mercredi 29 novembre 2023

Tour de France 2022 — 8ème étape : Dole-Lausanne (samedi 9 juillet)

À lire

Après l’arrivée à La Planche des Belles Filles et avant la première étape alpine, place à la traversée du Jura pour la cinquième fois en huit ans. Ces dernières années, les organisateurs ont souvent mis le Jura dans le programme.

Ils ont eu des coups de cœur dans la région. C’est Dole qui a été choisi pour le départ de ce 8ème épisode. Elle sera ville de départ pour la quatrième fois de son histoire après 1939, 1992 et 2017. Après le départ, le peloton traversera l’Arbois pour la deuxième fois après 2014 et 2019 et les Rousses. La ville n’a pas été choisie par hasard par les organisateurs puisque c’est cette année que Dole fête le bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur. C’était une belle occasion pour s’associer à ce bicentenaire.

Une étape coincée entre la Planche des Belles Filles et la première étape alpine

En direction de la Suisse et de Lausanne, les coureurs ne pourront pas complètement profiter de la douceur des paysages helvètes, ils devront une nouvelle fois affronter une montée corsée. Elle commence au kilomètre 181 avec un pourcentage moyen de 4,6 %. La fin de l’étape mène au tremplin et à la station olympique avec un kilomètre à 12%.

Ce n’est pas sur cette étape que les grimpeurs se départageront, mais ils n’auront pas une étape tranquille, ils défieront les pentes de la capitale olympique, la capitale olympique qui reçoit le Tour pour la sixième fois. De grands noms se sont imposés à Lausanne comme Gino Bartali en 1948, Vincenzo Rossello en 1949, Walter Diggelmann en 1952, Gerrie Knetemann en 1978 ou Erik Dekker en 2000.

La première étape de montagne le lendemain trottera également dans la tête des leaders qui ne voudront pas griller toutes leurs forces sur cette étape où ils ne pourraient pas faire de gros écarts. Certains voudront se préserver pour les Alpes d’autant plus que la semaine aura été éprouvante avec différents profils d’étapes à maîtriser.

Il serait étonnant de voir un grand leader s’imposer à Lausanne, plutôt un coéquipier, bon grimpeur, à moins que le peloton explose et que les grimpeurs ne se retrouvent entre eux dans les derniers kilomètres et notamment ce kilomètre à 12%. Ce sera court, mais intense et en fin d’étape après tous les efforts fournis, ce kilomètre peut être fatal à quelques-uns. Il faudra être vigilant pour cette dernière difficulté et ne pas se dire que la course est terminée et que le plus dur a été fait.

L’avis de Yoann Offredo

« L’étape arrive au siège du comité olympique. Il n’y a pas beaucoup de dénivelé, mais le final sera mouvementé avec une montée vers Lausanne qui est nerveuse. Mais je pense qu’il n’y a pas suffisamment de difficultés pour que l’on assiste à une explication entre les leaders malgré la montée finale avec un passage d’1 km à 12%. C’est violent, mais trop court pour faire des grosses différences. Je vois plutôt un baroudeur gagner cette étape de Lausanne avant la première grande explication du lendemain dans la première étape des Alpes. »

De Copenhague, ville de départ, le 1er juillet, à Paris, pour l’arrivée, le 24 juillet, Le Quotidien du Sport vous présente les 21 étapes du Tour de France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi