lundi 3 octobre 2022

Transferts, les clubs de Ligue 1 à la loupe : Bordeaux insiste pour Bayo (Clermont)

À lire

Si le changement d’entraîneur a ralenti le mercato des Girondins de Bordeaux, le club n’est pas resté inactif pour autant.

Mohamed Bayo devrait être à Bordeaux dimanche, mais sous le maillot de Clermont. Auteur de 22 buts la saison dernière avec les Auvergnats,  le buteur de 22 ans est pourtant réclamé avec insistance du côté des Girondins. Mais jusqu’à aujourd’hui, le CF63 qui accède à la Ligue 1 et veut conserver toutes ses chances d’y rester, ne veut pas lâcher son meilleur atout offensif.

Les Bordelais restent donc bloqués à une recrue, avec l’arrivée du latéral gauche du RB Salzbourg (prêté la saison dernière au Vitoria Guimares, au Portugal), Gideon Mensah. C’est léger pour une équipe qui a déjà perdu Ben Arfa, Sabaly, De Préville et Pounjé, tous les quatre laissés libres, et ne compte plus sur Basic, en instance de transfert (Rome ?). Sans parler du retour de Prêt de Jean-Michaël Seri à Fulham.

Petkovic veut prendre son temps

Une situation qui s’explique pas l’arrivée tardive de Vladimir Petkovic pour remplacer Jean-Louis Gasset. Au point mort en juillet, le recrutement commence à s’activer dans les coulisses avec plusieurs dossiers chauds. Outre celui menant à Mohamed Bayo (Bordeaux pourrait proposer 10 millions d’euros), plusieurs noms circulent dans les travées du Haillan.

A commencer par celui d’Alberth Elis (Boavista Porto). L’Hondurien de 25 ans apparaît comme un plan B derrière Bayo. Le polyvalent haïtien de l’AJ Auxerre, Carlens Arcus (25 ans, capable de jouer latéral droit ou milieu défensif) est également suivi pas les Girondins qui ont aussi pensé à Jordy Gaspar (24 ans), capable de jouer à droite comme à gauche de la défense…

Interrogé sur le mercato lors de sa présentation, l’ancien coach de la Suisse a expliqué qu’il comptait prendre son temps. «  On veut donner une certaine empreinte à l’équipe mais pour l’instant, je ne la connais pas », a-t-il expliqué. « Il faut que je découvre les joueurs individuellement, leurs qualités humaines. On peut avoir onze ou vingt-cinq bons joueurs mais s’ils ne jouent pas ensemble, on n’obtiendra pas de résultat. Aujourd’hui, tout le monde est au même niveau. Ce sont les joueurs qui gagneront ou perdront du terrain, et au fur et à mesure, on prendra des décisions. ». Espérons pour les Bordelais que ce ne sera pas trop tard…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi