamment. Avec le métier, cela viendra naturellement. Mais ce qui frappe énormément
chez ce joueur, c’est sa fougue. Il s’engage énormément sur un terrain. Il ne manque pas d’envie !

Un physique impressionnant

Quand on parle du natif de Fort de France, on loue ses qualités nombreuses à juste titre. Ce qu’il réalise à tout juste 20 ans est bluffant. Il est jeune, mais il est éjà très fort mentalement. Au fil de ses matches, on se rend bien compte qu’il n’a absolument pas peur d’aller au contact. Il est bien aidé par un physique plus qu’avantageux (1m98 pour 95kg).

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi