jeudi 23 septembre 2021

TOP 14 : les 14 recrues à suivre à la loupe

À lire

Le TOP14, meilleur championnat du monde a encore fait des merveilles sur le marché des transferts. Les 14 recrues à suivre pour ce nouveau chapitre haut en couleur.

Biarritz : La fusée Kuridrani

Biarritz a animé le marché des transferts cette année avec des arrivées qui devraient changer le visage de l’équipe dont celle de Tevita Kuridrani. Le centre international des Wallabies (30 ans), finaliste de la Coupe du Monde en 2015, a remporté le Rugby Championship avec les Brumbies, club où il a effectué la majorité de sa carrière.

Il a quitté la franchise en 2021 pour la Western Province avant de signer un contrat de trois ans avec le BO. Originaire des Fidji, le cousin de Lote Tuqiri et Nemani Nadolo est un centre très physique, va former avec Saili une paire de centres qui devraient faire des dégâts dans les défenses adverses. Une belle prise pour les dirigeants biarrots alors que Toulon étant aussi intéressé par le joueur.

Union Bordeaux-Bègles : Le dernier défi de Trinh-Duc

Parce qu’il en avait marre de toujours tomber sur des entraîneurs qui ne voyaient que ses défauts, et parce qu’il avoue marcher beaucoup à l’affectif, l’international français a rejoint Urios à Bordeaux pour ce qui s’apparente à son dernier défi. A 34 ans, il est prêt à se mettre à la disposition de son successeur en Bleus, Jalibert, et d’accompagner la montée en puissance d’une équipe où il peut aussi rendre de précieux services au centre ou à l’arrière.

CA Brive : Ratuva remet ça

Les deux mètres et cent vingt kilos de l’international fidjien ne seront pas de trop pour permettre à Brive de rêver revenir faire un tour en phase finale. Arrivé des Scarlets de Llanelli, Tevita Ratuva (25 ans) connait bien le Top 14 pour y avoir évolué une saison avec l’UBB (2018/2019) sans vraiment parvenir à s’imposer, trop souvent blessé. Mais, depuis, le 2ème ligne a bien progressé et gagné une indiscutable place de titulaire dans la sélection des Fidji notamment lors de la dernière Coupe du monde au Japon. Ce deuxième passage par le Top 14 doit aussi lui permettre de franchir un palier.

Castres Olympiques : Walcker, le vent de l’espoir

La déception de Christian Lanta, son manager à Perpignan, de voir son pilier gauche quitter le navire catalan dit beaucoup de l’importance de Quentin Walcker dans la remontée de l’USAP. International pour la première fois lors de la tournée en Australie, il est un des grands espoirs français au poste et compte sur ce retour en Top 14, où il a déjà évolué avec Perpignan, pour se rapprocher des meilleurs le plus rapidement possible.

Clermont : Lavanini, la grinta du Puma

Le Puma quitte les Tigres du Leicester pour rejoindre Clermont et remplacer numériquement Sitaleki Timani parti cet hiver. Le 2ème ligne international argentin de 28 ans est un vrai bon coup pour Gibbes, l’un des meilleurs spécialistes mondiaux qui incarne les valeurs de combativité et de rigueur d’un pack argentin où il est un titulaire indiscutable du haut de ses 56 sélections. Avec Jedrasiak et Vahaamahina, l’attelage a de la gueule !

La Rochelle : Danty rejoint Plisson

Il avait la possibilité de prolonger au Stade Français, mais il a refusé pour relever un nouveau challenge avec le Stade Rochelais. A 28 ans, Jonathan Danty va retrouver son ami parisien Jules Plisson qui l’a devancé d’un an sur les bords de l’Atlantique. Egalement suivi par Toulon et le LOU, le centre international remplacera Aguillon, parti à Castres, pour vivre le premier déménagement de sa carrière après dix années avec les Soldats roses et un titre de champion de France en 2015.

Veredamu, le polyvalent

De la légion étrangère qu’il a intégrée à Nîmes en 2007, à 17 ans, au LOU qu’il va découvrir cette saison, à 31 ans, Tavite Veredemu aura réalisé un parcours pour le moins atypique. L’équipe de France à VII et Clermont la saison passée lui auront permis une progression spectaculaire avec une grande polyvalence puisqu’il peut jouer avec la même efficacité à tous les postes de la 3ème ligne aux ailes. Même si Mignoni compte surtout sur lui pour jouer au centre…

Montpellier : La pépite Garbisi

Montpellier s’est offert pour deux saisons un nouvel international au poste d’ouvreur avec l’arrivée de Paolo Garbisi. Considéré comme l’un des plus grands espoirs du rugby italien, la pépite transalpine se partagera le poste avec Handré Pollard. C’est en sélection lors d’un match du Tournoi décalé à l’automne 2020 qu’il s’est révélé. Il a parfaitement profité de l’absence de Tommaso Allan, enchainant les titularisations et les grosses prestations. Sur le dernier Tournoi, il a inscrit 23 points et a été le joueur le plus en vue de la compétition. En Italie, il est déjà comparé à Diego Dominguez. A 21 ans, il quitte pour la première fois son pays, mais l’ouvreur de Trévise a suffisamment de maturité pour s’imposer à l’étranger.

Pau : Maddocks, le Wallabie bondissant

Au milieu de la flopée de recrues qui arrivent dans le Béarn, le profil de l’arrière international australien de 25 ans Jack Maddocks sort quelque peu du lot. La puissance d’un joueur capable de jouer à tous les postes des lignes arrières, y compris à l’ouverture, sa jeunesse, sa marge de progression autant que ses stats en font une des attractions de la saison, à Pau évidemment et bien au delà dans un championnat qui semble taillé pour lui.

Perpignan : Andajo, c’est du costaud !

Dans la perspective de se frotter à la rudesse du Top 14, Perpignan a déniché un joueur de grande qualité. Il s’agit du demi de mêlée des Harlequins et de la sélection argentine, Martin Landajo. A la recherche d’un n°9 confirmé, l’USAP a jeté son dévolu sur ce natif de Buenos Aires de 33 ans. Sadek Deghmache et Tom Ecochard voient arriver dans leur zone de jeu un joueur de grande expérience et récemment couronné champion d’Angleterre avec les Harlequins. En faisant signer ce Puma aguerri, l’USAP consolide aussi sa filière argentine. Avec Landajo à la manœuvre, il faut s’attendre à voir une équipe de Perpignan joueuse et à l’âme guerrière !

Racing 92 : Volavola a soif de revanche

Prêté à Perpignan l’été dernier, l’international fidjien s’est tellement bien acclimaté à la Catalogne qu’il a été un des moteurs du retour de l’USAP en Top 14. Et le voilà donc de retour, et plus fort que jamais, pour reprendre pied au sein d’un effectif où il retrouvera la concurrence de l’Ecossais Russell à l’ouverture… avec un fort esprit de revanche pour prouver qu’il peut s’imposer. Après la Coupe du monde au Japon, l’ancien joueur de l’UBB n’avait en effet été aligné qu’à 8 reprises avec le Racing.

Stade Français : Laumape, c’est de la bombe !

A défaut de trouver un terrain d’entente avec sa fédération, l’international néo-zélandais a donc décidé de rejoindre le Top 14 pour le plus grand bonheur du… Stade Français qui cherchait à compenser les départs de Fickou et Danty. Avec Laumape, star des Hurricanes, les Stadistes ont trouvé le profil idéal. En mettant sa carrière internationale entre parenthèses (8 essais en 15 sélections), pour un salaire de 500 000 euros annuels, le All Black va pouvoir apporter sa folie et son talent à l’animation offensive d’une des équipes les plus cosmopolites du Top 14. Une vraie attraction.

Toulon : Wainiqolo en forme olympique !

Avant de venir à Toulon, Jiuta Wainiqolo a fait un détour par le Japon pour décrocher un titre olympique de rugby à 7 avec les Fidji. A 22 ans, le nouvel ailier des Varois devrait rapidement devenir une des attractions du Top 14. Rapide, véloce, il a notamment marqué un superbe essai aux JO face aux Blacks. Il devrait désormais mettre le feu sur les pelouses européennes. Toulon lui donne la chance de montrer qu’il a le potentiel pour réussir dans le rugby à 15, il compte bien ne pas la laisser passer.

Stade Toulousain : Nanai-Williams veut revoir la vie en rose

Après trois années au club, Tim Nanai-Williams (32 ans) a été libéré de son contrat par Clermont. Le Stade Toulousain qui cherchait un arrière polyvalent a saisi l’opportunité.

Avec Nanai-Williams les Toulousains apportent également de l’expérience dans leurs lignes arrières. Champion du Super Rugby à deux reprises (2012 et 2013), l’arrière samoan a effectué la majorité de sa carrière en Nouvelle-Zélande avec une pige au Japon avant de rejoindre Clermont. Il est arrivé en Auvergne en 2018. Il n’a jamais gagné le Bouclier de Brennus. Ce sera peutêtre pour cette année.

Ne manquez-pas, le Guide de la saison de Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img