dimanche 14 juillet 2024

Tour de France 2022 — 16ème étape : Carcassonne-Foix (mardi 19 juillet)

À lire

Au lendemain de la journée de repos à Carcassonne, les coureurs reprennent la route pour la dernière semaine de course. Mais ils ont encore beaucoup de travail avant d’apercevoir Paris puisqu’ils doivent affronter les cols pyrénéens.

La journée de repos aura fait du bien pour reposer les corps alors que le peloton arrive dans les Pyrénées pour un séjour de trois jours qui s’annonce compliqué, le programme est chargé. Cette étape entre Carcassonne et Foix devrait sourire à un grimpeur qui aime les longues chevauchées.

Afin d’obtenir un bon de sortie, ce sera nécessairement un coureur qui a raté son Tour de France et qui est loin au général. Avant d’arriver à Foix, le menu est indigeste avec la côte de Saint-Hilaire à la sortie de Carcassonne et avant Limoux. Au 37ème km le col de l’Espinas puis le col du Bac permettront aux potentiels attaquants de se mettre en jambes et de faire un premier écart.

Les attaques devraient se multiplier et rendre la course passionnante. S’il n’y a aucun leader, les équipes laisseront certainement partir un groupe d’échappés puis le maîtriseront. Cela leur permettra de fluidifier la course et d’éviter que trop de coureurs soient tentés de partir.

Le plat de résistance sous la forme du Port de Lers puis du Mur de Péguère

Mais ces cols ne sont pas les plus difficiles, ce ne sont que des apéritifs avant le plat de résistance sous la forme du Port de Lers puis du Mur de Péguère deux montées à 7 et 7,9%. C’est la 7ème fois que le Port de Lers, 1ère catégorie, est escaladé sur le Tour de France. En 2019, lors du dernier passage, Romain Bardet s’y était distingué, c’est le genre de col qu’il aime bien, Michal Kwiat kowski aussi.

Situé en Ariège, le Mur de Péguère a été escaladé pour la première fois en 2012, il le sera cette année pour la quatrième fois, Sandy Casar, Warren Barguil et Simon Geschke sont passés en tête. Il était au programme du Tour 1973, mais Luis Ocana a convaincu les organisateurs de l’enlever car il jugeait la descente trop dangereuse.

Après le Mur de Péguère, les coureurs rejoindront Foix. La descente d’une vingtaine de kilomètres vers Foix n’est pas facile. Il faudra que les coureurs soient vigilants et le leader devra être un bon descendeur s’il veut garder son avance dans la plaine juste avant l’arrivée.

L’avis de Yoann Offredo

« Cette étape est destinée à un grimpeur qui aura perdu toute ambition au général et que le leader laissera partir. Le départ est vallonné, le Port de Lers et le Mur de Péguère seront les juges de paix du jour. Le vainqueur sera un bon descendeur car la descente est technique, pas facile à appréhender. Après cette descente il restera encore 30 km pour arriver à Foix. Warren Barguil aime ce genre d’étape où il faut batailler, Warren est un coureur complet, il peut briller ce jour-là. Il a déjà brillé sur le Mur de Péguère, il va être encouragé comme jamais en tant que Français. Cela peut être le bon jour pour lui. »

De Copenhague, ville de départ, le 1er juillet, à Paris, pour l’arrivée, le 24 juillet, Le Quotidien du Sport vous présente les 21 étapes du Tour de France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi