mardi 16 juillet 2024

Tour de France : 110 ans de stats pour la Grande Boucle

À lire

Il y a le plus jeune, le plus vieux, le plus rapide, ceux qui ont gagné beaucoup d’étapes ou sont souvent montés sur le podium… Il y a tous ceux-là et d’autres encore qui poussent tous les ans les limites des records toujours plus loin…

LES VICTOIRES

Pogacar dans les pas des géants

Et dire qu’il pourrait déjà envisager de se rapprocher des cinq victoires d’Anquetil, d’Hinault, Merckx et Indurain ! S’il avait remporté son troisième Tour consécutif, on ne douterait pas que Pogacar puisse y parvenir et même les dépasser. A défaut, le Slovène reste un candidat sérieux, avec deux victoires, du haut de ses 24 ans, pour rejoindre rapidement Bobet et LeMond en 2023 (3 succès), et fondre sur les quatre géants après avoir avalé Froome (4 succès). Ce n’est qu’une question de temps…

  • 1/ Anquetil, Hinault, Indurain, Merckx (5 victoires)
  • 5/ Froome (4 victoires)
  • 6/ Bobet, LeMond (3 victoires)
  • 8/ Coppi, Thévenet, Fignon, Contador, Pogacar (2 victoires)

LES PLUS JEUNES

21 ans, 11 mois et 31 jours…

En 1965, lorsque Felice Gimondi triomphait à 22 ans, 9 mois et 15 jours, personne n’imaginait attendre un demi-siècle pour battre ce record de précocité (qui appartient toujours à Henri Cornet ; 19 ans et 352 jours en 1904). En deux éditions, Egan Bernal (22 ans, 6 mois et 15 jours) et surtout Tadej Pogacar (21 ans, 11 mois et 31 jours) le portaient pourtant à un niveau qui, pour être battu, nécessitera l’éclosion d’un nouveau phénomène.

  • 1/ Pogacar en 2020
    (21 ans, 11 mois et 31 jours)
  • 2/ Bernal en 2019 (22 ans, 6 mois et 15 jours)
  • 3/ Gimondi en 1965 (22 ans, 9 mois et 15 jours)
  • 4/ Pogacar en 2021 (22 ans, 9 mois et 27 jours) 5/ Fignon en 1983 (22 ans, 11 mois et 10 jours)

LES PLUS ÂGÉS

34 ans, 5 mois et 10 jours

Ils ne sont pas nombreux au départ de l’édition 2023 à pouvoir prétendre battre le record du vainqueur le plus âgé, Cadel Evans et ses 34 ans passés (même si en 1922 et 1923, Lambot et Pélissier avaient 36 ans et 131 jours, 34 ans et 181 jours). Avec ses 36 ans, seul Geraint Thomas semble en avoir encore assez sous la pédale avec INEOS Grenadiers, lui qui l’a déjà gagné en 2018 à 32 ans, 2 mois et 4 jours.

  • 1/ Evans en 2011 (34 ans, 5 mois et 10 jours)
  • 2/ Bartali en 1948 (34 ans et 7 jours)
  • 3/ Zoetemelk en 1980 (33 ans, 7 mois et 17 jours)
  • 4/ Sastre en 2008 (33 ans, 3 mois et 5 jours) 5/ Coppi en 1952 (32 ans, 10 mois et 4 jours)

LES PODIUMS

Poulidor évidemment

Avec huit présences sur le podium (3 fois 2ème, 5 fois 3ème), Raymond Poulidor domine le classement et devance Joop Zoetemelk et Bernard Hinault (7). Parmi les coureurs actuels, seul Christopher Froome (6) peut encore espérer s’inviter à moins que le nouveau cannibale slovène, déjà monté trois fois sur la boite en trois participations, continue à ce rythme…

  • 1/ Poulidor (8)
  • 2/ Zoetemelk et Hinaut (7)
  • 4/ Ullrich, Froome, Merckx et Anquetil (6) 8/ LeMond, Indurain (5)

LES ÉCARTS

Huit secondes de légende

A douze reprises dans l’histoire du Tour, le vainqueur a terminé avec moins d’une minute d’avance sur son dauphin, la palme de l’écart le plus serré revenant évidemment à l’édition 1989 lorsque Greg LeMond souffla pour 8 petites secondes la victoire à Laurent Fignon dans la dernière étape. Si en 2020 Roglic échoua à 59 secondes de Pogacar, le Slovène a concédé plus de deux minutes à Vingegaard l’an passé.

  • 1/ 8 secondes (LeMond-Fignon en 1989)
  • 2/ 23 secondes (Contador-Evans en 2007)
  • 3/ 32 secondes (Pereiro-Klöden en 2006)
  • 4/ 38 secondes (Janssen-Van Springel en 1968) 5/ 40 secondes (Roche-Delgado en 1987)

LE MAILLOT À POIS

Virenque roi de la montagne

A défaut d’avoir gagné le Tour, c’est en altitude que Richard Virenque a su gagner le coeur des Français pour 7 maillots de meilleur grimpeur, record à battre, entre 1994 et 2004. Il fallait bien ça pour faire mieux que le légendaire Federico Bahamontes et Lucien Van Impe, lesquels ont réussi, eux, à gagner le général. Deux fois primé en 2020 et 2021, Pogacar est encore celui qui a le plus de chances de s’en rapprocher.

  • 1/ Virenque (7)
  • 2/ Bahamontes et Van Impe (6) 4/ Jimenez (3)

LE MAILLOT VERT

Peter Sagan intouchable

En attendant peut-être un dernier Tour, déjà vainqueur à 7 reprises, le maillot vert de 2012 à 2016 et de 2018 à 2019 écrase une concurrence qui se limite aujourd’hui à Mark Cavendish (2011 et 2021). Erik Zabel (6) et Sean Kelly (4) complètent ce podium de sprinteurs de légende qu’a rejoint Wout van Aert dans un autre style en 2022.

  • 1/ Sagan (7)
  • 2/ Zabel (6)
  • 3/ Kelly (4)
  • 4/ Janssen, Merckx, Maertens, Abdoujaparov, McEwen (3)

LES ÉTAPES

Cavendish à un bouquet du record

Son retour fracassant en 2021, vainqueur du maillot vert à 35 ans, avait permis à Mark Cavendish de rejoindre Eddy Merckx au sommet. Une seule petite victoire supplémentaire en 2023, qu’il n’a pas eu l’occasion d’aller chercher en 2022, et il tuera le match pour très longtemps. Avec 12 victoires, Peter Sagan est en effet le seul coureur encore en activité à avoir levé les bras plus de dix fois.

  • 1/ Merckx et Cavendish (34)
  • 2/ Hinault (28)
  • 3/ Leducq (25)
  • 4/ Darrigade (22)
  • 5/ Frantz (20)

LA PARTICIPATION

Chavanel a fait le trou

Il en a commencé 18 (personne n’a fait mieux), terminé 16 (record partagé avec Zoetemelk), Sylvain Chavanel devrait rester encore très longtemps le coureur le plus souvent convoqué à la grande fête du mois de juillet. Valverde s’est arrêté à 14, un chiffre que Cavendish peut encore atteindre cette année…

1/ Chavanel (18)
2/ Hincapie, Voigt et O’Grady (17) 5/ Zoetemelk et Zubeldia (16)

LES JOURS EN JAUNE

Merckx pour toujours ?

C’est encore vers Pogacar (20 jours) qu’on se tourne pour espérer voir ce classement évoluer sans remettre en cause l’hégémonie de Merckx dont les 111 jours en jaune ne sont pas prêts d’être battus. Jamais ?

1/ Merckx (111 jours) 2/ Hinault (79 jours) 3/ Indurain (60 jours) 4/ Froome (59 jours) 5/ Anquetil (52 jours) Et aussi : le plus grand nombre de partants (210 en 1986), de classés à l’arrivée (174 en 2016), le plus grand nombre d’abandons (93 en 1998, cf affaire Festina), la plus haute altitude atteinte (2802 m dans les Alpes, route de la Bonette en 1962, 1964, 1993 et 2008), le plus haute arrivée (2645 m au col du Galibier en 2011), l’étape la plus longue (482 km entre les Sables d’Olonnes et Bayonne de 1919 à 1924), le Tour le plus long (5745 km en 1926 contre 3404 en 2023)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi